LES BLOGUES

Peter Boettke, le visage moderne de l’école autrichienne d’économie

Les penseurs autrichiens voient l'économie comme un système complexe et non comme une machine.

19/07/2017 09:00 EDT | Actualisé 19/07/2017 09:00 EDT
Martin Barraud via Getty Images
Les penseurs autrichiens voient l'économie comme un système complexe et non comme une machine.

Nombreuses sont les écoles de pensée en économie, au point où il peut devenir difficile de s'y retrouver : keynésiens, monétaristes, supply-siders, choix publics, « autrichiens » et autres clans s'affrontent dans un combat intellectuel. Ces débats ont créé une perception erronée de l'économie comme étant un domaine qui n'arrive jamais à un consensus, et ce même si la plupart des économistes s'entendent sur un grand nombre de choses, par exemple sur les bénéfices du libre-échange.

Une de ces grandes écoles de pensée est l'école autrichienne, dont les débuts remontent à 1871. Elle fut fondée par Carl Menger, puis mise à l'avant-scène par de grands économistes tels Ludwig von Mises et Friedrich Hayek, qui ont été l'objet de blogues semblables à celui-ci récemment.

Ce courant a permis de faire avancer la compréhension de la science économique grâce à l'apport de plusieurs concepts importants, comme la subjectivité de la valeur et l'analyse marginale, qui sont aujourd'hui intégrés à la théorie économique moderne. Les tenants de l'école autrichienne sont d'ailleurs les premiers à avoir prévu l'échec inévitable de la planification centralisée en Union soviétique.

Les penseurs autrichiens voient l'économie comme un système complexe et non comme une machine.

Cependant, l'école autrichienne a été relativement marginalisée au cours des dernières décennies, dans la mesure où elle se trouve à l'écart du courant principal ou populaire dans les milieux universitaires. Une des raisons est le rejet des modèles mathématiques si prédominants dans la science économique contemporaine. Les penseurs autrichiens voient l'économie comme un système complexe et non comme une machine. De leur perspective, l'étude de l'économie ressemble plutôt à la philosophie ou à la psychologie, et non à la physique ou à la mécanique.

Les enseignements de l'école autrichienne sont-ils pour autant moins pertinents ? Ses théories ont-elles encore leur place dans le milieu universitaire ? L'exemple de Peter Boettke démontre que c'est indiscutablement le cas.

Autrichien et multidisciplinaire

Professeur d'économie et de philosophie à la réputée Université George Mason, Peter Boettke mélange l'économie autrichienne avec d'autres écoles de pensées, par exemple celle des choix publics et celle de l'économie institutionnelle.

Il est reconnu comme quelqu'un qui aime partager sa passion pour l'économie, et il la diffuse de plusieurs façons : en dirigeant des thèses et des mémoires, en inspirant la relève, en donnant des conférences et des entrevues, et en écrivant des livres. Il décrit son livre le plus apprécié, Living Economics :Yesterday, Today and Tomorrow, comme une œuvre visant à montrer la beauté de l'étude économique et à inspirer ceux que le sujet intéresse.

Boettke est aussi l'auteur d'environ 250 recherches. Au début de sa carrière, il a beaucoup travaillé sur l'économie de l'Union soviétique et l'effondrement de celle-ci. Ses travaux couvrent maintenant une multitude de domaines : économie politique, méthodologie, penseurs, rôle des institutions dans le développement économique, etc. Il est également actif au sein du Mercatus Center, un think tank basé à George Mason où il agit comme vice-président du Programme d'étude F. A. Hayek en philosophie, politique et économie. Enfin, il préside la Société du Mont-Pèlerin, une prestigieuse association internationale d'intellectuels qui défendent la liberté.

Boettke évolue dans un lieu de travail assez particulier pour un économiste. Reconnu comme ayant une approche unique, le département d'économie de l'Université George Mason a accueilli deux récipiendaires du Nobel d'économie : James M. Buchanan, à l'origine de la théorie des choix publics, et Vernon L. Smith, pionnier de l'économie expérimentale. C'est donc un endroit où la théorie des choix publics, l'économie expérimentale et la tradition autrichienne fusionnent. Il en résulte une vision assez particulière de l'économie que l'on ne trouve nulle part ailleurs. C'est cette façon de penser, en dehors du cadre établi, qui fait la réputation du département.

Alors que les banques centrales du monde tentent de sortir d'une décennie de politiques monétaires non conventionnelles, il est fort possible que les théories autrichiennes sur la monnaie et les cycles économiques bénéficient d'un regain de popularité.

Alors que les banques centrales du monde tentent de sortir d'une décennie de politiques monétaires non conventionnelles, il est fort possible que les théories autrichiennes sur la monnaie et les cycles économiques bénéficient d'un regain de popularité. Les conditions économiques incertaines soulèvent des questions, et les réponses se trouvent parfois dans les idées des penseurs des siècles précédents. Celles développées par Menger, Mises et Hayek, et maintenant portées par Peter Boettke et plusieurs autres, vont certainement démontrer encore une fois toute leur pertinence.

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Leonard E. Read, l'homme derrière l'histoire
» Deirdre McCloskey: comment un économiste est devenu une grande économiste
» Médicaments: la bombe à retardement du projet de loi 81

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost