LES BLOGUES

Des analyses et des points de vue multiples sur l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Gaétan Couture Headshot

Le double emploi de Martine Ouellet

Publication: Mis à jour:
Imprimer

L'accession de Martine Ouellet à la chefferie du Bloc Québécois confirmée cette semaine a soulevé la protestation de Jean-Marc Fournier, leader du gouvernement à l'Assemblée nationale. Comme une vierge offensée, il a protesté face au double emploi de Martine Ouellet dorénavant députée de Vachon à Québec et chef du Bloc Québécois à Ottawa.

Or, ce même Jean-Marc Fournier porte lui aussi plusieurs chapeaux et joue plusieurs rôles, ce qui pourrait porter à croire que le double emploi ne lui répugne pas lorsque cela l'implique personnellement. En effet, il est à la fois, député de Saint-Laurent, membre actif du Parti libéral du Québec, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et leader parlementaire du gouvernement.

En vérifiant sa page Internet sur le site de l'Assemblée nationale, on apprend qu'il est aussi membre du Comité ministériel de l'économie, de la création d'emplois et du développement durable, membre du Comité de législation, membre du Comité des priorités et des projets stratégiques, membre du Comité ministériel du développement social, éducatif et culturel, membre de la Commission de l'Assemblée nationale et membre de la Sous-commission de la réforme parlementaire.

Pendant ce temps-là, selon le site de l'Assemblée nationale, Martine Ouellet devenue députée indépendante de Vachon a vu son rôle limité à être membre de la Section du Québec de la Confédération parlementaire des Amériques (COPA), membre de la Délégation de l'Assemblée nationale pour les relations avec la Catalogne (DANRC) et membre de la Délégation de l'Assemblée nationale pour les relations avec les institutions européennes (DANRIE). Ces trois rôles de représentation semblent beaucoup moins exigeants que les six rôles occupés par monsieur Fournier que l'on pourrait décrire comme opérationnels plutôt que de représentation.

Ce type de description de tâches pour un ministre comparativement au rôle d'un député de l'opposition ne devrait pas nous surprendre. Mais il faut en retenir qu'un élu porte automatiquement plusieurs chapeaux. Si les critiques envers le double emploi de Martine Ouellet reposent sur l'éloignement entre Québec et Ottawa, il faudrait se demander en quoi cet éloignement deviendrait un empêchement. L'Union des Municipalités du Québec dont le siège social est à Montréal est présidée par le Maire de Sherbrooke.

Denis Coderre, Maire de Montréal, préside aussi Métropolis, l'Association mondiale des grandes métropoles dont le secrétariat général est à Barcelone en Espagne. Pourtant, personne n'est monté aux barricades lorsque cette nomination a été officialisée. On pourrait argumenter que Montréal est une grande métropole et que les causes défendues par Métropolis peuvent éventuellement aider au développement de Montréal. Oui, et cela est même souhaitable.

Il faut admettre que Martine Ouellet s'est donné comme défi de défendre la cause du Québec et de son indépendance à Ottawa comme à Québec.

Il faut admettre que Martine Ouellet s'est donné comme défi de défendre la cause du Québec et de son indépendance à Ottawa comme à Québec. Cela semble complémentaire au même titre que les rôles occupés par Denis Coderre. Ce ne sera pas de tout repos, mais elle le sait. Si le défi l'intéressait, laissons-la y travailler et nous jugerons plus tard des résultats. Après tout, même les citoyens jouent plusieurs rôles en agissant comme parents, travailleurs et bénévoles sans être contestés pour autant.

Le jugement porté sur le double emploi de Martine Ouellet me rappelle cette histoire du vicaire qui lisait son bréviaire en mangeant un sandwich. Il avait été interpelé par son vieux curé qui lui avait dit qu'il était impoli envers Dieu de manger en priant. Le jeune vicaire avait souri et avait expliqué au curé qu'il considérait plutôt qu'il démontrait à Dieu toute l'importance qu'il lui accordait en priant, même pendant son repas.

Les commettants de madame Ouellet auront à juger lors d'une prochaine élection de leur satisfaction quant à sa contribution, comme les électeurs de tous les autres comtés porteront un jugement sur leurs représentants aux parlements.

Jean-Marc Fournier et ses collègues devraient s'efforcer de jouer efficacement leurs rôles au gouvernement plutôt que de consacrer leurs énergies à dénigrer leurs adversaires politiques.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Close
Assemblée nationale
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter