LES BLOGUES

La nouvelle Afrique: l'heure de l'émergence

09/03/2014 08:33 EDT | Actualisé 09/05/2014 05:12 EDT

Avec environ plus d'un milliard d'habitants, l'Afrique est officiellement considérée par tous les indicateurs comme étant le continent le plus pauvre du monde. Mais paradoxalement elle reste le continent le plus riche au monde en termes de ressources naturelles. On parle de l'Afrique aujourd'hui, et de plus en plus, en bien. Mieux, elle est sollicitée de toutes parts: Asie, Europe, Amérique. En quelques années, la Chine a réussi à bousculer tout le monde et à devenir le premier partenaire commercial de l'Afrique, avec des échanges passés de 10 milliards de dollars en 2000, à 166,7 milliards en 2011.

Oui l'Afrique est pauvre, mais elle est incontestablement le continent le plus riche en termes de ressources naturelles. En effet, l'Afrique a une grande quantité d'or, de diamant, de l'uranium, du phosphore, du pétrole, du charbon, du coton, du cacao, du gaz, du coltan,...etc. L'Afrique est le premier fournisseur des pays européens et asiatiques. Sans les matières premières africaines, beaucoup d'entreprises européennes ou asiatiques ne fonctionneront tout simplement pas. On peut citer l'exploitation de l'uranium du Niger par le groupe français AREVA et on peut multiplier les exemples de ce genre.

L'Afrique est riche, mais les Africains sont pauvres et cette pauvreté a plusieurs origines. Les ressources naturelles sont exploitées par des compagnies étrangères qui le plus souvent n'apportent pas grand-chose à l'économie nationale. Ces entreprises profitent d'une main-d'œuvre abondante et moins chère ainsi que d'une faible pression fiscale pour réaliser de gros bénéfices au détriment des États africains.

Longtemps, l'image véhiculée de l'Afrique, surtout dans les médias occidentaux, était celle d'un continent ravagé par les conflits armés, la sécheresse, la famine et la pauvreté. Un continent dont le destin était étroitement lié à l'aide au développement. À moins d'être de mauvaise foi, l'Afrique ne saurait être réduite à cette image, car l'Afrique, c'est aussi un continent au sous-sol regorgeant de toutes les richesses connues sur la planète, où de nombreux pays vivent en paix et offrent de réelles opportunités d'affaires. Cette région du monde a tous les atouts nécessaires pour devenir un marché solvable d'un milliard de femmes et d'hommes. Cette autre Afrique mérite d'être connue afin que ce continent soit traité plus en partenaire commercial par le reste du monde.

Un beau risque

L'Afrique est considérée dans le milieu des affaires comme étant un beau risque, un grand marché offrant d'énormes possibilités, un endroit où l'on fait de bonnes affaires. Au plan économique, les réformes menées à la faveur de la crise qui a frappé la plupart des pays africains dans les années 80, ont entraîné un plus grand désengagement de l'État. La libéralisation a donné plus de place au secteur privé.

Les résultats sont éloquents : le taux de croissance du PIB est en moyenne de 5% par an, très au-dessus des 2% de la moyenne mondiale; en 2012, six des dix économies qui ont enregistré la plus forte croissance dans le monde étaient africaines. Pour 2013, d'après les prévisions du FMI, la moitié au moins des 30 pays à plus forte croissance dans le monde, devrait se retrouver en Afrique. Si l'on ajoute à tout cela les améliorations constantes apportées à l'environnement commercial, l'émergence d'une classe moyenne qui a dépensé plus de 400 milliards de dollars en 2012 et un meilleur retour sur investissement au monde, on comprend mieux pourquoi l'Afrique apparaît de plus en plus comme une destination d'affaires incontournable.

Mais il est temps de reformer l'Afrique sur le plan politique, c'est vrai que les partis uniques ont cédé la place au multipartisme. Les populations s'expriment plus librement, la presse privée y est plus développée et très critique à l'égard du pouvoir. Incontestablement, un processus de démocratisation s'enracine dans la plus grande partie du continent. En effet, plus de 50 ans après les indépendances, il n'y a plus d'excuses à laisser le continent dévaster par les guerres, la famine, la corruption, l'anarchie, la confiscation du pouvoir par des clans, des élections truquées, les constitutions modifiées à volonté et la fuite des cerveaux. Seuls ceux qui gouvernent et leur famille émergent dans cet océan de malheurs. Il est temps de promouvoir la bonne gouvernance, Il faut extirper la corruption du corps politique en Afrique.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'Afrique en quelques clichés

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



>Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?