LES BLOGUES

La démocratie prévaudra en Tunisie malgré la barbarie des djihadistes

19/03/2015 10:28 EDT | Actualisé 19/05/2015 05:12 EDT

Les djihadistes salafistes et wahhabistes continuent d'étendre leur toile sur la planète. La Tunisie, berceau du «Printemps arabe» vient d'être frappée, à son tour, au cœur même de sa capitale, Tunis, et la symbolique dans ce geste ignoble est très forte à plus d'un titre :

  1. L'attentat a eu lieu au Musée national du Bardo, un prestigieux musée du bassin méditerranéen, dépositaire des plus belles pièces archéologiques retraçant des siècles d'histoire qui ont jalonné les civilisations millénaires de la Tunisie. Après avoir semé la terreur dans des contrées entières, voilà que les djihadistes s'attaquent de façon systématique au patrimoine de l'humanité, comme en témoigne le saccage des sculptures millénaires à Moussol, la destruction des biens culturels et des bibliothèques au Nord Mali et la destruction des bouddhas de Bamiyan, en Afghanistan par les talibans. Le message est clair : aucune civilisation ancienne ne peut prétendre avoir existé avant eux et aucune civilisation actuelle ne peut survire sans être soumise à leurs pratiques barbares.
  2. L'attentat visait surtout des touristes étrangers, donc des mécréants qu'il faut chasser hors des terres d'islam ;
  3. L'attentat avait pour cible l'industrie touristique, l'une des principales sources de revenus de l'économie tunisienne. À travers ce secteur névralgique, c'est tout le gouvernement, nouvellement élu qui est visé ;
  4. L'attentat a eu lieu à proximité du Parlement au moment même où se tenait l'audition de cadres militaires sur un projet de loi antiterroriste. De nombreux titulaires de charges publiques s'y trouvaient également. En s'attaquant à des civils occidentaux, à proximité du Parlement, c'est la démocratie qu'ils veulent tuer.

Le bilan de cette tragédie n'est pas définitif, mais elle a déjà fait 23 morts dont 3 victimes tunisiennes et 20 touristes notamment français, italiens, polonais, colombiens et sud-africains. Il risque de s'alourdir avec la quarantaine de blessés qui luttent encore pour leur vie.

Au moment où j'ai écrit ces quelques lignes, une manifestation monstre a eu lieu dans la soirée du 18 mars. Des milliers de Tunisiens ont crié leur haine aux terroristes dans les rues de la capitale. Ils se tiennent debout face à l'adversité, solidaires et déterminés à se battre pour la démocratie, la liberté et les droits de la personne. Saluons leur courage !

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Le monde soutient la Tunisie sur la toile

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter