LES BLOGUES

Le Québec de 1950 vu par la photojournaliste américaine Lida Moser

02/03/2015 10:55 EST | Actualisé 02/05/2015 05:12 EDT

En juillet 1950, Lida Moser, 30 ans, découvre le Québec alors qu'elle réalise un reportage pour Vogue. Grâce à une série de rencontres aussi surprenantes qu'intéressantes, elle visite les quatre coins de la province ; de Montréal à Québec, de Charlevoix à la Gaspésie, de la Côte-du-Sud à la Montérégie. Les paysages ruraux et les scènes urbaines, l'architecture, les œuvres d'artistes et d'artisans d'art, etc. succèdent aux portraits. Lida Moser saisit avec tendresse et fascination tout ce qui la touche en tant que photojournaliste. Les quelque 1700 clichés réalisés par Lida Moser constituent l'un des plus importants reportages photographiques jamais réalisés sur le Québec de 1950.

L'exposition en cours au Musée des beaux-arts du Québec (MNBAQ) réunit une sélection de photographies extraites des fonds Lida Moser de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, de la Bibliothèque et Archives Canada, de la collection du Centre Canadien d'Architecture, de collections privées, ainsi que 59 nouveaux tirages à la gélatine argentique produits à partir de négatifs originaux.

Mandatée pour rendre compte de la vie culturelle, Lida Moser cherche d'emblée à entrer en relation avec des personnalités qui pourraient la guider vers des sujets photographiques accrocheurs. La présentation de spectacles dans le cadre de festivals à Montréal lui donne l'occasion d'un premier contact avec le milieu des arts. Elle découvre les communautés théâtrales et littéraires anglophones et francophones, chaque nouvelle rencontre en génère une autre. Paul Gouin l'invite à faire un tour du Québec en compagnie de personnalités telles que Luc Lacourcière et l'abbé Félix-Antoine Savard. Montréal, Québec, Charlevoix, Gaspésie, Bas-Saint-Laurent, Ile d'Orléans, etc. sont d'autant de lieux de passage importants pour beaucoup de photographes étrangers ayant visité le Québec. La série photographique de Lida Moser multiplie les scènes de rue en plongées et contre-plongées, de face, avec la singularité propre à chaque coin de la province. Elle s'attarde à la vie quotidienne dans une architecture historique déjà oubliée. Vieilles pierres, pavés, trottoirs de bois; signes iconiques du temps de naguère. A Québec, guidée par Paul Gouin, elle visite l'École des beaux-arts de Québec, où elle découvre le peintre Jean Dallaire, se promène dans la ville avec les auteurs et journalistes Roger Lemelin, André Giroux et René Arthur, puis rencontre Mgr Alphonse-Marie Parent, nouvellement nommé vice-recteur de l'Université Laval...

De retour à New York à la fin de l'été 1950, Lida Moser est frappée, alors qu'elle travaille en chambre noire au développement de ses pellicules, par la ressemblance entre les visages des anges sculptés de la collection de Paul Gouin et ceux des jeunes Québécois. L'idée d'un reportage mettant en évidence ce phénomène fait son chemin jusqu'au magazine Look, fortement intéressé par la photographie sociale. Son contrat signé, Lida Moser revient au Québec en novembre et décembre 1950. Informée par Paul Gouin que sa collection est alors entreposée au Musée de la province (l'actuel MNBAQ), elle part pour Québec, où elle réunit une quinzaine d'élèves de l'École moderne afin de réaliser son projet.

Lida Moser déambule à nouveau dans la vieille capitale, recouverte d'une mince couche de neige. Entre Haute-Ville et Basse-Ville, plusieurs de ses photographies reprennent celles de l'été 1950, témoignant ainsi de l'attachement évident pour la ville et pour certains de ses points de vue.

La publication 1950 - Le Québec de la photojournaliste américaine Lida Moser propose la première étude approfondie de l'ensemble de son travail. Il comprend un essai et dix chapitres généreusement illustrés consacrés aux différentes étapes de son voyage. Cet ouvrage est disponible à la boutique du Musée.

À l'occasion de cette exposition, le MNBAQ organise un défi créatif pour les amateurs de photographie, du 23 février au 1er avril 2015, qui consiste à produire une ou plusieurs photographies en noir et blanc, de format carré, inspirées du travail de Lida Moser. Le concours se passe sur Instagram. Le participant doit publier en utilisant le hashtag #LidaMoserQc. La photographie gagnante se retrouvera dans l'exposition de Lida Moser du 7 avril au 10 mai 2015.

Outre le concours relié à l'exposition, plusieurs activités sont proposées au public, notamment des visites commentées, des conférences, des concerts et des ateliers pour la famille.

Plus de détails sur le site du musée.

Le Québec des années 1950 vu par Lida Moser

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter