LES BLOGUES

La mobilité réduite dans un monde autonome

À l’heure actuelle, le métro est pratiquement inaccessible aux personnes à mobilité réduite, et les autobus ne font pas plus belle figure.

01/12/2017 17:57 EST | Actualisé 04/12/2017 14:31 EST
Fournie par Movin'On

Je m'appelle Félix. Je suis un jeune homme de 24 ans atteint de paralysie cérébrale depuis la naissance. Ce qui veut dire que je vis depuis toujours avec une réalité qui m'oblige à me déplacer en fauteuil roulant et donc, qui me force à composer avec la mobilité réduite. Malgré tout, je tente de gagner ma vie dans le milieu du cinéma et en travaillant dans les bars.

Ces derniers temps, j'entends de plus en plus parler de cette fameuse voiture dite «autonome». Plusieurs m'ont d'ailleurs rappelé que l'arrivée de ces voitures sur le marché signifie un avancement considérable pour les personnes à mobilité réduite. Et c'est vrai! Ce qui pour plusieurs est source de peur est pour moi le début de quelque chose de fabuleux. Fini l'époque où conduire ma propre voiture était une utopie et enfin! je n'aurai plus à dépenser des milliers de dollars pour faire adapter mon véhicule à mes besoins. On «conduira» tous notre voiture de la même façon. Serais-je devenu un simple citoyen comme les autres?

Il n'y a qu'un petit bémol. La voiture autonome n'est pas gratuite. Comme toutes les autres voitures, d'ailleurs, il faudra débourser des dizaines de milliers, voire même des centaines, pour pouvoir mettre les mains sur l'un de ces bijoux. Malheureusement, c'est ça la réalité du système capitaliste dans lequel on vit. Loin de moi l'idée de minimiser l'importance que revêt cette innovation. Je félicite et remercie sincèrement tous ceux qui ont travaillé à rendre possible cet objet de l'imaginaire collectif. Mais, je vous le rappelle, être en situation de handicap à 24 ans et tenter de faire carrière dans le domaine des arts n'est pas exactement le cocktail le plus lucratif. Alors, laissez-moi vous poser cette question: le transport en commun, vous en faites quoi?

À l'heure actuelle, le métro est pratiquement inaccessible aux personnes à mobilité réduite, et les autobus ne font pas plus belle figure.

Parce que sincèrement, en tant que citadin et résident de Montréal, c'est cette question qui me tient le plus à coeur. À l'heure actuelle, le métro est pratiquement inaccessible aux personnes à mobilité réduite, et les autobus ne font pas plus belle figure. C'est vrai, il y a des rampes d'accès, mais celles situées à l'arrière des autobus ne fonctionnent pratiquement jamais. Ajoutez l'hiver à tout ça, et je n'ai d'autres choix que de devenir une ermite pour les prochains mois. À moins de dépenser une petite fortune en taxi pour pouvoir me déplacer. Ce qui n'est certainement pas l'option la plus économique et bonne pour l'environnement.

Dans une société qui se dit égalitaire et une ville qui se veut verte, je pense qu'on devrait commencer par là.

Alors voilà. Je remercie tous ceux qui, en donnant vie à une mobilité intelligente via la voiture autonome, ont contribué à la lutte contre la mobilité réduite, mais au nom de toutes les personnes dans ma situation je vous demande : si vous le pouvez, faites en sorte que cet avancement serve de tremplin à plusieurs autres actions concrètes qui nous mèneront, je l'espère, vers une société réellement égalitaire où la mobilité est accessible à tous.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost