Jacques Bensimon

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Jacques Bensimon
 

Intouchables, du baume dans le coeur

Publication: 13/04/2012 07:02

Finalement, après plus de 6 mois d'attente, la comédie Intouchables qui a battu tous les records d'audience en France aboutira sur nos écrans québécois à compter du 13 avril 2012.

Dans une France prise par des élections ennuyeuses, avec un taux de chômage élevé, une baisse du pouvoir d'achat et des grèves continuelles, les Gaulois de 2011-12 sont en déprime sociale, politique et économique.

Arrive à point nommé un film qui remonte le moral des Français, leur redonne un sens d'espoir et le plaisir de rire. Le film Intouchables, d'Olivier Nakache et Éric Tolédano, a surgi au bon moment pour remplir cette fonction.

Intouchables met en jeu deux personnages que tout sépare à la base, mais qui vont s'apprécier dans leur différence. Philippe est un millionnaire tétraplégique. Suite à un accident, il est paralysé du cou aux pieds. Il a besoin que l'on s'occupe de lui 24 heures sur 24. Driss est un jeune chômeur, braqueur à ses heures, qui sort tout juste de prison et qui ne désire qu'une chose, encaisser son « bien-être social » pour reprendre sa place dans la cité dégradée qu'il habite. Par défi, il acceptera pour un temps de travailler pour Philippe en tant qu'aide-soignant.

Bâtis autour d'un principe simple pour une comédie, ces deux êtres que tout oppose vont se confronter, se juger, se mesurer, et découvrir de l'estime l'un pour l'autre, et cela pour le plus grand plaisir des spectateurs.
François Cluzet qui nous a le plus souvent habitués à des rôles dramatiques, nous donne ici une leçon de jeu comique tout en retenue, en pince sans rire, et en faire-valoir de son employé Driss. Tout son jeu se déroule dans ses yeux, son regard, ses mimiques puisqu'il est complètement paralysé.

Omar Sy, grâce à ce film, nous révèle toute la mesure de son talent comique. Force de la nature, au rire communicatif, Omar Sy fait partie de cette pépinière de comiques que la chaîne Canal Plus a aidé à développer depuis sa création, il y a 28 ans. Il est surtout connu en France pour la série quotidienne « Omar et Fred » qu'il coanime avec Fred Testo sur ce réseau. En février 2012, il est consacré, lors des César, meilleur comédien de l'année, grâce au rôle de Driss. Aujourd'hui Omar Sy est la troisième personnalité préférée des Français.

Ce film, à la fois émouvant et humoristique, n'est cependant pas sans faiblesses dans sa structure dramatique. S'inspirant d'un fait divers réel, qu'ils avaient vu dans un reportage à la télévision, Nakache et Tolédano, dont c'est le quatrième long métrage, ont fabriqué des personnages à la limite de la caricature.
Ainsi Philippe, le personnage paralysé, est archimillionnaire, vit dans un pavillon parisien d'époque, se paie des peintures de maîtres et s'offre une écurie de voitures hors pair. Alors que Driss vient de la banlieue parisienne où tout ne semble que misère, drogue, violence et famille recomposée. Driss apprendra son rôle d'aide-soignant en quelques jours, quand on sait qu'il faut des années pour être formé à ce dur métier.
Il faut dire que le jus comique que les réalisateurs arrivent à extraire de ces deux comédiens compense amplement pour les faiblesses de scénario. Il n'est donc pas surprenant « qu'Intouchables » ait battu tous les records de « Box-office » du cinéma français avec 19.5 millions d'entrées, alors que c'est un succès majeur en Espagne, en Italie et en Allemagne ou plus de 7 millions d'Allemands ont déjà apprécié ce film. À ce jour le film a fait des recettes totalisant plus de $300 millions.

Détail qui a son importance et que l'on relève de façon inusitée dans le générique de fin, on peut y lire une note discrète :

« 5% des profits réalisés par Intouchables vont à l'Association Simon de Cyrène » pour créer des lieux de vie pour handicapés. Grâce à Philippe Pozzo di Borgo, le paraplégique dans la vraie vie, et à la générosité des producteurs, l'Association à pu percevoir à ce jour 800,000 euros (plus d'un $1millon) qui permettront de bâtir deux projets de logements pour handicapés et de recruter du personnel pour s'occuper d'eux.

Il n'est pas surprenant que les frères Weinstein, qui ont un flair à toute épreuve, aient décidé de prendre ce film en distribution aux États-Unis. Malgré la « touche magique » de Harvey Weinstein, je ne pense pas que ce film soit un succès aussi retentissant dans ce pays que le fut The Artist. Ceci dit, comme toujours chez les Américains, le scénario est déjà acheté pour en faire un « remake » avec des comédiens mondialement connus (Colin Firth) dans une version à la sauce hollywoodienne.

De mon côté, je vous recommande sans hésiter d'aller voir l'original qui sort sur nos écrans québécois. Intouchables est un pur bonheur, comme ce printemps qui dure, il vous mettra du baume dans le cœur !

 

Suivre Jacques Bensimon sur Twitter: www.twitter.com/@BensimonJacque