LES BLOGUES

J'y étais

22/10/2014 04:10 EDT | Actualisé 22/12/2014 05:12 EST

La journée devait commencer tranquillement sur la colline parlementaire, mais elle a pris un virage effrayant lorsque des coups de feu ont été entendus dans le hall d'entrée de l'édifice principal du Parlement. J'y étais.

J'ai quitté la salle des nouvelles au 3e étage, sorti la tête avant de me faire dire de rentrer immédiatement. C'est là que j'ai compris qu'il s'agissait de coups de feu. Pause de 30 secondes, puis deuxième et troisième salves.

Nous nous sommes alors barricadés à l'intérieur, retranchés dans une petite salle à l'arrière. Certains étaient nerveux, mais en général, pas de panique. Impossible cependant de rejoindre la sécurité du Parlement.

La situation est grave, mais des touristes prennent des photos de la rivière des Outaouais derrière l'édifice principal. Comme si de rien n'était. Peu de temps après, les carabiniers, armés jusqu'aux dents, se pointent pour escorter les touristes égarés en lieu sûr.

C'est grâce à un travailleur de la construction qui effectuait des travaux à l'extérieur que nous avons pu quitter le bâtiment en toute sécurité. Il a d'abord empêché une femme, apparemment hystérique, de vouloir sauter à sa mort du quatrième étage de l'édifice qui abrite la Tour de la Paix. «Elle était décidée à sortir par la fenêtre. Alors, je lui dis: arrêtez!», nous a expliqué Joshua Johnston qui l'a ensuite sortie de là.

En un temps éclair, 5 minutes tout au plus, il a installé un échafaud puis fait descendre les gens du quatrième étage. Quelques-uns - un ou deux, a-t-il précisé - n'ont pas pu débarquer et sont restés à l'intérieur.

Il s'est alors aperçu qu'il y avait des gens au troisième étage. C'est lui qui a escorté les 15 journalistes en passant par une fenêtre qui donnait sur un toit, puis en descendant un escalier temporaire sous l'œil vigilant d'un policier, mitraillette à la main. Enfin, course folle jusqu'au Château Laurier, où nous avons pris un grand respire collectif!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Fusillade à Ottawa

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter