LES BLOGUES

Guillaume Wagner, ou la jalousie mal contenue

05/12/2016 01:32 EST | Actualisé 05/12/2016 06:00 EST

Depuis quelques jours, deux humoristes connus se sont lancés dans une guerre de mots, soi-disant sur l'éthique, mais qui cache à mon avis de plus mesquines motivations.

Bon. Je reformule. Un humoriste connu et aimé des Québécois s'est plutôt défendu d'une attaque dégoûtante, gratuite, et trop clairement motivée par la jalousie, en provenance d'un humoriste beaucoup moins connu et aimé, et qui, au bout de toutes ces années, n'a toujours pas compris pourquoi c'était le cas...

J'aime bien Wagner. Depuis ses débuts. Je n'ai rien non plus contre la controverse. Même si je n'avais pas aimé le gag contre le petit qui chante comme une casserole, je prenais la part de Mike Ward, lorsque celui-ci s'est vu démolir dans les médias, parce que la censure m'a toujours dégoûté. Quand Wagner avait fait, il y a quelques années, une blague de mauvais goût sur Marie-Hélène Thibert, disparue depuis des radars, et qu'il avait dû faire face à sa première tempête, je lui avais même envoyé un mot de soutien, pour ce que ça valait. C'était dans le cadre d'un spectacle d'humour, et l'humour doit être libre, point.

Quand je l'ai entendu agresser Martin Matte en ondes, par contre, avec un manque de classe à faire fermer une école, toutefois, j'ai figé. Pendant un instant, je me suis vraiment dit : Naaan... Tu n'as pas entendu ça !

Parce que même s'il avait eu raison, et c'est loin d'être le cas, il faut foutrement mal connaître son propre milieu pour s'attaquer à Martin Matte, quand tu es encore un petit rien du tout. En d'autres mots, lorsque tu es une souris, faut être drôlement idiot pour aller mordre le cul d'un lion, spécialement quand il ne t'a rien fait. Encore plus quand la seule motivation de l'attaque est que le lion mange mieux que toi...

Martin Matte fait de la pub pour Maxi. Et alors... Je ne vais pas plus aller faire mon épicerie entre leurs murs, mais je suis capable de reconnaître une bonne pub quand j'en vois une. Elle est marrante, il faut bien le dire, et Matte y demeure lui-même. J'ai même eu la surprise d'y voir également un autre acteur et humoriste de grand talent, Dominic Quarré, que vous serez appelé à revoir dans le futur. Martin Matte réussit le tour de force, en annonçant une chaîne que je n'ai jamais beaucoup apprécié, de demeurer dans son rôle sans avoir l'air, ne serait-ce qu'un seul instant, de vendre ses fesses au plus offrant. Et même s'il en avait l'air, je vous défie de refuser une fortune pour quelques heures de boulot, de temps à autre.

Parce que c'est facile, d'avoir de l'éthique, et de dire que tu ne le ferais pas, quand personne ne veut de toi. Quand personne ne te propose rien.

Oui, Martin Matte a dû toucher une jolie petite cagnotte pour devenir le porte-parole de la chaîne. Sans doute plus que Wagner a rapporté dans son année, et c'est là que le bât blesse. Ce que Wagner ne semble pas comprendre, c'est que Matte n'est pas payé autant pour la pub. Il est payé pour l'amour et le respect que lui portent les Québécois, qui sont le fruit d'une vie de travail. Il est payé pour la ''fausse personnalité'' truculente qu'il s'est créé en spectacle, et qui se transpose drôlement bien dans la pub en question. Raison pour laquelle, j'imagine, Guy Jodoin est également le porte-parole d'une chaîne concurrente, avec un peu moins de succès. Parce qu'il est aimable et respecté de ses pairs.

Wagner est sûrement quelqu'un d'aimable, aussi. Avec sa famille et ses amis, à tout le moins, si ce n'est avec tout le monde, pour ce que j'en sais. Ce n'est toutefois pas l'image qu'il projette, depuis quelques jours, et il a manqué une bonne occasion de raffiner ses propos, voire de fermer sa gueule. De briser la règle non écrite qui veut qu'on ne trash jamais un collègue aurait pu lui valoir mon respect, à la limite, car j'ai horreur de la langue de bois, et de s'attaquer à un monstre sacré comme Matte, encore plus, car j'aime les courageux, et les humoristes qui n'ont pas peur de choquer.

Martin Matte est un grand. Un jour, on en parlera comme du Yvon Deschamps de son époque.

Si ça avait été fait pour les bonnes raisons. Si ça avait été fait avec un minimum de classe. Si une jalousie pathétique n'avait pas motivé le tout, parce que ses affaires à lui fonctionnent so-so... S'il n'en avait pas rajouté une couche après qu'un Martin Matte blessé, qui s'est drôlement bien contenu, dans les circonstances, ait répondu à cette attaque gratuite.

Matte est un grand. Un jour, on en parlera comme du Yvon Deschamps de son époque. Surtout, c'est un type bien, qui se dévoue à des causes, n'a jamais que des mots d'encouragement pour ses collègues moins fortunés, quand il ne les propulse pas de l'avant d'un compliment. Il réussit pratiquement tout ce qu'il entreprend, parce que le talent est là. Wagner fait partie du paysage de l'humour, au Québec, depuis des années, et le public continue de se demander s'il a ce qu'il faut pour y demeurer.

C'est sûr que ça fait chier, un humoriste qui fait salle comble au St-Denis, quand tu te produis au Zénith de St-Eustache ou au Palace de Granby. Il n'a toutefois pas l'air de comprendre que Matte a dû se les taper, les petites salles, lui aussi, avant de devenir ce qu'il est, et qu'il n'a pas la moindre de chance de faire ne serait-ce que la moitié de son parcours, si sa seule façon de faire parler de lui est de vomir sur ceux qui réussissent mieux que lui, ce qui inclut pas mal tous ses collègues. Dont certains ont fait de la pub pour Loto-Québec sans le faire le moindrement sourciller, d'ailleurs. Mais bon... Tu ne te fais pas de pub, en attaquant Dominic Paquet ou Adib Alkhalidey, t'sais...

Wagner devrait prendre exemple sur François Bellefeuille, s'il veut faire parler de lui. Un humoriste du même niveau, qui fait aussi dans l'humour différent, et dont chaque pub, complètement déjantée, lui gagne de nouveaux fans. Le talent, c'est ça...

Ce que le public a compris de sa sortie contre Matte, toutefois, c'est son amertume et sa jalousie. Pour ceux qui ne le connaissaient pas très bien, et on s'entend que ça incluait pas mal tout le monde, ce n'était sans pas le meilleur moyen de se mettre sur la carte...

Découvrez d'autres textes de Jean-Michel David sur son blogue personnel

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quelques sketchs incontournables en humour

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter