RECEVEZ LES NOUVELLES DE Jean-François Lisée
 

Le jour ou le NPD ne s'est pas suicidé

Publication: 25/03/2012 09:00

Ma collègue et amie Antonia Maioni, de McGill, avait tout expliqué dans son texte du Globe and Mail de vendredi intitulé: The NDP's question is the Québec question. La question du NPD est la question du Québec.

En effet, il n'existait, et n'existe, qu'un parcours crédible vers le maintien du NPD en position durable d'opposition officielle et de prétendant au pouvoir: il passe par la consolidation de ses gains québécois du 2 mai dernier. Sans ces gains, sérieusement mis en péril ces derniers mois, le NPD redeviendrait le troisième parti du Canada. Sans Thomas Mulcair, le NPD ne pouvait conserver ces gains. Avec lui, il est possible de les conserver, du moins d'en conserver suffisamment.

Les militants hors-Québec du NPD avaient donc la tâche de comprendre cette dynamique et d'agir en conséquence. Ce n'était pas joué d'avance. Les militants libéraux fédéraux ont deux fois choisi un Québécois impopulaire au Québec -- Jean Chrétien et Stéphane Dion -- refusant d'écouter les signaux que leurs autres collègues québécois leur envoyaient.

Lisez la suite de ce billet sur le blogue de Jean-François Lisée.

 

Suivre Jean-François Lisée sur Twitter: www.twitter.com/Lactu_Lisee