LES BLOGUES

Sotchi 2014: il n'y pas que le hockey aux Jeux olympiques

08/02/2014 07:38 EST | Actualisé 10/04/2014 05:12 EDT

Alors que débutent les Jeux olympiques de Sotchi, l'attention de plusieurs sera rivée sur leurs téléviseurs. Certains découvriront des sports méconnus et des vedettes qui se préparent depuis longtemps, mais dont ils n'ont jamais entendu parler. D'autres seront fiers d'aduler des Québécois qui travaillent dans l'ombre et dont le succès est quasi assuré selon leurs performances récentes.

Ainsi, nos Québécois Alex Harvey en ski de fond, Charles Hamelin en patinage de vitesse courte piste, Érik Guay en descente à ski, Dominique Maltais en surf des neiges, Mikael Kingsbury et Alexandre Bilodeau en ski acrobatique gagneront des partisans pour la durée des Jeux. D'autres athlètes canadiens comme Patrick Chan en patinage artistique nous feront aussi honneur.

Mais soyons réalistes, une très large majorité de téléspectateurs n'en aura que pour le hockey. En effet, le hockey professionnel, puisque c'est ce dont on parle ici avec la présence de joueurs de la Ligue nationale de hockey et de la KHL dans de nombreuses équipes, retiendra l'attention. C'est notre sport national après tout. Quelle désolation!

Généralement, les Québécois veulent aduler une équipe gagnante. Cependant, la suprématie mondiale du hockey sur glace n'est pas l'affaire du Canada aux Jeux olympiques, sauf pour le hockey féminin où le Canada a remporté quatre médailles en quatre occasions l'or aux trois derniers Jeux et l'argent à Nagano en 1998 à la première présentation de ce sport aux Jeux olympiques. Chez les hommes, depuis l'acceptation de l'omniprésence des joueurs professionnels en 1998, le Canada a gagné seulement deux médailles d'or en quatre participations.

Le hockey est un superbe spectacle, mais devient disgracieux quand les joueurs se défoulent sur les adversaires ou administrent des mises en échec dont la rudesse est démesurée et provoque des blessures. Nous ne verrons probablement pas de batailles à Sotchi, puisque le hockey olympique est très sévère à cet égard. Cependant, les coups salauds passent parfois inaperçus et laissent des séquelles. D'ailleurs, certains des meilleurs joueurs de la planète ne seront pas de la compétition parce qu'ils sont blessés et d'autres y seront, mais ne pourront pas performer à leur niveau habituel à cause de blessures.

Les joueurnalistes et autres spécialistes aguerris en fonction de leur exposition prolongée à l'odeur de sueur dans les vestiaires après les parties âprement disputées dans la LNH vous expliqueront que c'est la «game», que le hockey est un sport viril et que les blessures surviennent inévitablement. Mais est-ce vraiment le spectacle que nous voulons voir? Est-ce que les spectateurs payent des billets pour assister à une commotion cérébrale par partie?

En ce qui a trait aux sports d'équipes, le Canada a de bien meilleures chances de médailles en curling puisque les équipes canadiennes tant masculines que féminines ont toujours remporté des médailles depuis l'inclusion du curling comme sport officiel aux Jeux olympiques d'hiver en 1998. En effet, les hommes ont mérité deux fois l'or et deux fois l'argent tandis que les femmes ont remporté une fois l'or, une fois l'argent et deux fois le bronze.

Certains commentateurs sportifs qui ne s'intéressent qu'au hockey et semblent tous membres du «fan-club» de la Sainte-Flanelle vont parfois jusqu'à mépriser les autres sports et le curling en particulier. Ils parlent encore du curling comme d'un sport de p'tits vieux. Or, nos médaillés d'or à Vancouver en 2010, l'équipe de Kevin Martin, avaient une moyenne d'âge de 32,5 ans.

Aux Jeux de Sotchi, nos représentantes provenant du Manitoba (équipe Jennifer Jones) ont entre 24 et 39 ans pour une moyenne de 33.5 ans et nos représentants masculins provenant du nord de l'Ontario (équipe Brad Jacobs) ont entre 27 et 35 ans pour une moyenne de 30 ans. Allo p'tits vieux! Je ne veux pas non plus passer sous silence que nos représentants à Sotchi n'ont souffert d'aucune commotion cérébrale et ont toutes leurs dents.

De plus, pour donner suite à un calendrier mettant en vedettes les plus belles joueuses de curling du monde au cours des dernières années, les joueurs masculins ont accepté de poser pour un calendrier 2014 qui devrait inciter les dénigreurs et même les pompiers à aller se rhabiller. À titre d'exemple, voyez la page-titre avec Mike McEwen, le dos du calendrier et la page d'avril illustrées par E. J. Harnden, 2e de l'équipe olympique 2014 et celle d'octobre avec Ben Hebert, 1er de l'équipe olympique 2010.

D'autres statistiques puisque les sportifs en raffolent, l'équipe canadienne masculine de hockey a gagné 5 des 35 derniers championnats mondiaux (14 %) tandis que les curleurs canadiens en ont gagné 34 sur 55 (62 %).

Se pourrait-il que le Canada n'ait pas seulement un sport national? En tout cas, en dehors du Québec plusieurs semblent l'avoir compris puisque les spectateurs et téléspectateurs sont nombreux dans les provinces où la pratique du curling est souvent une affaire familiale.

Je vous souhaite des Jeux palpitants et de belles découvertes.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Sotchi 2014: douze nouvelles épreuves font leur entrée

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?