Francine Pelletier

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Francine Pelletier
 

Vive la poêle à frire

Publication: 24/05/2012 12:54

Donc, c'est un échec. La loi 78 ne marquera pas de pause, ne règlera pas la crise et ne marquera même pas de points de sympathie pour le gouvernement Charest. Les dénonciations ici comme ailleurs, à droite comme à gauche, ont vite fait de sceller le sort de cette mesure d'exception, exceptionnellement mal conçue. Jusqu'au ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, qui semble souhaiter que la Cour renvoie le gouvernement à ses devoirs.

Surtout, la manifestation monstre du 22 mai, énorme pied de nez à la nouvelle loi, aura établi les lettres de noblesse de la désobéissance civile. Le gouvernement libéral tente depuis des mois de délégitimer le mouvement étudiant en l'associant au vandalisme et aux têtes brulées pour finalement se buter le nez sur une joyeuse marée de 250,000 personnes de bonne humeur, pas du tout casseuses de party, mais capables de se tenir debout.

Encore la veille, le bâtonnier du Québec, qui nous avait surpris avec sa dénonciation de la loi 78, nous surprenait à nouveau avec sa dénonciation en règle de la désobéissance civile. "Complètement inacceptable dans un État de droit," dit Me Masson. Même Gilles Duceppe a senti le besoin de s'en dissocier en précisant qu'on n'était pas en "Afrique du Sud ou dans l'Inde de Ghandi"

Et alors? Rosa Parks qui a refusé de donner son siège à un homme blanc, en 1955 en Alabama, vivait dans un pays qui, dans les années d'après-guerre notamment, faisait l'envie du monde. Les suffragettes, qui se sont enchainées aux grilles du Palais de Buckingham au tournant du siècle dernier, vivaient dans le pays qui a inventé l'état de droit. Le Dr. Henry Morgentaler qui a pratiqué des milliers d'avortements clandestins avant la décriminalisation en 1988, vivait au Québec, l'endroit le plus progressiste en Amérique.

Le mouvement des femmes au Québec s'est bâti précisément sur le contournement de la loi interdisant l'avortement. Comme bien d'autres féministes à l'époque, j'ai aidé des femmes à avorter dans la plus parfaite illégalité. Arrêtez-moi quelqu'un.

Il y a parfois des gestes plus dignes de respect, certainement plus courageux, que de simplement faire les génuflexions d'usage devant la primauté du droit. On comprend, bien sûr, le besoin de juristes et politiciens de réitérer leur attachement aux règlements démocratiques puisque leur pain et beurre en dépend. Le problème c'est que la démocratie ne se conjugue pas uniquement du côté des lois. Elle se mesure tout autant et parfois davantage du côté de la dissension. Pouvoir s'opposer à ce qui nous paraît injuste est tout aussi fondamental, et passablement plus compliqué, que d'aller voter.

Ce qui ne veut pas dire accepter les dérapages et les agents provocateurs sans broncher. Des manifestants nocturnes ont d'ailleurs commencé à s'y opposer et c'est tant mieux. On souhaiterait maintenant que la police cible un peu mieux ce monde-là et un peu moins les innocents. C'est quand même un peu suspect, non, sur tant de gens arrêtés, qu'ils n'aient pas encore mis la main sur les vrais coupables?

Entretemps, j'en ai marre de constater toute la nervosité qui persiste autour de la question de désobéissance civile. Car, veut veut pas, c'est faire le jeu de Jean Charest; c'est laisser croire que les dérapages sont tout d'un côté, celui des étudiants, et passer l'éponge sur ceux, pourtant nombreux, du gouvernement.

Comme dirait Pierre Falardeau, on va toujours trop loin pour ceux qui vont nulle part.

Entre le spectacle d'un gouvernement qui ne cesse d'improviser, prêt à sacrifier des droits fondamentaux pour assurer sa propre ré-élection, coupable de collusion et de passe-droits à répétition, et celui d'un légitime mouvement citoyen -- il est clair que la colère n'est plus uniquement celle des étudiants -- brandissant poêle à frire et pancartes assassines (Charest décrisse/ Fais donc comme ta ministre), il me semble que le choix est clair.

Le gouvernement n'a plus d'autre option maintenant que de s'asseoir et de négocier. De bonne foi, cette fois.

http://www.francinepelletierleblog.com/

Loading Slideshow...
  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne

  • Photo: Ryan Remiorz, La Presse Canadienne





Loading Slideshow...

 
 
 
Suivre Le HuffPost Québec