LES BLOGUES

Je n'ai plus confiance en notre Justice

16/09/2014 12:19 EDT | Actualisé 15/11/2014 05:12 EST

Comme la très grande majorité d'entre vous, je suis indigné, révolté et très surpris de la remise en liberté de Guy Turcotte. On aura beau m'expliquer le droit, la justice et la loi, la décision de lui rendre la liberté me rend littéralement malade. Que les avocats qui participent aux bulletins de nouvelles cessent aussi de nous parler de règle de droit et de la décision «courageuse» du juge ayant remis Turcotte en liberté.

En gros le juge devait répondre à ces quelques questions avant de remettre ou non ce «meurtrier» en liberté :

1 - Turcotte est-il un danger pour la société et pour les proches d'Anne-Sophie et Olivier ?

2 - Y a-t-il un danger que Turcotte puisse fuir et ne pas se présenter à son procès ? Est-il suicidaire ?

3 - La décision peut-elle influencer le degré de confiance du public envers le système judiciaire ?

Je réponds oui à ces trois questions. Et vous? Visiblement le juge n'a pas la même vision de cette affaire que la majorité d'entre nous. On dit aussi qu'il s'est basé sur la jurisprudence. Mais comment peut-on en telle matière se baser sur ce que d'autres juges ont décidé ? Chaque cas est un cas d'espèce, car chaque personne souffrant de maladie mentale qui les pousse au meurtre ne se comportera pas de la même façon. S'est-il basé aussi sur les témoignages des experts ? Probablement en grande partie. Encore là, pour chaque psychiatre qui déclare Turcotte apte à vivre en liberté, il y en aura un autre qui va témoigner du contraire. Pourquoi est-ce ainsi? Parce que même en psychiatrie, chaque patient est différent et évalué au cas par cas et non, comme le fait la justice, en tenant compte des cas précédents comportant des similarités.

L'un des arguments de Turcotte afin de retrouver sa liberté en attendant son procès à été de démontrer qu'il serait plus utile à la société en liberté plutôt qu'en prison. Si je pouvais lui parler en face à face, je lui dirais qu'Anne-Sophie et Olivier, ses propres enfants qu'il a mutilés et tués de 47 coups de couteaux seraient eux aussi très utiles à la société. Eux, par contre, ne peuvent plus jouer avec leurs amis, aller à l'école, grandir, dire je t'aime, avoir des familles, apporter leur contribution à la société, car un homme, leur père de surcroit, a décidé qu'ils avaient assez vécu !

Comme le ridicule ne tue pas, Guy Turcotte, qui a avoué lors du premier procès avoir tué ses enfants, pourra techniquement et légalement plaider non coupable au procès pour double meurtre qui se tiendra en septembre 2015. J'imagine mal ce que doit vivre Isabelle Gaston et son entourage en sachant cela et en constatant aussi que l'ex-cardiologue devient aidant naturel. Bordel ! Cet homme est un meurtrier. Aidant naturel. Franchement ! Si j'étais malade et qu'il m'offrait ses services, je lui dirais sans user de tact et de diplomatie, comme je le fais ici, d'aller se faire voir ailleurs.

Cela dit je n'ai plus aucune, mais vraiment aucune confiance en notre système judiciaire. En nous basant sur cette décision qui sème la révolte, nous devrions exiger de nos élus que la loi soit modifiée afin qu'une personne inculpée de meurtre ne puisse pas recouvrer sa liberté en attente de procès, point! Entre-temps, je souhaite ardemment que la Couronne, censée représenter la population, fasse appel de cette décision de remise en liberté. Le procureur de la Couronne se doit, et nous doit de penser à Anne-Sophie, Olivier, Isabelle et leurs proches qui sont tous victimes, et tout tenter afin de faire enfermer cet homme jusqu'au procès. Les avocats de Turcotte et le juge vont probablement dormir comme à l'habitude. Isabelle Gaston par contre dormira-t-elle ? Se sentira-t-elle en sécurité en sachant que celui qui lui a enlevé ses deux amours est en liberté ? C'est cette seule question qu'aurait du se poser le système tel avait été le cas, Turcotte serait en prison à l'heure actuelle.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Libération de Guy Turcotte: réactions Twitter


L'affaire Turcotte en quelques photos

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter