LES BLOGUES

Des rosiers adaptés à nos hivers québécois

28/05/2014 04:26 EDT | Actualisé 28/07/2014 05:12 EDT

Vous êtes fatigué de choyer vos rosiers hybrides (hybrides de thé, polyantha, grandiflora) et de les protéger en hiver, cet article va certainement vous intéresser...

Si vous choisissez de planter dans votre cour un rosier rustique sachez que c'est un plant qui est bien adapté à l'hiver rigoureux de notre climat. Il pousse naturellement dans notre Province sans précautions ni soins particuliers, sauf un peu de taille pour lui garder une belle forme...

Contrairement aux rosiers importés ou acclimatés qui demandent un sol bien drainé, riche et meuble et au PH neutre, le rosier rustique est idéal pour vous, surtout si vous êtes un jardinier paresseux. Il pousse malgré des températures extrêmes, sur des sols plus ou moins riches et est très vigoureux et bien résistant aux maladies.

Tous les rosiers rustiques ont des exigences différentes, mais doivent être exposés au soleil ou avoir quantité de lumière suffisante (6 à 8 heures par jour) pour fleurir généreusement.

Un point important que j'aimerais aborder est celui des rosiers greffés. Si vous voulez planter un rosier, choisissez de préférence un rosier non greffé c'est à dire avec ses vraies racines ou appelé franc de pied. Celui greffé se reconnait par un renflement au-dessus des racines.

Pourquoi?

Lorsqu'à la fin de l'hiver vous vous apercevez malgré une protection que votre magnifique rosier sensé être rustique, a ses tiges gelées au dessus du renflement ( collet ou greffe) et semble mort, vous pourriez découvrir en dessous du bourrelet, des bourgeons qui auront résisté au froid protégés car enfouis dans le sol. C'est normal, le porte greffe plus rustique a repris ses origines de rusticité naturelles et vous vous retrouvez avec un églantier ou porte-greffe à la place de votre sélection hybridée. Selon la résistance du porte-greffe au froid dans votre zone, vous pouvez tout bonnement perdre votre rosier

En conclusion, sous nos climats, je vous conseille d'acheter de préférence, des rosiers non greffés de Zone 3, 4 voir 5 avec une tige droite sans renflement et portant plusieurs tiges au niveau racinaire plus résistants. Vous ne pourrez plus dire que les rosiers sont difficiles à cultiver !

Je vous suggère de planter entre les rosiers, de la lavande, de la cataire (népéta), du romarin, des oeillets mignardises... qui par leurs odeurs ont un effet répulsif contre les insectes ravageurs.

Le premier plant rustique (en 1900 Otawa) de la série « Explorateur » et dont le cultivar "Agnès" a été le premier hybridé au Canada est un des rares cultivé encore aujourd'hui.

Depuis, les hybrideurs n'ont cessés de créer de nouveaux sujets : série Pakland (rosa rugosa), Explorateur (rosier Champlain, John Cabot), Artistes canadiens, version canadienne contemporaine de Explorateur.

D'autres rosiéristes français (Meilland) ou anglais (David Austin)ont importé des variétés bien acclimatées à nos régions.

rosiers

Quelques rosiers parmi mes préférences :

Série Explorateur :

-Louis Joliet (Zone 3) : Fleurs roses doubles moyennes, en grappes, remontant, parfum épicé peut être grimpant. Très vigoureux, résistant bien aux maladies

Champlain (Zone 3) : Fleurs rouges brillant, doubles moyennes, remontant, parfum intense. Résistant aux maladies

Série Shrub :

Félix Leclerc (Zone 3) Riches fleurs roses fuchsia , doubles moyennes en grappes, remontant, excellente résistance aux maladies, grimpant

Série Artistes Canadien :

Emily Carr (Zone 3) Très florifère, fleurs rouges semi-double en grappes, remontant, très vigoureux et très résistant aux maladies

Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un nouveau billet.

Jardinalement,

Jean-Jacques Revel

Les rosiers rustiques du Québec