Giscard Tremblay

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Giscard Tremblay
 

Des élections, mais pourquoi?

Publication: 25/05/2012 00:11

Le meilleur allié de Jean Charest et le chef de la CAQ, François Legault, est d'avis que son ami devrait annoncer la date des prochaines élections dès maintenant. Appuyant son sauveur, Gérard Deltell soutient même que la campagne électorale devrait être concentrée sur le sujet des droits de scolarité.

Donnons raison à Legault sur un point majeur : «C'est pas un problème de frais de scolarité, c'est même pas un problème de loi spéciale, c'est surtout un problème de légitimité du gouvernement Charest».

Comment peut-on être d'un autre avis, je vous le demande. De leur côté, les rouges diront que Charest enfreint les droits et libertés avec sa loi spéciale et ne veut rien savoir de discuter des frais de scolarité depuis le début. Et les verts diront que Charest est un pleutre devant une "minorité d'étudiants bébés gâtés" et qu'il n'est même pas foutu de faire respecter la loi et l'ordre.

Voter en connaissance de cause

Je suis persuadé que Charest aimerait beaucoup passer la patate chaude à un autre parti. Mais il sait très bien qu'il a de fortes chances d'être réélu aux prochaines élections, car la population semble l'appuyer dans ce conflit et il y a trop de partis d'opposition. Alors, ses mitaines à four, il doit les garder encore un peu et jongler dans la cuisine qui se consume de plus en plus.

Ceux qui me suivent savent que j'étais pour des élections provinciales au plus vite. J'ai changé d'avis, car une campagne électorale qui ne porte qu'à peu près sur le conflit étudiant empêcherait les gens de voter en connaissance de cause.

Je prends mon exemple. Je ne sais pas encore pour qui je vais voter aux prochaines élections. Eh non, personne ne pourra me traiter de vendu à un parti. Je vote selon ce que je pense que le Québec a besoin à ce moment. J'ai déjà voté à droite et à gauche.

Je ne veux pas minimiser votre cause, chers étudiants, mais vous ne manifestez que pour sauver des frais de scolarité (même si ça a terriblement débordé par la suite), alors que tous nos systèmes sont en ruines au Québec. Une campagne électorale perturbée par des étudiants tous les jours éclipserait des enjeux très importants, comme l'état de nos ponts, la santé, les pensions et la fameuse Commission Charbonneau qui serait reléguée en page 13.

On vote pour qui ?

Imaginons que Charest déclenche des élections maintenant.

Là, là.

On vote pour qui, hein?

Jean Charest? Ce n'est clairement pas un leader.

Pauline Marois, son opportuniste carré rouge et sa souveraineté ? Non, merci.

François Legault, celui qui appuie la loi 78 et qui accueille dans son parti les brebis égarées à droite et à gauche ? L'ADQ, c'est tellement vide... Oh, pardon, la CAQ c'est tellement vide!

Québec Solitaire (sic) ? ...

La souveraineté tant qu'à y être?

On le sait tous que ça va se jouer entre le PQ et le PLQ. Est-ce que j'ai le droit de vouloir repousser ce moment le plus loin possible parce que je pense qu'aucun des deux partis n'apportera quoi que ce soit au Québec ? Et ne me parlez pas de souveraineté, je vais me fâcher.

Vous voulez tout savoir? J'ai voté pour la souveraineté en 1995. Et j'ai pleuré avec mes chums devant Bernard Derome.

Mes parents ont fait la même chose en 1980.

Maintenant, passons à autre chose. Le monde change. Évoluons.

Entamons d'autres discussions de bonne foi au lieu de nous lancer dans une campagne électorale qui ne réglera rien au bout du compte, sinon de faire plaisir à une opportuniste, peut-être...

 

Suivre Giscard Tremblay sur Twitter: www.twitter.com/Gis99

Suivre Le HuffPost Québec