LES BLOGUES

L'euthanasie ou l'humanisme perdu

01/03/2016 10:50 EST | Actualisé 02/03/2017 05:12 EST

Jeudi le 25 février dernier, un rapport d'un comité mixte spécial fédéral a été déposé, rendant publiques ses recommandations au gouvernement fédéral sur l'enjeu crucial de la légalisation de l'euthanasie au pays. Faisant suite au jugement Carter de la Cour suprême du Canada jugeant la criminalité de l'euthanasie inconstitutionnelle, ce rapport demande à l'éventuelle législation fédérale d'être beaucoup plus large que celle adoptée au Québec.

En effet, selon ce rapport, l'État devrait non seulement permettre l'euthanasie volontaire dans les cas de mort imminente suite à une maladie incurable, mais également pour les handicapés (recommandation no 1), les personnes souffrant de troubles psychologiques (recommandations no 3-4) et même pour les mineurs (recommandation no 6).

Ce document, long de 67 pages, donne ainsi raison à ceux qui craignaient que l'étendard des cas extrêmes utilisés lors des campagnes pro-euthanasie n'aient été que le «cheval de Troie» d'un agenda caché.

Tout compte fait, l'argument de la «pente glissante» aura encore une fois montré toute sa pertinence. Devant l'importance de cet enjeu, il était naturel que les évêques du Canada se lèvent pour dénoncer un tel effritement du droit le plus fondamental des Canadiens : le droit à la vie .

D'où vient donc cet acharnement en vue de conquérir ce prétendu «droit» à mourir ? À ce sujet, plusieurs arguments sont avancés par les défenseurs de l'euthanasie. D'abord, il y a ceux qui voient dans cet enjeu l'exemple d'un combat d'une soi-disant libération. En ce sens, militer pour l'euthanasie aurait une valeur symbolique, ce serait l'occasion de s'insérer dans le mythe d'une modernité émancipatrice et de projeter une image de soi-même, à tort, au côté des grands héros tel Martin Luther King ou William Wilberforce.

D'autres pensent qu'il s'agit d'un combat motivé par la compassion, par une volonté de comprendre l'autre dans sa souffrance et dans les choix qui en découlent. J'imagine que certains pensent vraiment que l'euthanasie est un moyen raisonnable de venir en aide à une personne qui souffre. Loin de moi l'idée de juger l'intention des personnes favorables à cette pratique. Toutefois, l'enjeu mérite que l'on s'intéresse davantage aux arguments avancés plutôt qu'à l'honnêteté des interlocuteurs.

Ici comme ailleurs, le prétendu «goût de mourir» n'est rien d'autre qu'un appel à l'aide déguisé. Une requête d'euthanasie ne tiendrait jamais dans des circonstances d'accompagnement adapté, répondant au besoin d'amour et de valorisation à la hauteur de la dignité humaine. Pensez-y deux minutes, pourrait-on croire qu'une personne entourée, aimée, valorisée, visitée, à qui l'on demande conseil, etc., entourée de petits-enfants ou de proches, pourrait désirer quitter ce monde plus tôt que prévu ? Évidemment que non ! Pourquoi donc ne pas créer ces circonstances favorables autour de nous et socialement ?

Finalement, il y a ceux qui croient que ce «droit de mourir» entre parfaitement dans la logique du libéralisme effréné de notre monde actuel. Cette «culture du déchet» tant décriée par le pape François n'a pas que des applications économiques. En effet, elle réduit les hommes et les femmes à leur condition de consommateur, c'est-à-dire à des machines à plaisir. Le citoyen n'est donc plus considéré comme une personne mais comme une «monade» dont le seul but est d'accroître les profits et les intérêts des puissants de ce monde, qu'ils soient PDG de multinationales, actionnaires, politiciens ou fonctionnaires gouvernementaux.

C'est de cette façon que, peu à peu, le moteur de la société est passé d'une vision holiste du bonheur humain à celle de la jouissance à tout prix. Passée d'une perspective humaniste à une perspective utilitariste, notre société en est venue à confondre la recherche légitime du bonheur avec celle du plaisir égoïste. Pas étonnant que, faute de ne plus comprendre le sens de la souffrance, nous ne soyons plus capables ni de la supporter ni de la tolérer ! C'est ici qu'a eu lieu le déplacement majeur qui aujourd'hui nous empêche de comprendre les implications de cette vérité fondamentale que la vie humaine est bien absolu. Puisque la vie n'est plus le bien central à protéger mais plutôt le moyen par lequel nous jouissons des réalités qui nous entourent, il n'est pas surprenant qu'il soit commun de dire que la vie, peut «ne plus valoir la peine d'être vécue». En effet, si ma qualité de vie dépend de ma capacité de jouir, ne nous étonnons pas si la disparition de cette aptitude suffise à me convaincre que ma vie n'a plus de sens. Ainsi, puisqu'il est normal que les lois d'un pays suivent la culture et la mentalité d'un peuple, les changements de lois actuelles ne sont qu'un symptôme de cette révolution plus profonde.

Pour bien faire face à cette nouvelle menace contre la dignité des plus faibles de notre société, l'Assemblée des évêques du Québec a récemment publié un «parcours de réflexion» intitulé Les soins de fin de vie à la lumière de la Parole de Dieu, qui permet au lecteur de voir à la fois à quel point le riche patrimoine de la foi chrétienne donne un sens lumineux à la fin de vie, mais également comment la mort peut être un chemin de réconciliation et d'humanisation.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Fin de vie: ce qu'autorisent les pays européens

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter