Francine Laplante

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Francine Laplante
 

À quelques jours de Noël

Publication: 19/12/2012 15:08

Il ne reste que quelques jours avant le début des célébrations de la grande fête de Noël. Quelques jours à courir les magasins pour finaliser nos achats, pour fermer les dossiers les plus urgents au bureau, pour planifier les vacances scolaires de nos enfants et les nombreux rassemblements; bref, quelques jours à survivre plutôt qu'à vivre!

L'année 2012 a été particulièrement difficile pour nous tous. Nous avons été les malheureux témoins des pires horreurs sur le plan humain : le procès Shafia, la saga Turcotte, les meurtres de ces trois innocentes victimes de Drummondville et, comme si ce n'était pas suffisant, cette horrible tuerie à Newtown, sans oublier tous les autres drames qui sont déroulés en silence. Il y a aussi ce printemps érable qui est venu chambouler notre société et ses valeurs, les révélations de la Commission Charbonneau qui nous rappellent à quel point nous avons été victimes d'un cancer généralisé, les scandales politiques, les dépassements de coûts, la guerre de la mafia... Tous ces évènements, aussi pathétiques les uns que les autres, viennent ébranler avec raison notre confiance et nos valeurs les plus profondes.

Pourtant, plus que jamais, je suis convaincue qu'il faut y croire! Croire qu'il existe des gens honnêtes qui travaillent d'arrache-pied pour faire de ce monde un monde meilleur, à l'importance d'inculquer nos valeurs fondamentales de respect, de partage, de compassion et d'amour à nos enfants au quotidien, que nos petits gestes de compassion et d'empathie peuvent changer la vie de quelqu'un pour le mieux et à notre pouvoir de propager un souffle nouveau sur notre société trop souvent malade.

Oui, il faut croire qu'il nous est possible, tous ensemble, de reconstruire notre monde, de redéfinir nos bases et de remettre les vraies priorités au centre de nos préoccupations. Il faut croire à la puissance d'une visite surprise à nos ainés, d'un appel à une connaissance qui a traversé une période difficile, au sourire adressé à un inconnu sur la rue, à un merci bien senti au commis du magasin...

Il faut croire plus que jamais à l'importance de vivre plutôt que nous contenter de survivre, parce que la vie est fragile, très fragile, mais qu'avec un peu d'effort, de bonne volonté et beaucoup de cœur, on peut changer les choses pour la rendre plus belle et douce!

 
Suivre Le HuffPost Québec