LES BLOGUES

L'ecstasy, quatre dangers de trop

La personne sous l’effet de l’ecstasy éprouve un grand plaisir à toucher et à être touchée, comme si les perceptions sensorielles étaient soudainement fortement amplifiées.

21/10/2017 08:00 EDT | Actualisé 21/10/2017 12:02 EDT
Getty Images/iStockphoto
Les jeunes à la recherche de sensations fortes et d'exploration de leur sexualité peuvent être tentés par ce type de promesses.

L'ecstasy est un puissant stimulant. Il inhibe la sensation de fatigue. Celle ou celui qui a un consommé peut se dépenser physiquement pendant des heures sans s'endormir. C'est pour cela que la fameuse pilule à l'abord fait son apparition dans les fêtes rave dans les années 1980. Mais depuis une quinzaine d'années, elle s'est pour ainsi dire démocratisée et les policiers en retrouvent même dans les écoles primaires. De plus, alors que son utilisation touche surtout les 15-25 ans, sur la rencontre de plus de personnes entre 35 et 40 ans, ce qui, en soi, constitue une bien mauvaise nouvelle comme nous verrons plus loin. Le deuxième facteur qui contribue à la promotion de cette drogue est son effet entactogène (littéralement: qui facilite le contact). La personne sous l'effet de l'ecstasy éprouve un grand plaisir à toucher et à être touchée, comme si les perceptions sensorielles étaient soudainement fortement amplifiées. Les jeunes à la recherche de sensations fortes et d'exploration de leur sexualité peuvent être tentés par ce type de promesses. Les 35-40 ans et voudront trouver un nouvel essor, une nouvelle vigueur.

Des promesses difficiles à tenir

Le composé chimique de cette pilule est le 3,4 méthylène-dioxy-métamphétamine (MDMA). Cette amphétamine surpuissante (méta-amphétamine) augmente le tonus musculaire, accélère le rythme cardiaque et enlève la sensation de fatigue. Pour réaliser ce petit miracle, ce cocktail chimique a besoin d'une grande quantité d'eau, de là, les deux décès survenus en 2006 au Québec seulement (7 décès entre 2000 et 2005). Ces deux dernières jeunes femmes (14 ans et 23 ans) sont mortes des suites d'une déshydratation due à la consommation d'ecstasy. Autre effet dangereux, en accélérant le rythme cardiaque, la pilule provoque une augmentation de la tension artérielle, ce qui favorise les cardiaques et les AVC (accidents vasculaires cérébraux). C'est pourquoi le fait que des gens plus âgés, dans la trentaine et la quarantaine, en consomment est particulièrement inquiétant. Plus le cœur et les artères sanguines vieillissent plus ces organes sont fragiles.

Plusieurs jeunes ont vu leur vie ruinée par une telle dépendance.

Quant à l'effet entactogène, bien sûr l'ecstasy augmente les sensations tactiles. Mais il faut ajouter trois bémols. Premièrement, cet effet s'atténue dès la deuxième consommation et ira en diminuant constamment. Donc, l'utilisateur sera porté à augmenter sa consommation pour retrouver le niveau des plaisirs ressentis durant ses premiers essais, ce qui, bien entendu, augmente les dangers tant physiques (déshydratation, problèmes cardio-vasculaires, etc.) que celui de développer une dépendance psychologique à cette drogue. Plusieurs jeunes ont vu leur vie ruinée par une telle dépendance : « Ils disent que c'est la pilule de l'amour, la pilule du sexe. Oui, c'est vrai. C'est surtout la pilule de l'enfer. Un bon jour, tu te réveilles et tu te sens dégueulasse. C'est ce sentiment-là qui fait que tu veux en reprendre d'autres parce que ça fait trop mal, ça ne gèle pas assez. Alors, j'en reprenais une autre, puis une autre encore. J'en ai pris régulièrement jusqu'à trois par jour. Comme l'effet de chaque pilule dure 5 à 6 heures, je ne dormais plus. Lorsqu'il m'arrivait de dormir un peu, en me levant le matin je prenais un speed, puis au souper, 2 ecstasy le tout bien arrosé d'alcool. Je peignais beaucoup. Je faisais alors des choses que je n'aurais jamais faites à jeun. J'en ai honte et je ne veux pas en parler. Je veux protéger ceux qui étaient dans ma vie à l'époque. Tout ce que je peux dire est que ces actions dont j'ai honte aujourd'hui étaient au niveau du sexe. » (Réf.: Jacques Beaulieu, Ecstasy, la pilule de l'enfer, Publistar, 2006, p. 10 extrait du témoignage de Mélanie. )

La deuxième mise en garde qu'il faut apporter est que l'ecstasy diminue les fonctions érectiles. En d'autres termes, l'homme voit ses sensations augmentées et son potentiel d'érection diminuer. Souvent, il sera tenté de prendre alors un médicament du style Viagra pour augmenter son pouvoir d'érection, de là des risques accrus pour son cœur et ses artères.

Finalement, les risques associés à l'effet entactogène concernent la neurologie du cerveau. En agissant sur la sérotonine et la dopamine, l'ecstasy pourrait causer des dommages permanents au cerveau et favoriser l'apparition de maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson. Risques de déshydratations potentiellement mortelles, risques de cardiaques et d'AVC, risques de dépendance et risques de maladies neurologiques, voilà donc quatre dangers de trop ...

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost