LES BLOGUES

À la recherche du positif

13/11/2014 10:12 EST | Actualisé 13/01/2015 05:12 EST

Je suis toujours désolé quand je constate que ma fille comme les jeunes adultes de sa génération ne lit pas les journaux, n'écoute pas les nouvelles à la radio et à la télévision en prétextant que les nouvelles sont toutes mauvaises.

Ces temps-ci, je suis obligé de convenir qu'elle a raison dans la grande majorité des cas. Il n'y a pas grand-chose de positif dans les nouvelles qui nous sont communiquées jour après jour.

Pensons à l'épidémie d'Ebola qui est rendue aux États-Unis où elle a circulé librement. Que dire de l'État islamiste, ce groupe armé djihadiste qui fait des siennes en Irak et en Syrie? Comment réagir face à Boko Haram qui détient encore plus de 200 jeunes filles enlevées à la mi-avril dans leur école au Nigéria? Et que penser de cet avion de Malaysian Airlines disparu avec 239 passagers à son bord le 8 mars dernier, soit depuis plus de huit mois et dont aucune trace n'a été retrouvée?

Et ce n'est pas plus encourageant près de chez nous avec le gouvernement fédéral qui nous dit en sécurité malgré son implication dans les frappes contre l'État islamique et les récentes attaques terroristes ayant entraîné le décès de deux militaires canadiens à Saint-Jean sur le Richelieu et Ottawa. Les annonces répétées de coupes budgétaires par le gouvernement provincial, pas encore officielles, mais menaçant tout un chacun n'aident pas non plus à voir la vie en rose.

Et en plus, le procès Magnotta nous fait réaliser jusqu'où peuvent aller la violence et la folie, quoique la plaidoirie utilisée pour prouver la folie passagère ressemble trop à la défense du docteur Turcotte pour qu'un juge et des jurés se laissent passer un autre sapin. En tout cas, souhaitons-le. Luka Rocco Magnotta semble très intelligent et narcissique et ce que l'on nous dit à son sujet me porte à le croire assez bon acteur pour feindre le problème psychiatrique, mais aussi incapable de contrôler sa méchanceté. Après les petits animaux, un humain et une vidéo pour illustrer son œuvre. La télé-réalité de la pire espèce. Croyait-il que cela lui donnerait ensuite un diplôme en médecine à titre d'autodidacte?

Finalement, le vote aux élections scolaires qui n'a attiré que 4.8 % des électeurs aux urnes. Est-ce que l'adage voulant que les absents aient toujours tort sera prouvé? Ou est-ce que les 95.2 % absents au moment du vote auront démontré que les élections scolaires et les commissaires scolaires n'ont plus leur raison d'être? Malheureusement, le ministre Bolduc qui n'a pas démontré être le plus clairvoyant entre tous a maintenant toutes les raisons de procéder à des coupures, fusions ou abolitions. Reste à voir s'il procèdera avec un scalpel ou une tronçonneuse. Il faut cependant souhaiter qu'il lise bien le dossier avant d'amorcer l'opération et qu'il ne nous anesthésie pas avec son enthousiasme aussi soporifique que le sermon d'un vieux curé blasé.

Je ne crois pas que nous avons besoin d'un jovialiste qui cherche du positif dans tout ce qui se passe, mais il ferait bon de réaliser que notre société va mieux, que l'avenir est prometteur et que nos dirigeants ont ou auront la créativité nécessaire pour trouver des solutions avantageuses sans créer le chaos dans notre société.

En passant, au moment où j'écris ces lignes, je peux vous dire que le Canadien de Montréal n'a pas perdu ce soir. Il ne jouait pas.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter