LES BLOGUES

Parce que les humains sont de ma race

Ne laissons pas notre peuple succomber à la fièvre identitaire en nous faisant voir des ennemis partout où il n'y en a pas.

25/11/2017 08:00 EST
Kalhh
https://pixabay.com/fr/carte-du-monde-de-l-homme-groupe-1005413/

Les États-Unis ont retiré le statut spécial qui avait été accordé à 60 000 réfugiés haïtiens à la suite du séisme de 2010 qui avait fait plus de 100 000 morts. C'était sans compter les milliers de morts qui suivirent dans les camps de réfugiés haïtiens avec les épidémies de choléra et autres maladies infectieuses. Le Québec, le Canada et les États-Unis ouvrirent leurs portes aux réfugiés en 2010. C'était un devoir d'humanité envers nos semblables.

Au Québec et au Canada, je doute que nous les renvoyions chez eux. Nous avons bien des défauts. Nous pouvons même nous détester d'un océan à l'autre. Mais, fondamentalement, je crois que nous ne sommes pas mesquins. Je dirais que nous sommes plutôt indifférents et accueillants quand on constate qu'il y a de grands espaces vides entre Trois-Rivières et Vancouver.

Tout le monde connaît la chanson de Gilles Vigneault où il nous dit que son pays c'est l'hiver. Moi, j'ai aussi retenu le bout où il nous chante ceci: «De mon grand pays solitaire / Je crie avant que de me taire / À tous les hommes de la terre / Ma maison c'est votre maison / Entre mes quatre murs de glace / Je mets mon temps et mon espace / À préparer le feu, la place / Pour les humains de l'horizon / Et les humains sont de ma race » Gilles Vigneault, Mon pays.

C'est grand, humain, charitable, universel: Québécois. C'est ça, pour moi, être Québécois.

Je ne tiens pas à instrumentaliser Vigneault. D'autres l'ont déjà fait... Il demeure que nous avons affaire à un grand poète lorsque je lis ce passage que je viens de vous présenter. Aucun doute. C'est grand, humain, charitable, universel: Québécois. C'est ça, pour moi, être Québécois.

Cela signifie être un peu poète, accueillant, même si l'on provient de la Côte-Nord ou de Montréal-Nord.

Il ne faut pas se laisser prendre par la peur et encore moins se faire berner par ceux qui profitent de cette peur pour vendre des tee-shirts et véhiculer des idées dignes d'indignité et d'abjection.

Ne laissons pas notre peuple succomber à la fièvre identitaire en nous faisant voir des ennemis partout où il n'y en a pas.

D'aucuns seront tentés de jouer avec le feu au cours des prochains jours.

Je me doute qu'il y aura des réfugiés haïtiens aux frontières, parce que notre voisin vit sous la présidence d'un individu minuscule qui tient pour une vertu d'écraser les écrasés et d'affaiblir les affaiblis. Ceux qui souhaitent appliquer cette doctrine ici ne sont certainement pas les Québécois chantés par Vigneault.

Ni ceux chantés par moi.

Comme le disait feu mon père: «à la guerre, on ne tire pas sur les ambulances.»

J'ajoute: ni sur les réfugiés.

On suppléera au manque d'humanité de notre voisin. On prendra les responsabilités sociales qu'ils ne prennent pas.

Comme l'ont fait la Colombie-Britannique et la Saskatchewan du temps où l'Alberta coupait dans l'aide sociale aux moins de 30 ans. Les voisins ont assumé les coûts de la politique antisociale du gouvernement conservateur de Ralph Klein. Une économie sur le dos des économies voisines qui ont encore le coeur à la bonne place...

Je souhaite la bienvenue aux réfugiés, tout simplement, sans faire de parades.

Parce que je suis Québécois.

Parce que les humains sont de ma race.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost