Jenny G. Perry Headshot

Ce qu'on ne m'a pas dit avant de devenir jolie

Publication: Mis à jour:
Print Article

Il y a dix ans, je pesais 27 kilos de plus qu'aujourd'hui.

J'avais coupé mes cheveux court et fait quelques mèches, dans un style plutôt ringard. J'avais deux enfants à l'époque, ils avaient 6 et 2 ans. Je faisais tout mon possible pour qu'on me considère comme une bonne mère, et je me suis laissée aller. Je mangeais une quantité dérisoire de sucre. Je faisais beaucoup trop attention à ce que les autres femmes pensaient de moi. Je suis devenue copine avec les mamans de l'école et leurs discussions tournaient souvent autour de la nourriture. Je détestais mon apparence, mais j'avais ma place.

Après avoir vu les photos d'un séjour à Disney avec ma famille, je me suis demandée comment j'avais pu me laisser aller comme cela. Je savais que je portais des vêtements en taille 46, mais avec mon 1,52m, on avait l'impression que je portais des vêtements encore plus grands. J'avais un double menton et je savais que si je ne stoppais pas cette prise de poids, je deviendrais encore plus grosse.

J'ai perdu 22 kilos en six mois. J'ai fait un régime et j'ai fait du sport comme une folle. C'était génial et je me sentais jolie... mis à part quelques choses vraiment déplaisantes. Tout d'abord, l'une des mamans a dit en plaisantant que si je perdais encore du poids, personne ne voudrait traîner avec moi.

J'avais déjà ressenti cela. J'avais l'impression qu'on me jugeait, et cela pouvait tout à fait être la jalousie qui se cachait derrière cela. Et aussi, les gens n'aiment pas que l'on change. Cela leur fait perdre espoir. Cela les confronte à certaines parties d'eux-mêmes qu'ils ne peuvent pas changer.

A plusieurs reprises, quand une femme voyait que j'avais perdu du poids, elle m'expliquait comment elle devrait perdre du poids ou me donnait des excuses pour justifier le fait qu'elle n'en avait pas perdu. Je ne savais jamais quoi répondre. Je leur donnais des conseils, mais la conversation ne tournait plus autour du poids au final.

L'autre effet secondaire auquel je ne m'étais pas préparée, c'était ce mec un peu louche qui me regardait fixement ; cela me rendait mal à l'aise, je me sentais nue. J'étais passée de la personne que les gens voyaient -une femme en surpoids- à la petite jeune mignonne. Je me laissais aussi pousser les cheveux et je m'habillais dans un style plus jeune, donc je faisais plus mon âge. C'était bizarre.

Ce type d'attention était comme une épée à double tranchant. Voir que des jeunes garçons regardaient dans ma direction et me mataient à la salle de sport était vraiment flatteur et me motivait à continuer mes exercices sur le tapis de course. Mais quand je descendais de voiture pour aller au supermarché et que je sentais que quelqu'un me regardait d'un air négatif, dégoûtant et bizarre, c'était horrible. Je ne savais pas comment réagir.

Je comprenais pourquoi certaines personnes voulaient cacher leur corps. Je ne voulais pas avoir à porter de vêtements amples, par peur, ou changer mon apparence à cause des autres. J'essayais toujours de comprendre qui j'étais et quelques années allaient encore passer avant que je le découvre. En fait, j'avais l'impression que les mecs me prenaient plus au sérieux quand j'étais grosse et qu'ils me traitaient comme une cruche maintenant que j'étais plus mince. Tout était dans la tête, en fin de compte.

Je remercie mes trente ans pour la sagesse qu'ils m'apportent. Ce tempérament sanguin, c'est moi, c'est à prendre ou à laisser. Les filles, cela ne sert à rien de vous comparer aux autres physiquement, professionnellement ou dans votre rôle de mère. Travaillez sur votre personne et développez une relation entre votre corps, votre tête et votre esprit. Cela change tout. Ne pensez jamais que vous devez adapter votre style vestimentaire ou votre manière d'être en fonction de la réaction d'un homme ou d'une femme. Ce qu'ils pensent, disent et font les concernent, eux, pas vous.

Les garçons, ne traitez pas les femmes en bikini comme des objets, et ne manquez pas de respect à une femme que vous trouvez jolie. Une femme ne devrait jamais avoir l'impression qu'elle doit cacher son corps par peur d'entendre des réflexions, de se faire reluquer ou d'être confrontée à des comportements encore plus nazes. Cela ne mène les hommes à rien, de toutes façons.

Complimentez l'intelligence d'une femme, son caractère, son intégrité, son cœur. Faites l'éloge de sa personne - ça, c'est lui faire la cour. Dites-lui que ses yeux sont beaux, pas son cul, ni tout ce qui peut lui faire sentir que tout ce que vous voulez c'est, justement, son cul.

Désormais, je ne m'attends pas à ce que les femmes qui ne savent pas qu'elles sont belles sortent les violons et compatissent au fait que d'autres se sentent jugées sur leur beauté. Je vois de la beauté dans toutes les femmes et je ne pense pas qu'il y ait un quelconque niveau que nous devons atteindre. La vraie beauté vient de l'intérieur, dans les passions d'une femme, dans sa créativité, dans ce qu'elle réussit, dans sa vraie nature ; elle illumine leurs yeux et leur sourire.

Quand une femme s'aime, elle dégage de la confiance et les gens sont attirés par cela, comme si c'était un aimant.

Une femme laide, cela n'existe pas, selon moi. Les comportements laids, oui, cela existe, mais il y a quelque chose de beau dans toutes les femmes. Admettez-le, les filles. Ne vous excusez pas d'être belle, que ce soit dit de manière impolie ou élégante -JAMAIS. Ne laissez jamais quelqu'un vous définir par votre apparence, que ce soit votre visage, vos cheveux ou votre poids. Vous vous définissez vous-même. Apprenons aux jeunes filles comment devenir de grandes femmes.

Dix trucs pour rester belle en dormant
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée