LES BLOGUES

Guy Turcotte: la liberté de l'un bafoue la liberté des autres

03/12/2014 10:41 EST | Actualisé 02/02/2015 05:12 EST

La Cour d'appel du Québec vient de trancher: Guy Turcotte restera en liberté en attendant la tenue de son 2e procès qui devrait avoir lieu en septembre 2015, soit 6 ans après la mort brutale de ses deux enfants. Le juge André Vincent n'a donc pas commis d'erreur de droit ni d'erreur de fait lorsqu'il a déterminé que Turcotte devait bénéficier de la présomption d'innocence et que sa libération en attente de procès ne choquerait pas le public «bien informé».

La Cour d'appel a confirmé par la même occasion que je ne suis pas une personne raisonnable et que je suis très mal informée, parce que oui, je suis profondément choquée face à cette confirmation de remise en liberté de Turcotte, un assassin manipulateur.

LIRE AUSSI: Guy Turcotte reste en liberté en attendant son 2e procès

Honorables Juges de toutes les instances, quelle est donc votre définition de «gens bien informés»? Faut-il avoir une formation de juriste et avoir étudié durant des décennies les différents points de droit pour être en mesure de prétendre être bien informés?

Si j'essaie de comprendre votre raisonnement, malgré mon bac en criminologie, malgré mon intérêt marqué pour tout ce qui touche de près l'actualité, malgré mon désir et le devoir que je me fais de me tenir au courant, de m'informer et de questionner je fais encore partie de cette partie de la population qui ne comprend rien, qui pose trop de jugements sans fondement et qui n'est pas suffisamment rationnelle pour comprendre?

Comprendre quoi, demandez-vous, Honorables juges? Comprendre que nous avons remis en liberté un homme qui a avoué avoir donné 27 coups de couteau à son fils de 5 ans, pour par la suite se tourner vers sa fille de 3 ans et demi pour lui en donner 19. Que dois-je comprendre mis à part le fait que moralement ça n'a aucun bon sens, et que socialement, c'est inacceptable?

Le droit, les points de droit, les lois, la jurisprudence, le respect de la justice et des instances, le droit à un procès juste et équitable, le respect des droits et libertés... Vous me faites rire (jaune)! Que faites-vous des droits d'Olivier et d'Anne-Sophie? Ah, oui, c'est vrai, ils sont morts! Est-ce que ça veut dire que Guy Turcotte leur a volé tous leurs droits en même temps que la vie ce triste jour de février 2009?

On vient de me confirmer aujourd'hui que tout l'héritage que m'ont légué mes parents et que je tente à mon tour d'inculquer à mes enfants ne tient plus du tout la route: certitude, conviction, valeurs et fierté... La certitude que nous sommes protégés, la conviction que nous pouvons faire confiance, valeurs de respect et de non-violence, et la fierté de vivre dans une société qui protège ses enfants.

Je n'ai peut-être pas un quotient intellectuel supérieur à la moyenne, je manque peut-être de jugement et de connaissances juridiques, je suis peut-être trop émotive et même naïve. Mais si j'étais tout autre, ça ne changerait rien au fait qu'un certain matin de février 2009, un monstre a décidé de charcuter ses deux enfants sans défense, malgré leurs cris, leurs pleurs et leurs implorations, et que ce même monstre est libre comme l'air... parce qu'il a des droits qui ont été refusés à ses enfants.

Un adage veut que la liberté des uns se termine là où la liberté des autres commence. Cette décision de la Cour d'appel du Québec n'en tient vraiment pas compte. Il est clair qu'aujourd'hui, la liberté de l'un bafoue la liberté des autres...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'affaire Turcotte en quelques photos

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter