LES BLOGUES

Que servez-vous dans vos assiettes?

24/04/2014 12:29 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

De plus en plus de gens constatent avec stupeur la dégradation de l'état de santé de nos jeunes qui sont trop souvent obèses. Des commentateurs et spécialistes attribuent cette situation déplorable à la malbouffe et au manque d'exercices physiques.

Pour ce qui est de la pratique du sport, on dit souvent que les jeunes sont plus intéressés aux jeux vidéo, mais il faudrait aussi réaliser que la réduction des heures consacrées à l'éducation physique à l'école limite la découverte des sports et de leurs bienfaits.

Quant à la malbouffe, on l'associe presque uniquement à la restauration rapide. Il est vrai que ce type de restaurants sert souvent des produits trop gras, comportant trop de friture et peu de légumes, cependant, il serait injuste de ne pas admettre qu'il y a d'autres coupables.

La production alimentaire est entrée il y a plusieurs années dans une course à la réduction des coûts pour répondre aux attentes des grands distributeurs et détaillants qui exigent plus d'efficacité pour ainsi pouvoir payer moins cher les produits offerts. Ce qui leur permet d'augmenter leurs profits, puisque toutes les économies ne sont pas refilées aux consommateurs.

Pour satisfaire ces attentes, on a instauré au cours des dernières décennies, des OGM (organismes génétiquement modifiés) pour accroître le rendement des semences que ce soit pour le blé, le maïs, le canola ou le soya. Il y a eu aussi l'insertion de stéroïdes dans la nourriture animale pour accroître le poids des animaux, donc les revenus des producteurs. Ces interventions humaines dans la nature ont des conséquences ou ce que l'on pourrait appeler des effets secondaires, puisque l'homme consomme alors des produits modifiés pour ne pas dire altérés. Certains croient que cela peut expliquer que les jeunes d'aujourd'hui sont beaucoup plus grands que leurs parents.

On a vu l'effet de la moulée animale sur les vaches folles, mais on entend aussi parler de la grippe aviaire, de la grippe porcine, de poissons contenant un niveau inquiétant de mercure dû à la pollution des eaux. Et à cela s'ajoute à l'occasion des rappels préventifs de produits à cause de problèmes survenus au moment de la production ou de l'emballage des produits, souvenons-nous du thon, des moules, du fromage, de la charcuterie et j'en oublie certainement.

Autre horreur qui nous guette selon un reportage récent de l'émission «Découverte» à Radio-Canada, le saumon transgénique maintenant accepté aux États-Unis par la FDA (Food and drug administration). Ce saumon atteint le double de la taille du saumon sauvage, donc un potentiel de revenus qui plaît à nos voisins du sud pour qui la gastronomie n'est pas importante, mais le profit, oui.

Comme quoi même en changeant leurs habitudes alimentaires pour passer de la malbouffe au saumon, nos voisins ne deviendront pas moins gros. Disons-le ouvertement, les Américains sont en général, grands et gros, mais ce n'est pas en consommant ce type de produits qu'ils vont prendre une taille plus «normale» ou comparable au reste de la population de la terre.

Craignons que les grands magasins américains qui s'implantent chez nous importent ce type de produits dans nos magasins avec la bénédiction de l'Agence d'inspection des aliments du Canada à qui le gouvernement fédéral a administré des diminutions de budget majeures en prétextant qu'il fallait se fier à l'autoévaluation des producteurs alimentaires. Sans étiquetage adéquat pour identifier ce saumon sumo, nous risquons de vivre les effets secondaires que les Américains vivent depuis longtemps parce que la culture de la profitabilité est ancrée chez eux depuis plus longtemps qu'ici.

Malgré le grand nombre d'émissions de télévision consacrées à la cuisine avec des chefs tous convaincants, nous risquons de manger de la misère plus tard ou d'avoir de la misère à manger quand nos corps n'en pourront plus d'ingurgiter ce type de produits.

Encourageons donc nos producteurs bio et les producteurs d'animaux nourris avec des produits exempts d'OGM, ils sont la lueur d'espoir devant cette mer de produits de masse que l'on nous présente en insistant sur leur bas prix.

Est-ce que l'on veut économiser pour se payer des frais médicaux importants plus tard ou manger sainement pour vivre longtemps en santé?

Chacun son choix, granola ou pas, nature - nature ou pas. Bon appétit!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Surprise! Ces aliments contiennent du gluten


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

data-href="https://www.facebook.com/HuffPostQuebec" data-send="truedata-width="570"data-show-faces="false"data-font="arial">



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?