LES BLOGUES

Engager le dialogue sur un projet de loi qui désorganisera le réseau de la santé

11/10/2014 09:21 EDT | Actualisé 11/12/2014 05:12 EST

Il est fort possible que d'ici à Noël, je revienne sur le projet de loi 10 quelques fois. Les trois docteurs qui nous gouvernent font une priorité de ce projet de loi. Et comme ils n'ont jamais parlé de cette réforme pendant la campagne électorale, ils en parlent maintenant et avec insistance. Ce projet de loi n'a aucune légitimité! Les trois médecins avaient une responsabilité d'en parler il y a 8 mois, avant d'être élus. Ils ont bien mieux aimé parler de charte et de référendum que « des vraies affaires » qui comptent pour la population!

Le gouvernement Couillard, notamment par la voix du ministre Barrette, a eu une semaine pour vendre leur projet de loi 10. Une semaine où ils ont laissé en silence les problèmes qu'on y retrouve. Une semaine où les opposants se demandaient par quel bout prendre ça, tellement il y a des drapeaux à lever.

Le ministre prononçait tous les mots clés pour chercher une adhésion rapide à sa proposition. Bureaucratie, agence régionale de bureaucrates, amélioration des services pour le patient, retour d'impôt, etc. Ça fait longtemps que je n'ai pas vu une présentation de projet de loi aussi démagogique et avec si peu de justification basée sur l'expérience terrain. Ce n'est pas surprenant. Toutes les indications sont à l'effet que le ministre a concocté ce projet de loi néfaste avec une poignée de hauts fonctionnaires et amis du Parti.

On ne doit pas se surprendre que le gouvernement n'ait pas consulté les experts académiques. Ce projet purement idéologique ne supporte pas le regard des experts, qui d'une seule voix le dénonce.

Ce n'est pas surprenant qu'on n'ait pas consulté les syndicats. Le gouvernement prépare une bataille à moyen et à long terme avec les syndicats (bataille qui est déjà entamée avec un autre projet de loi, le projet de loi 3). Donc, malgré l'expertise terrain des syndiqué(e)-s, aucune consultation n'a été faite. Ce n'est pas surprenant non plus que le gouvernement n'ait pas consulté les différentes coalitions dans la santé pour avoir leur opinion. Le projet de loi 10 n'a rien à voir avec une réforme de la santé en faveur des soins à la population. Le projet de loi 10 est un outil de démantèlement de l'État.

Le gouvernement intimide les composantes du réseau

Voyez-vous, si le projet de loi 10 avait comme intention d'améliorer la prestation des services de santé et de services sociaux, il aurait été normal que le ministre consulte minimalement les gestionnaires du réseau. Au contraire, le ministre menace publiquement et régulièrement les gestionnaires du réseau depuis le printemps passé. Afin d'assurer que son message est bien compris, notamment par les plus hauts dirigeants des établissements du réseau, le projet de loi indique que c'est le ministre lui-même qui va nommer les membres du conseil d'administration ainsi que les directeurs généraux et leurs adjoints dans tous les établissements du réseau dorénavant! (Voir les articles 28 et suivants du projet de loi 10)

Je ne me rappelle pas d'avoir déjà vu un gouvernement qui sentait autant le besoin de menacer régulièrement les personnes responsables d'appliquer cette réforme si elle est adoptée.

On peut comprendre que les gestionnaires du réseau ne veulent pas faire des kamikazes d'eux-mêmes avant de savoir si d'autres vont lever les drapeaux.

Début de la contestation

D'abord, l'ancien ministre de la Santé et des Services sociaux, Réjean Hébert, a fait une sortie bien sentie contre le projet de loi 10. Pas surprenant diront plusieurs et avec raison. Cependant, il a frappé dans le mille à en juger par la réaction du ministre actuel. Maintenant, depuis quelques jours, les intellectuels commencent à se prononcer avec des arguments bien placés.

Et ce n'est qu'un début. Les coalitions dans la santé vont se prononcer au cours des prochaines semaines. Des organismes communautaires vont avoir des choses à dire au cours des semaines à venir. Pensons notamment aux organisations qui se préoccupent des services sociaux et qui sont très inquiètes.

Nous, à la Fédération de la Santé et des Services sociaux (CSN), avons déjà fait un premier tour de piste sur la question la semaine passée en instance. Il y avait une unanimité sur le plancher de notre instance contre ce projet de loi qui va être très néfaste pour la population (et pas seulement pour nos membres). Les délégué(e)s nous ont mandaté pour proposer un plan d'action musclé.

À la fin de la semaine prochaine, nous allons proposer ce plan d'action. Nous multiplions les contacts avec les organisations dans la santé et les services sociaux qui sont préoccupées par la situation. Tout le monde constate l'urgence de résister à ce projet de loi qui vise à défaire le réseau de la santé et surtout des services sociaux. Lors des prochains billets, je vous parlerai de la réaction de notre monde et pourquoi vous devez, vous aussi, être préoccupés par les actions de ce gouvernement.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les compressions du gouvernement Couillard

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter