LES BLOGUES

Comment fait-on pour garder la motivation?

03/05/2017 09:36 EDT | Actualisé 03/05/2017 09:37 EDT

La persévérance est partie intégrante de la définition de tâche d'un athlète. Ceci dit, il peut parfois sembler inconcevable (et douloureux) de voir qu'un coéquipier ou un adversaire du même âge ou du même niveau connait une progression plus rapide et des résultats plus satisfaisants que les nôtres. Comme à l'école ou au travail, personne ne performe de la même manière ni au même moment.

Comment fait-on pour garder la motivation?

Il ne faut surtout pas tomber dans le piège de vouloir faire les choses trop vite: la patience est la clé! Concentrez-vous d'abord sur comment réussir à BIEN exécuter une première tâche. C'est honnêtement le mieux que vous pouvez faire. De cette façon, l'information s'enregistrera dans votre cerveau de la bonne façon. Voici d'ailleurs une phrase aide-mémoire que je vous conseille d'écrire à un endroit que vous regardez souvent: «Chaque athlète (chaque individu) a un parcours différent: il y a d'ailleurs autant d'histoires que d'athlètes (d'individus)!»

La vitesse d'apprentissage peut varier selon vos dispositions à recevoir l'information.

D'ailleurs, imaginez-vous que chaque notion qu'on vous enseigne est une graine que l'on sème dans votre cerveau et, dépendamment des conditions dans laquelle elle est reçue, elle poussera rapidement, lentement ou peut-être même jamais. La vitesse d'apprentissage peut varier selon vos dispositions à recevoir l'information. Votre état physique, la concentration et le lien de confiance que vous partagez avec votre entraîneur ou votre équipe peuvent également faire varier la rapidité à assimiler l'information et finalement bien comprendre les différents concepts enseignés.

Personnellement, je trouve toujours plus difficile d'assimiler de l'information en période de stress, comme en compétition. Je m'assure donc de toujours prendre toutes les dispositions nécessaires pour évoluer dans un environnement le plus structuré possible et pour arriver à me gérer de manière efficace.

L'idéal, c'est d'être conscient de votre état et de vos limites, faites-en votre force!

On m'a inculqué très jeune l'importance d'écouter attentivement mes entraîneurs et d'avoir confiance en eux. Je vous conseille de faire de même. N'ayez pas peur d'avoir confiance en ceux qui vous entourent, c'est essentiel. Ils sont là pour vous et veulent vous voir réussir. Et ça, il ne faut jamais l'oublier! Beaucoup de gens auront une influence sur votre parcours, et tous auront de précieux conseils à vous léguer, des conseils qui aideront d'une façon ou d'une autre à votre progression comme athlète, mais aussi comme individu. Vous avez franchement tout à gagner à les écouter. Profitez de tout ce que ces personnes auront à vous offrir au passage. Puis, ce sera à vous de démêler tous ces morceaux et d'assembler le casse-tête qui vous permettra de créer votre propre processus. Il vous faudra trouver «l'assemblage» qui a le plus de sens pour vous, et ça prendra le temps que ça prendra pour maîtriser l'amalgame.

Reste que ce processus vous appartient à 100% et que vous serrez les seules à en avoir le contrôle. Faites-vous confiance et soyez patient. Votre devoir, par contre, est de vous assurer d'avoir la meilleure intention et la plus adéquate concentration pour réussir votre tâche. Soyez-y dédiée et écoutez-vous. Appliquez-vous sur ce que vous avez à accomplir et ne vous préoccupez surtout pas du voisin.

Au final, la vie d'athlète, ses apprentissages, et les valeurs qui sont véhiculées dans le milieu du sport ne sont pas si différents des vôtres!

LIRE AUSSI:

» Fumer affaiblit un gène protégeant les artères

» Mieux vaut bouger ou s'asseoir devant un écran pour les performances du cerveau?

» Les médecins devraient-ils prescrire la marche à leurs patients?


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter