LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Guy Thibaudeau Headshot

L'avenir du ski de fond passerait-il par les centres alpins?

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Rentabiliser un centre de ski de fond de nos jours n'est pas chose facile. Le début de saison que nous connaissons cette année illustre bien le problème et si l'on considère ce que les bouleversements climatiques peuvent nous apporter à moyen terme la situation ne deviendra pas plus facile et nécessitera des solutions novatrices.

On annonçait récemment l'ouverture imminente d'une piste d'entraînement de haut niveau dans le réseau Morin-Heights dans les Laurentides. Rien d'extraordinaire jusqu'ici sauf qu'il s'agit d'un partenariat public-privé entre la Municipalité de Morin-Heights, son réseau de ski de fond et le centre alpin Ski Morin-Heights d'où cette nouvelle piste a son point de départ. Le club de compétition Les Fondeurs de St-Jérôme, instigateur du projet, aura dorénavant une piste d'entraînement aux normes internationales qui facilitera l'excellence pour ses membres et permettra l'organisation de compétitions provinciales. De plus, cette piste sera accessible au public à moins qu'il y ait une compétition.

Cette piste de 5 kilomètres nous intéresse parce qu'elle bénéficiera d'infrastructures déjà existantes soit les stationnements, le chalet et même les machines d'entretien de Ski Morin-Heights qui dameront le sentier pour le pas de patin. Certains autres centres alpins du Québec possèdent aussi des sentiers de ski de fond intégrés de près au domaine de ski alpin. Notons entre autres le Mont Grand-Fonds près de La Malbaie, le Mont Comi près de Rimouski et Le Valinouët au Saguenay où toutes les infrastructures sont utilisées à la fois par les skieurs alpins et par les fondeurs ce qui diminue considérablement les coûts d'opération attribuables au ski nordique.

ski de fond
Ski de début de saison au Mont-Sainte-Anne. Photo d'archives

Une affaire publique

Le ski de fond au Québec est majoritairement l'affaire des municipalités ou du gouvernement provincial (SEPAQ). Dans le domaine public la rentabilité est moins importante puisque certaines municipalités considèrent le ski de fond et la raquette sur leur territoire comme étant un service aux citoyens. Dans le cas de la SEPAQ qui gère les parcs provinciaux et réserves fauniques, plusieurs centres ne sont rentables que sur une base annuelle ou à cause d'une diversification des activités offertes. Par exemple location de chalets au Camp Mercier, refuges au Parc du Mont Orford et au Mont Tremblant.

Les changements climatiques qui ont aussi un impact sur les centres alpins forcent ces derniers à diversifier leur offre de services pour rentabiliser des infrastructures couteuses. C'est le cas à Ski Morin-Heights où l'on développe aussi le ski hors-piste. Quelques autres centres alpins du Québec tentent d'ajouter au menu d'activités qu'ils peuvent offrir à leur clientèle.

Des économies importantes

Là où c'est possible, il serait très avantageux de réunir sur un même site le ski de fond et le ski alpin. L'utilisation d'infrastructures communes, stationnements, chalets d'accueil, restaurants, centres de location, machinerie d'entretien et garages diminuerait considérablement les coûts autrement attribuables entièrement au volet nordique. On pourrait même envisager la fabrication de neige pour une portion des sentiers nordiques en début de saison en utilisant l'usine à neige du ski alpin. Ceci impliquerait un certain investissement, mais il serait beaucoup moins important que s'il fallait installer un système complet dans un nouveau secteur.

Les plaisirs d'hiver se déclinent de toutes sortes de façons maintenant. Ski alpin, ski de fond, raquette, patin, glissades sur tubes et plus. Diversifier ses activités en hiver constitue probablement la meilleure façon de bien apprécier l'hiver. Plusieurs stations de ski le reconnaissent en ajoutant d'autres activités pour rehausser le séjour de la clientèle.

L'avenir du ski de fond passerait-il donc par les centres alpins avec les bouleversements climatiques que nous connaissons? Qu'en pensez-vous?

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Close
Les plus beaux secteurs pour pratiquer le ski hors-piste
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter