Francine Pelletier

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Francine Pelletier
 

La transexualisation de la politique

Publication: 30/08/2012 14:45

Pauvre Isabelle Brais. La femme de François Legault est forcée, depuis quelques jours, de battre le trottoir aux côtés de son aspirant Premier ministre de mari. Politique oblige.

«Aujourd'hui, je suis presque obligée d'être à ses côtés», a-t-elle confié à la Presse canadienne. Obligée de faire une Michou ou une Ann Romney d'elle-même, c'est-à-dire de se plier au douteux jeu politique qui consiste à sortir les épouses du placard afin "d'arrondir les angles" de leur pas-très-douce moitié.

Un peu insultant pour la gent féminine, c'est sûr. À voir l'air crispé de Mme Brais sur les photos, on soupçonne qu'elle le pense aussi. Après tout, on n'est plus au temps où la politique était la chasse gardée d'hommes blancs hétéros de classe moyenne devant prouver leur "métal" en brandissant la légitime épouse. L'équivalent de tirer un lapin d'un chapeau, l'apparition de la "petite dame" (toujours visiblement admirative de son homme) était le signal magique que le politicien devant vous avait 1- une vie sexuelle "normale" 2- un coeur 3- une famille. Du bon stock, quoi.

Nous ne sommes plus au temps où l'univers des femmes était essentiellement affectif et ceux des hommes se résumait à celui du travail, mais à voir la prestation très attendue d'Ann Romney, épouse du candidat républicain à la présidence, on pourrait s'y méprendre.

"Tonight, I want to talk to you about love", a déclaré Mme Romney devant la convention républicaine. Non seulement ça suintait les bons sentiments, Mme Romney, qui a consacré sa vie à élever sa famille (5 enfants, 18 petits-enfants), n'a pas tant "humanisé" son Mitt que ramené les bons vieux stéréotypes qui nous ont longtemps encarcanés. Femme = courage et émotion. Homme = force et intellect. Femme = second plan. Homme = premier plan.

La suivant au podium, le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, a vite fait de montrer de quel bois il se chauffe, lui: "Je crois que nous nous laissons paralyser par notre besoin d'être aimés", a-t-il dit. Et v'lan dans les gencives.

Comme démonstration de la faiblesse, pour ne pas dire l'ineptitude, de l'univers féminin (que venait d'étaler à grand renfort d'accordéon, Ann Romney), c'est dur à battre. So much for love, et les femmes de politiciens jouant les âmes romantiques.

Comment se fait-il qu'on en est encore là? À exiger des femmes de politiciens qu'elles jouent les chiens de faïence alors que les maris de politiciennes, eux, brillent par leur absence? On aperçoit bien de temps en temps un Claude Blanchet, mari de Pauline Marois, à ses côtés, mais il n'est pas envoyé en commando pour masculiniser ou "dés-humaniser" l'aspirante Première ministre. Faut dire que Mme Marois est suffisamment tough comme c'est là.

Ce qui m'amène au coeur du sujet: la transexuelisation de la politique.

La politique est plus compliquée à gérer aujourd'hui du fait qu'on y retrouve des femmes aussi bien que des hommes. L'électorat est, par conséquent, lui aussi plus complexe.

La présence des femmes veut dire que les politiciens ne peuvent plus se contenter d'étaler leur gentille épouse, au moment approprié, afin de passer le test de l'homme "complet". Les femmes --qui ont désormais, non seulement le droit de voter, mais leurs propres opinions et priorités-- doivent pouvoir s'identifier au politicien en question. N'en déplaise à François Legault, ça n'a rien à voir avec "la peur du changement". Ça à voir avec ne pas aimer ce que propose le gars au podium (ou encore, la face du gars).

À venir jusqu'à maintenant, les hommes politiciens n'ont trouvé rien de mieux pour séduire l'électorat féminin que de s'enrubaner de leur légitime épouse, peu importe (comble de mauvais télé-théâtre) s'ils ne vivent plus ensemble. Ce serait le cas, veut la rumeur, d'un certain Premier ministre très en vue ces temps-ci.

Les femmes qui se présentent en politique n'ont pas la partie facile pour autant. Bien qu'elles attirent une certaine sympathie chez l'électorat féminin, elles ont besoin que les hommes les prennent au sérieux, en commençant par l'establishment politique auquel elles aspirent. La politique, comme le génie et la physique nucléaire, demeure un monde d'hommes. Elles doivent non seulement plaire à l'électorat (d'abord masculin mais les femmes sont à convaincre aussi), elles doivent constamment prouver qu'elles méritent de prendre la place d'un homme.

Peu surprenant, alors, que les pionnières politiques (Indira Ghandi, Golda Meir, Margaret Thatcher, Lise Payette, Lise Bacon, Hillary Clinton, Pauline Marois, Manon Massé...) soient un peu, assez, beaucoup masculines. Dans leurs cas, ça ne prend pas juste de l'ambition, ça prend un front de boeuf pour atteindre le podium. Le problème, c'est que ça ne donne pas toujours de bons résultats.

Prenons Pauline Marois, la femme qui voudrait devenir, d'ici quelques jours, première Première ministre du Québec. Comme le souligne le portrait d'elle dans l'Actualité, il y a un décalage entre la Marois au naturel et la Marois sous les feux de la rampe. En plus de ne pas être capable de se faire une idée rapidement (pas nécessairement un problème féminin), Mme Marois a tendance à se betonner pour mieux affronter la meute. Bref, elle en met trop. Elle apparaît plus dure, chicaneuse et agressive qu'elle l'est réellement. Tout ça la dessert énormément.

Alors que les hommes politiques ne sentent pas du tout qu'ils ont a changé de personnalité pour mieux séduire l'électorat (féminin ou autre), beaucoup de politiciennes, surtout plus vieilles, plus enclines à douter (comme Pauline Marois) d'elles-mêmes, font de la surenchère de peur d'avoir l'air trop molle, faible, voire d'une femme. Le problème c'est que, loin d'augmenter leur capital de crédibilité et de sympathie, cette transformation, toute inconsciente qu'elle soit, leur en enlève.

A mon avis, le problème "transgenre" de Pauline Marois est malheureusement une des raisons pour lesquelles elle n'obtiendra pas la majorité qu'elle souhaite, lundi prochain.


http://www.francinepelletierleblog.com/

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...
  • 7 novembre 1998

    François Legault a été nommé ministre de l'Industrie et du Commerce par Lucien Bouchard, mais devait d'abord être élu. On le voit ici lors d'un rassemblement à Saint-Roch-de-l'Achigan avec sa femme. (PC/Paul Chiasson)

  • 23 février 2000

    Au Sommet du Québec et de la jeunesse, avec son premier ministre Lucien Bouchard et Jean Charest, alors chef de l'opposition. (CP PHOTO/Jacques Boissinot)

  • 13 novembre 2001

    François Legault, alors ministre de l'Éducation et de l'Emploi, félicite deux nouveaux venus au cabinet des ministres, Rita Dionne-Marsolais et Richard Legendre. (CP PHOTO/Jacques Boissinot)

  • 12 janvier 2009

    La chef de l'opposition Pauline Marois en compagnie de François Legault, alors critique péquiste en matière de Finances. (PC/Jacques Boissinot)

  • 25 juin 2009

    François Legault quitte l'Assemblée nationale après avoir annoncé son retrait de la vie politique. (PC/ Jacques Boissinot)

  • 21 février 2011

    L'ancien ministre François Legault et l'homme d'affaires Charles Sirois annoncent la création de la Coalition pour l'avenir du Québec, qui deviendra par la suite un parti. (PC/Jacques Boissinot)

  • 14 novembre 2011

    François Legault dévoile les couleurs de son nouveau parti, la Coalition avenir Québec. (PC/Jacques Boissinot)

 
Suivre Le HuffPost Québec