LES BLOGUES

Bataille de Londres: le lingot et les pépites

02/05/2013 06:21 EDT | Actualisé 02/07/2013 05:12 EDT
Alamy

J'ai terminé depuis quelques jours la passionnante lecture du livre La bataille de Londres, de l'historien Frédéric Bastien.

Dans ce genre de grande enquête historique, il arrive qu'on trouve un filon d'or. On en ressort un lingot: dans ce cas, l'extraordinaire fait que le juge en chef de la Cour suprême et un de ses collègues ont enfreint la règle de la division des pouvoirs pour aider le gouvernement Trudeau et le gouvernement britannique à réussir leur opération de rapatriement unilatéral de la constitution.

On en a lu, dans la presse, les éléments essentiels. Mais retrouvés dans le corps du récit qu'en fait Bastien, l'importance de ces confidences ressortent encore plus clairement.

Puis, il y a les pépites. Les informations nouvelles, dignes de mention, mais rarement reprises.

Premièrement les étonnantes opinions des diplomates britanniques au Canada.

D'abord, le biais anti-péquiste primaire du Consul général à Montréal, en 1976:

Le Québec est simplement trop petit et trop exposé à l'influence nord-américaine pour préserver sa pureté. En ce qui concerne la culture québécoise, il est inutile de prévoir une renaissance car, en termes clairs, les arts ne sont pas florissants au Québec. (...) L'enseignement non plus ne s'y épanouit pas avec grande vigueur.

Mais il est également étonnant de constater combien les deux Hauts-commissaires britanniques (ambassadeurs) à Ottawa développent une réelle hostilité envers Pierre Trudeau et ce que le premier, John Ford, appellera un « cout d'État ».

Bastien raconte que Ford va jusqu'à couler à un journaliste anglophone le relevé d'une discussion entre Trudeau et Margaret Thatcher, pour bien faire comprendre que Trudeau ment au sujet du contenu de la discussion.

Lire la suite de ce billet sur le blogue de Jean-François Lisée