LES BLOGUES

Pourquoi devenir végétarien? Un bref exposé

18/02/2015 11:26 EST | Actualisé 20/04/2015 05:12 EDT

Le 9 février dernier Télé-Québec présentait Love Meat Tender: la viande à tout prix. Le documentaire en question nous informait de l'évolution de l'industrie de la viande et ses implications sur l'environnement et la santé publique. On soulève aussi timidement une réflexion sur nos rapports avec les animaux sans toutefois faire l'apologie de l'éthique animale. Après avoir regardé ce documentaire, j'ai donc décidé de saisir l'occasion d'écrire un article et ainsi présenter brièvement les grands axes sur lesquels reposent les raisons qui justifient l'adoption du végétarisme.

L'éthique

Contrairement à ce qu'on essaie de nous faire croire à travers la propagande de l'industrie de la viande, les animaux d'élevages ne sont pas élevés dans des petites fermes familiales sympathiques comme on nous le présente sur les « pintes » de lait. Les grosses fermes industrielles qui pratiquent l'élevage intensif d'animaux sont majoritaires et le Canada et le Québec ne font pas exception à cette pratique . Selon Carl Saucier-Bouffard, on élève et abat 180 millions d'animaux au Québec et 650 millions au Canada . Avec un nombre aussi important de bêtes abattues chaque année, il serait plutôt naïf de croire que ces animaux sont élevés et abattus dans de bonnes conditions. C'est plutôt l'inverse qui correspond à la réalité.

Par exemple, saviez-vous que les jeunes porcs mâles sont castrés sans aucune anesthésie? Et que cette « opération » est faite rapidement avec un scalpel ou un couteau non stérilisé? Et que cette pratique est une norme dans l'industrie? Probablement que vous l'ignorez et c'est assez facile de comprendre pourquoi : l'industrie ne veut pas que vous le sachiez! En s'informant un peu on se rend compte que tous les animaux d'élevages (poules, vaches, bœufs, veaux, etc.) sont confrontés au triste sort de l'élevage industriel productiviste : ils sont traités comme de la marchandise sans aucune considération de la souffrance qu'ils peuvent ressentir.

L'environnement

La question environnementale est omniprésente dans l'actualité et la pratique du végétarisme est étroitement liée à cette dernière, car elle est souvent motivée par une volonté de réduire son empreinte écologique. Ces motivations ne sont pas sans fondements scientifiques. En effet, la production de produits d'origines animales comme la viande est parmi la principale responsable des problèmes environnementaux sur la planète selon un rapport du PNEU(Programme des Nations Unies pour l'Environnement). Toujours selon le même rapport, le PNEU affirme que les études convergent sur le fait que les produits d'origines animales utilisent une grande proportion des terres cultivables: en consommant de la viande, on consomme indirectement les ressources de la terre (les animaux d'élevages consommant directement ces ressources) . Nous pouvons déduire qu'en consommant directement les ressources de la terre, on utiliserait moins de terres cultivables et réduirait donc notre utilisation des ressources naturelles.

Des chercheurs de l'Université de Chicago (Gidon Eshel and Pamela Martin) ont étudié précisément la relation entre la production d'aliments et leurs coûts énergétiques. Après avoir comparé une diète typiquement américaine qui comprend de la viande rouge, du poisson, de la volaille et une diète végétarienne (qui inclut des œufs et des produits laitiers), les chercheurs ont conclu que la diète végétarienne et végétalienne (qui ne comprend aucun produit d'origine animale) nécessitait moins d'énergie à produire et par conséquent est plus écologique. De plus, adopter un régime végétarien contribue a diminuer la production de gaz à effet de serre d'un tiers comparativement à un régime non végétarien. C'est donc une façon efficace de lutter contre les changements climatiques conclus aussi une étude de la Loma Linda University School of Public Health .

La santé

Du point de vue de la santé, non seulement les régimes végétarien et végétalien permettent une alimentation complète, mais ils ont des bénéfices pour la santé. Le fait de ne pas consommer de graisses animales a l'avantage de nous protéger contre des maladies cardio-vasculaires . De plus, on observe que les végétariens ont une pression artérielle plus basse, un taux de cholestérol moins élevé, un plus faible taux d'hypertension et de diabète de type 2. Les végétariens ont aussi, de façon générale, un indice de masse corporelle moins élevé ainsi qu'un risque moins élevé de développer des cancers. Le menu végétarien ferait en sorte que les aliments comme les fruits, les légumes, les grains entiers, les graines, les noix, les fibres et des composés phytochimiques (« phytochemicals ») sont consommés en plus grande quantité que dans un régime non végétarien. De plus, la consommation de gras saturé et de cholestérol est réduite ce qui diminue le risque de développer des maladies chroniques .

Le professeur émérite de l'Université Cornell T. Colin Campbell Ph.D qui est auteur du « China Study » (étude épidémiologique étudiant la relation entre l'alimentation et les maladies), met en évidence plusieurs avantages du régime végétarien et met aussi en évidence les risques que comporte la consommation des produits laitiers. Ces derniers seraient responsables de promouvoir le cancer parce qu'ils contiennent une protéine nommée caséine. Cette protéine aurait pour effet d'altérer le mélange d'hormones et modifier l'action de certaines enzymes importantes.

Conclusion

Après avoir présenté brièvement les trois axes sur lesquels s'articulent les raisons qui justifient l'adoption du régime végétarien, on peut mieux comprendre pourquoi certaines personnes adoptent une pratique aussi antinomique à la culture culinaire dominante. Bien que ces faits constituent des motifs sensés pour l'adoption d'une telle pratique, il n'en demeure pas moins que les végétariens représentent une minorité de la population mondiale. Évidemment, on a beau présenter un bon argumentaire, c'est la mise en pratique qui pose problème: les habitudes vies sont souvent difficiles à changer surtout quand celles-ci vont à l'encontre de la culture dominante. Culture dominante qui donne souvent l'impression que consommer des produits d'origines animales relève d'une nécessité métaphysique! Eh bien non ce n'est pas le cas! Avec un peu d'audace et de persévérance, le végétarisme est à portée de mains et ce plus que jamais.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les références que j'ai utilisées

- American Dietetic Association, Vegetarian Diets.

- Huffpost Healthy Living, A Cure For Cancer? Eating A Plant-Based Diet, Kathy Freston

- Metro, L'éthique animale pour les nuls

- Science daily, Vegetarian diets produce fewer greenhouse gases and increase longevity, say new studies

- Texas Tech University, The Pig Castration Site, How is castration Performed?

- The University of Chicago, Study: vegan diets healthier for planet, people than meat diets

- UNEP, Assessing the Environmental Impacts of Consumption and Production: Priority Products and materials, 2010


Et ces organismes et associations:

- La Société Végane Abolitionniste

- Association végétarienne de Montréal

- Vegan Outreach

- Mercy for animals

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Restaurants végétariens à Montréal

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter