LES BLOGUES

Le transport de 2049 vu par Blade Runner

L'original Blade Runner, datant de 1982, a marqué l'imaginaire collectif.

27/10/2017 09:00 EDT | Actualisé 27/10/2017 11:10 EDT
Warner Bros
Bien qu’auparavant on aurait relégué automatiquement ces idées au rang d'utopie, aujourd'hui, la question se pose : sont-elles réalistes?

Attention : Cet article contient quelques divulgâcheurs du film Blader Runner 2049.

Nous sommes en 2049. Les policiers se déplacent en véhicules amphibies volants et stationnent sur les toits. Les voitures ont trois roues, arborent des portes à ciseaux de type Lamborghini, et sont opérées par intelligence artificielle. Oh! Et elles sont munies d'un drone commercial amovible. Bien qu'auparavant on aurait relégué automatiquement ces idées au rang d'utopie, aujourd'hui, la question se pose : sont-elles réalistes?

L'original Blade Runner, datant de 1982, a marqué l'imaginaire collectif. À l'époque, nous étions loin de pouvoir imaginer vivre dans un univers aussi technophile et dystopique. Aujourd'hui, deux ans avant la date prophétisée par Ridley Scott, l'avenir du transport est de plus en plus tangible.

Lors du Sommet mondial de la mobilité durable, Movin'On, conférenciers et entrepreneurs visionnaires nous ont offert un véritable voyage dans le temps. Voici comment leur vision du transport coïncide avec celle de Blade Runner 2049.

Giphy

Voitures volantes, façon Uber Elevate

Uber a récemment recruté un ancien chercheur de la NASA, Mark D. Moore, afin de travailler sur une initiative futuriste de « voiture volante », baptisée Uber Elevate.

Moore, directeur de l'ingénierie aéronautique du projet, croit que la mobilité urbaine aérienne se concrétisera plus vite qu'on pense, précisément en 2023 à Dallas, et que le domaine des transports en sera à tout jamais transformé.

En conférence à Movin'On, le chercheur a précisé que si Uber Elevate voit le jour, le trajet d'une heure quarante qui sépare San Francisco de San Jose à l'heure de pointe serait réduit à 15 minutes, pour le même prix qu'un UberX. Mais attention! Soyons précis... il faut parler d'aviation sur demande, ou de taxi drone, et non de voitures volantes.

Allen McEachern - Movin'On 2017

Intelligence artificielle et commande vocale

On ne peut nier que l'intelligence artificielle (IA) est en pleine effervescence. En 2017, 81 % des chefs de direction du Fortune 500 ont déclaré que l'IA et l'apprentissage machine sont au centre du développement de leur entreprise – bien loin des 54% enregistrés en 2016.

Alors que l'apprentissage profond nous rapproche de l'intuition artificielle, il y a des concepts humains que l'intelligence artificielle peine encore à comprendre et qui joueront un rôle important dans notre approche de la mobilité. Pensons, par exemple, à l'empathie qui guide notre décision de laisser quelqu'un passer dans un embouteillage. Ou à la décision d'un chauffeur d'autobus de faire escale entre deux arrêts parce qu'il vous a vu courir frénétiquement dans son rétroviseur. Si l'on en croit Blade Runner, en 2049, l'IA aura atteint ce niveau.

Des drones au service de l'État et des entreprises

Il semble que le futur tel qu'imaginé par Denis Villeneuve soit empli de drones... même ceux du côté obscur! En réalité, la révolution est déjà bien amorcée.

Dans l'esprit des gens, les drones sont de petits hélicoptères qui bourdonnent au-dessus de nos têtes pour filmer mariages et cascades en snowboard. Dans les faits, le marché des drones commerciaux éclipse celui des drones personnels, et le segment des livraisons de colis ne constitue qu'une petite partie d'une industrie diversifiée qui connaît un essor rapide pour les véhicules aériens sans pilote.

Quelques faits dévoilés à Movin'On 2017

  • Les drones commerciaux représentent un marché estimé à 3 milliards de dollars, alors que le marché des drones personnels s'établit à 2 milliards de dollars.
  • Il existe plus de 37 000 pilotes de drones certifiés aux États-Unis.
  • 820 000 drones ont été enregistrés aux États-Unis depuis 2015.
  • On prévoit que 7 millions de drones de plus seront enregistrés d'ici 2020.

Un échéancier de l'avenir des drones

D'ici 1 à 2 ans : Les drones seront utilisés pour l'entretien des tours, le signalement du trafic et des requins, la transmission de nouvelles, la surveillance des forces policières, l'examen des scènes de crime, la gestion des stocks et des entrepôts.

D'ici 2 à 4 ans : Les drones seront employés pour la livraison de colis point à point, la livraison d'échantillons médicaux, la livraison d'organes pour la transplantation et la cueillette et la livraison de colis.

D'ici 3 à 6 ans : Encore plus de livraisons de colis, livraisons à domicile et livraisons de pizza !

D'ici 4 à 8 ans : Les drones seront utilisés pour le transport aérien personnel. C'est l'ère des drones Uber.

Des voitures autonomes

Bien que le spinner appartenant au LAPD conduit par Ryan Gosling semble muni de deux manettes de contrôle aérien, il est la plupart du temps gouverné par un système de pilote automatique.

Ce niveau d'automatisation, nous y sommes presque. En 2014, la Society of Automotive Engineers (SAE) a établi six niveaux d'automatisation de la conduite, d'un contrôle humain complet à l'autonomie parfaite.

Les Notes de Movin'On 2017

Cette classification a été adoptée en 2016 par l'autorité américaine de la sécurité routière, la National Highway Traffic Safety Administration.

Pour en savoir plus sur la voiture autonome, c'est ici.

Le futur du transport vous intéresse? Les prochaines grandes avancées en mobilité sont l'une des six thématiques de Movin'On 2018, qui aura lieu du 30 mai au 1er juin, à Montréal. Cet article est adapté des Notes de Movin'On 2017.