LES BLOGUES

Côte-des-Neiges: un bel exemple du «vivre ensemble»

03/12/2016 08:14 EST | Actualisé 03/12/2016 08:14 EST

Dans le contexte du prochain 375e anniversaire de la fondation de Montréal, on demande à des artistes, écrivains ou autres acteurs de la vie publique d'évoquer des souvenirs ou de décrire le quartier de la ville qu'ils préfèrent. Je me suis moi-même posé la question. Comme je ne suis pas Montréalais d'origine, je ne peux retourner vers mon enfance, par exemple. Après une trentaine d'années à l'étranger comme diplomate, ou à Ottawa entre deux affectations, Montréal est devenue ma résidence. Et le coin qui j'ai le plus plaisir à côtoyer, c'est Côte-des-Neiges.

Quand on me souligne que Montréal est une ville internationale, ce n'est pas le fait qu'on y trouve des institutions onusiennes ou un grand nombre de consulats qui me vient d'abord à l'esprit, mais plutôt tous ces nouveaux arrivants du monde entier. Ils s'installent souvent dans Côte-des-Neiges pour des raisons économiques. On me dit que plus de 120 langues y sont parlées et qu'il est le voisinage le plus multiculturel du pays. Et c'est cela qui me plaît.

Son épicentre se trouve au centre commercial «Place Côte- des Neiges». La première fois que j'y suis allé (pour un film à 5 $) je me suis retrouvé soudainement dans un souk moyen-oriental. Odeurs d'épices, clientèle familiale, employées portant le voile, hommes prenant le café et refaisant le monde en arabe. Un retour dans le temps pour moi. Ce n'est évidemment pas le centre d'achats le plus chic ou moderne, mais il est convivial.

Des images me frappent chaque fois que j'y retourne. Enfants devant les vitrines du magasin de jouets essayant de convaincre les parents d'acheter, jeunes musulmanes déambulant bras dessus bras de sous en se racontant des secrets, couples faisant des projets. Les clients sont d'origine variée: Chinois, Maghrébins, Philippins, Juifs orthodoxes, Africains, Latinos, et Québécois de souche. Un bel exemple du « vivre ensemble ».

Le quotidien des immigrants de Côte-des -Neiges n'est sûrement pas facile. C'est un défi de repartir à zéro ou presque. Mais j'y retrouve chez eux cette humanité que j'ai connue dans plusieurs pays où j'ai vécu et travaillé. Je crois d'autre part que, confrontés à d'autres cultures que la leur, les nouveaux citoyens de ce quartier réalisent que Montréal est une ville multiculturelle et que pour y trouver sa place, il faut s'adapter. Avec en arrière-plan le nécessaire besoin de s'intégrer.

Des outils existent sur le terrain que ce soient les centres communautaires, les services culturels de la Ville ou les activités sportives pour faciliter leur apprentissage d'un nouvel environnement. J'ose croire, mais peut-être suis-je naïf, que de ce concentré de cultures sortiront de jeunes Québécois qui participeront à la construction d'une société ouverte sur le monde et inclusive. Il en faudra pour contrecarrer les tendances sombres et dangereuses qui trouvent une inspiration dans l'élection de Donald Trump aux États-Unis. Ici et ailleurs.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter