LES BLOGUES

Bilan du PQ: Ma réponse à Jules Falardeau

29/04/2013 10:01 EDT | Actualisé 29/06/2013 05:12 EDT
PC

Il y a quelques jours, le cinéaste Jules Falardeau m'a écrit une lettre ouverte sur le Huffington Post. Il me fait plaisir de lui répondre.

Salut Jules,

Je ne te connais pas personnellement, mais comme tu m'as écrit et que tu poses des questions qui méritent réponse, je me lance.

Tu résumes ton propos dans ces deux paragraphes:

Moi j'aimais bien votre idée d'augmenter les impôts pour les plus riches. L'idée a duré quatre jours? À la place vous indexez les frais de scolarité. Vous trahissez les gens qui ont passé des mois dans la rue à se faire brasser par la police et qui ont causé la chute du précédent gouvernement. Et je ne parlerai pas de Madame Maltais avec ses histoires d'aide sociale. [...]

Il me semble que je répète continuellement les mêmes choses à votre sujet. Et je ne suis pas seul. Beaucoup de militants que je connais - de la première heure, des nouveaux, des gens motivés par des questions sociales et par l'indépendance - ne se retrouvent plus dans le PQ. Comment leur donner tort. Vous perdez des votes sur votre point n°1 au profit d'Option nationale, sur votre gauche au profit de Québec solidaire et sur votre droite au profit de la CAQ. Pendant ce temps, vous courtisez la communauté anglophone qui vote contre vous depuis toujours. C'est là que j'ai besoin d'explications.

Bon. C'est tout un programme. Comme je te sais progressiste, je vais commencer par là. En sept mois, le gouvernement du Parti québécois: 1) a aboli la taxe santé pour un million de Québécois les plus pauvres; 2) l'a réduit pour un autre deux millions; 3) a augmenté les impôts sur les plus riches; 4) a aboli l'augmentation des droits de scolarité de 82% pour la ramener à une indexation qui suit le niveau de revenu des ménages (l'indexation, c'était notre position pendant la campagne électorale); 5) a aboli la hausse programmée par les libéraux de 20% des tarifs d'Hydro pour la remplacer par une simple indexation; 6) a augmenté le salaire minimum au-delà des 10$, ce premier mai; 7) a investi 110 millions $ dans les soins à domicile pour les aînés et propose une « assurance autonomie ».

C'est tout ? Non. On a annoncé deux mesures extrêmement importantes pour sortir de la pauvreté les enfants les plus démunis: l'ouverture de maternelles quatre ans dans les quartiers défavorisés et l'extension des places de garderie pour que chaque enfant ait une place. Ah, à ce sujet, tu as entendu dire qu'on avait coupé dans les budgets des garderies ? C'est vrai qu'on tente de faire plus avec moins. Mais as-tu entendu dire que Nicole Léger a négocié avec les garderies et en est arrivée à une entente à ce sujet ? Non ? C'est pourtant le cas.

C'est tout ? Non. Je sais que tu es préoccupé par les mesures annoncées par Agnès Maltais sur l'Aide sociale. Sur le fond, il s'agit d'arrêter de dire que toute personne de 55 ans est, automatiquement, inapte au travail, et d'arrêter de dire que les deux membres d'un couple qui a des enfants de moins de cinq sont, tous les deux, inaptes au travail. Pour ceux qui sont depuis longtemps à l'Aide sociale, chaque cas est particulier. C'est pourquoi Agnès s'est engagée à ce que chaque personne soit suivie et que ceux qui ne peuvent retourner en emploi ne soient nullement pénalisés. Surtout, elle annoncera sous peu un relèvement des sommes versées aux personnes les plus pauvres au Québec: les personnes seules qui sont assistées sociales. Et je suis certain que tu n'as pas vu passer l'autre annonce d'Agnès: 70 millions de plus qu'avant pour aider l'insertion en emploi d'un plus grand nombre de Québécois démunis. Au global, l'action du gouvernement fait reculer la pauvreté. Et c'est bien le but de l'exercice.

C'est tout ? Non. On va donner une impulsion nouvelle à l'économie sociale -- on a déposé une loi-cadre qui va mettre une fois de plus le Québec à l'avant-garde du développement de ce type d'entreprises et d'emploi. Cela t'avait échappé ? Et, oui, côté revenus, on est sur le point de déposer un régime de redevances minières qui va donner une plus grande part de richesse aux Québécois.

Lire la suite de ce billet sur le blogue personnel de Jean-François Lisée

VOIR AUSSI

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois