LES BLOGUES

Villes intelligentes: partager nos données pour le bien commun?

Pour contrer la frilosité que tout un chacun a sur ce sujet, il faut démontrer que c'est pour le bien commun.

08/01/2018 09:00 EST | Actualisé 08/01/2018 15:46 EST
Photostock

Partout dans le monde, nombre de maires font de la ville intelligente un enjeu phare de leur mandat. Ces termes, bien qu'évocateurs, laissent toutefois place à l'interprétation.

À quoi ressembleront concrètement ces capitales de l'intelligence artificielle? Est-ce que ce seront des villes sans embouteillages, grouillant de voitures volantes? Seront-elles plus vertes? L'expérience des piétons et des cyclistes sera-t-elle complètement chamboulée, optimisée par une série de senseurs qui captent leur présence, et leur donnent la priorité? On ne sait pas bien encore. Mais pour que cette vision quasi utopique devienne réalité, tous s'entendent sur une chose: il faut partager et traiter une quantité immense de données.

Pour contrer la frilosité que tout un chacun a sur ce sujet, il faut démontrer que c'est pour le bien commun. L'exemple parfait : la ville de Lafayette, en Louisiane.

Giphy

« Partager les données comme un bien commun devient un prérequis à l'innovation. » – Guillaume-Alexandre Collin, Directeur, Secteur gouvernemental, Capgemini Consulting lors de Movin'On 2017

Étude de cas : Lafayette, ville intelligente

Lafayette, Louisiana, USA

Entre le 12 et le 14 août 2016, la ville de Lafayette a reçu plus de 75 cm de pluie, l'équivalent de ce qu'une ville comme Montréal reçoit en un an.

L'impact a été dévastateur : 3 500 maisons et 15 des 42 écoles ont été inondées, causant des dommages de plus de 100 millions de dollars aux bâtiments. Après la pluie, plus de 1 700 permis de construction liés à ces dommages ont été délivrés.

En juin dernier, lors du Sommet mondial de la mobilité durable, Movin'On, les experts de l'entreprise CGI et du gouvernement municipal de Lafayette ont expliqué comment la ville a profité de cette catastrophe pour planifier une ville intelligente tournée vers l'avenir.

Face à des défis environnementaux comme les ouragans, la pluie abondante et les inondations, la ville s'est tournée vers la collecte de données afin de construire des infrastructures permettant de composer avec les désastres naturels.

Le réseau Lafayette Engagement and Research Network (LEaRN), en partenariat avec CGI, l'Université de la Louisiane à Lafayette et le gouvernement municipal ont travaillé ensemble dans ce sens.

Créer une ville intelligente : quelques obstacles

  • Budget d'infrastructure limité
  • Politiques gouvernementales aux objectifs à court terme
  • Manque de conscience du public quant au bienfait de ces solutions

Néanmoins, le réseau LEaRN espère que les solutions de la ville intelligente aideront le gouvernement local à mieux gérer ses ressources, à mieux évaluer les demandes d'aménagement urbain et à prendre des décisions plus éclairées pour la qualité de vie des citoyens, considérant que Lafayette anticipe un pic de population de plus de 90 000 personnes d'ici 2030.

Voici comment ce réseau compte s'y prendre :

Inclure la communauté

Une partie du plan LEaRN consiste à obtenir l'engagement des citoyens dans un effort scientifique communautaire. Afin d'obtenir le soutien nécessaire à la collecte des données, la population doit comprendre l'Internet des objets et, surtout, s'engager à rendre sa ville plus intelligente. Elle pourra ensuite prendre des décisions éclairées sur des sujets brûlants comme la congestion routière ou la qualité de l'air.

Rester ouvert

L'équipe LEaRN utilise un programme de capteurs à code source ouvert pour conserver les données, permettant la consultation et l'analyse en temps réel. (Vous pouvez savoir ce qui se passe à Lafayette en ligne.)

Ses applications de communauté intelligente comprennent :

  • Le contrôle de la qualité de l'air et de l'eau
  • Le contrôle des demandes de transport
  • Les prédictions d'inondation
  • La surveillance des infrastructures
  • La sécurité publique

L'idée de partager vos données pour obtenir plus de services vous effraie-t-elle? Êtes-vous pour ou contre les villes intelligentes?

Participez à la grande conversation qui façonnera l'avenir de la mobilité lors de Movin'On, du 30 mai au 1er juin 2018, à Montréal. Cet article est adapté des Notes de Movin'On 2017.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost