LES BLOGUES

Comment notre diaspora a atteint les plus hauts sommets (partie 3)

Liza Minnelli, Jim Carrey et John Menard Jr ont des origines québécoises. Le saviez-vous?

17/09/2017 08:00 EDT
Alessandro Bianchi / Reuters
À 19 ans, gonflé à bloc, le jeune homme part pour la Cité des anges avec mille piasses en poches où il deviendra Jim Carrey, l'un des plus célèbres comiques au monde.

Jacques Ménard dit Deslauriers s'établit à Beauport en 1680. La famille y reste presque un siècle avant le départ de Jacques (1750-1796), l'arrière-petit-fils, pour L'Assomption.

Un autre siècle plus tard, Joseph Ménard (1854-1936), l'arrière-petit-fils de Jacques, originaire de St-Lin (patrie de Sir Wilfrid Laurier, né un peu plus tôt en 1841), émigre au début des années 1870 à Eau Claire, Wisconsin, attiré comme beaucoup de Canadiens français par l'industrie forestière en pleine expansion après la Guerre de Sécession.

Eau Claire tient son nom des premiers coureurs des bois qui ont baptisé l'endroit pour la raison qu'on devine. Des gens comme Baptiste Leduc, Louis De Marie et Michel Cadotte sont passés par là au 18e siècle. De Marie avait payé 300$ aux Autochtones pour avoir le droit de commercer et de voyager en toute sécurité dans la région. Eau claire, Racine, Sainte-Croix, Trempealeau, Portage, La Crosse, Fond du Lac, le quart des comtés du Wisconsin aujourd'hui porte des noms bien français, témoignage du passage de notre peuple dans cet État de 6 millions d'habitants.

Au milieu des années 1940, le p'tit-fils de Joseph, John Robert (1917-1988), prof de mathématique à l'Université du Wisconsin, abandonne tout et s'achète une ferme. C'est là que son fils John Menard Jr apprend le travail à la dure.

En 1962, il s'incorpore et commence à vendre du bois le samedi, profitant de la fermeture des marchands de bois.

Encore étudiant, Jr construit des installations agricoles et des charpentes de bois autour de la ferme. En 1962, il s'incorpore et commence à vendre du bois le samedi, profitant de la fermeture des marchands de bois. Il ajoute des clous et du bardeau à son bois et ouvre son premier commerce en 1964, 14 ans avant Home Depot.

Les MENARDS aujourd'hui sont les RONA du Midwest américain : 45,000 employés, plus de 300 magasins répartis dans 14 États ce qui en fait la troisième chaîne de rénovation domiciliaire derrière les géants du marteau et du deux par quatre que sont Home Depot et Lowe's.

Avec une fortune estimée par Bloomberg à 12,2 milliards de vrais dollars, John Menard Jr est l'homme le plus riche du Wisconsin ; il est assis sur une valeur boursière supérieure à celles des Desmarais (3G), Coutu (2,1G), Bombardier (1,7G ), Godin (1,5G) et Péladeau (1G) com-bi-nés ! En calculant le taux de change, on pourrait même ajouter celle des pauvres Saputo (4G) , famille la plus riche du Québec quand même.

---------

Jean Bau dit Lanouette (1654-1728), épouse à Boucherville en 1672 Étiennette Loret Lord (1649-1733), une Fille du Roy.

Son arrière-arrière-petit-fils, Narcisse Lebeau Lalouette (1812-1897) développe très tôt son esprit d'aventure. Employé de la Compagnie de la Baie d'Hudson, il remonte les Grands Lacs en canot jusqu'à Chicago. Il fait plusieurs voyages entre Lachine et Chicago avant de s'y établir en 1851. Ses quatre frères le suivent. Les charpentiers Lebeau, comme on les appelait, ont construit le Palais de Justice, la gare et la plupart des édifices importants de l'époque dans ce qui deviendra la capitale mondiale de l'architecture au 20e siècle.

En 1869, son fils Flavien Charles (1849-1892) épouse Émilie May Cadieux, née sur l'Ile de Mackimac, dans le Michigan. Leur fille Marie-Émilie Lebeau 1871-1940) alias Mina Gennell, avec son mari Vincent Charles Minnelli (1861-1946), connaitra une carrière de saltimbanque à travers l'Amérique. En 1945, leur fils Vincent Minnelli 1903-1986) épouse Frances Ethel Gumm (Judy Garland) qui accouchera un an plus tard de Liza Minnelli, l'une des plus grandes stars du showbizz dans le dernier tiers du 20e siècle

---------------------------------

Marc-François Carré arrive à Québec vers 1740. Originaire des Côtes-D'Armor, près de Saint-Malo, il est marchand. En 1742, il épouse, à St-Joachim, sur la Côte-de-Beaupré, Josephte Paré, une Canadienne de la troisième génération. Les quatre générations suivantes prospèrent autour de Montréal, avant le déménagement des Carré en Ontario à la fin du 19e siècle.

En 1921, François Carré (1901-1960) épouse Angeline Sauvé à Espanola, un fief francophone situé sur les rives du Lac Huron, près de Sudbury. Les Québécois venaient surtout travailler pour l'Abitibi Paper qui y avait établi une papetière. La crise de 1929 entraîne sa fermeture et la quasi-fermeture de la ville.

Les Carré sont donc forcés de partir. Ils mettent le cap vers le sud, à Toronto. François s'est trouvé un emploi comme responsable de l'entretien de la glace au Maple Leaf Gardens. Son fils Percy, qui change son nom en Carrey, a un fils qui s'appelle James Eugene.

Surdoué rare pour la grimace, James Eugene commence à faire des shows à gauche et à droite dans des bars de Toronto. Le Toronto Star le trouve drôle. À 19 ans, gonflé à bloc, il part pour la Cité des anges avec mille piasses en poches où il deviendra Jim Carrey, l'un des plus célèbres comiques au monde.

Notre diaspora atteint les plus hauts sommets, mais nous en sommes complètement coupés.

Jacques Noël est l'auteur du livre La Diaspora québécoise (Édition GID).

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost