LES BLOGUES

C'est comme ça et c'est tout

15/01/2017 09:06 EST | Actualisé 15/01/2017 09:06 EST

Lorsque ma mère est décédée, comme bien des personnes, je n'ai pas été sans penser que j'aurais peut-être dû essayer de discuter avec elle des raisons pour lesquelles il n'y avait jamais eu de connexion entre nous. Cela a duré quelques jours, puis, en y réfléchissant plus longuement, je me suis demandée si cela aurait vraiment servi à quelque chose. Si nous avions eu à aborder le sujet, nous l'aurions déjà fait.

Si je n'ai pas ressenti le besoin, eu le courage ou perçu que cela servirait à quelque chose avant le jour de sa mort, c'est peut-être parce que c'est, effectivement, le cas.

De plus, il n'y a rien qui me garantit que la réponse m'aurait satisfaite. Et si ma mère était demeurée silencieuse... Cela aurait-il créé encore plus de confusion alors que je commençais tout juste à me faire à l'idée que c'est comme ça et c'est tout.

Chercher en vain

Comme tous les enfants qui ont été rejetés par leurs parents, j'ai passé une grande partie de ma vie à chercher l'amour de ma mère. À essayer de voir dans une parole, dans un regard, dans un geste si elle éprouvait une quelconque tendresse à mon égard.

Le seul moment où j'ai senti qu'il pouvait peut-être se passer quelque chose, c'est lorsque ma carrière de chanteuse a voulu prendre son envol. Pendant un instant, elle a cru que sa fille pouvait briller et elle allait profiter de l'occasion pour briller aussi.

Vous pouvez vous imaginer tout le poids sur mes épaules. Je devais désormais réussir pour deux. Et je n'avais pas le droit à l'erreur, car c'était ma seule chance d'obtenir ce dont j'avais rêvé toute ma vie : son amour, enfin.

Mais ce soudain intérêt pour qui j'étais me faisait plus de mal que de bien. Il me plongeait dans la confusion la plus totale. Je n'y comprenais plus rien. Je n'étais plus une personne insignifiante et détestable parce que je chantais? Cela n'avait pas de sens.

Tout peut être réparé

Avec du recul, tout ceci me semble insensé. J'ai consacré une bonne partie de ma vie à chercher un amour que je n'aurais pas su accueillir de toute façon. Ce qui se serait probablement passé, c'est que je me serais mise à marcher sur des œufs afin de ne pas lui déplaire, afin de ne pas lui donner une raison de reprendre son amour. Je serais donc sortie d'une prison pour entrer dans une autre alors à quoi bon, quand on y pense.

Ce n'est pas un cœur blessé et rempli de rancune qui vous parle ici aujourd'hui. Si vous saviez comment je me sens bien et libre. Libre comme je ne l'ai jamais autant été.

Je suis véritablement en paix avec mon passé. Je constate ce qui est arrivé, sans plus. Je n'ai plus à y prendre part de façon émotive. Cela ne m'appartient plus. Désormais, ce qui m'appartient, c'est ce que je désire faire de ma vie.

La plupart des erreurs de ma mère, je les ai réparées en traitant avec amour et respect mon propre fils. C'est ce que la douleur m'a enseigné de plus beau : avoir de la compassion pour les autres.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter