LES BLOGUES

Parler des émotions aux enfants: pourquoi le plus tôt, c'est mieux

Favoriser l'intelligence émotionnelle des enfants ne veut pas dire les protéger des émotions difficiles.

11/10/2017 09:10 EDT | Actualisé 11/10/2017 09:53 EDT
Fran Polito via Getty Images
Parler de déclencheurs permet aux enfants de réfléchir à différentes émotions et leur permet d'identifier les mesures à prendre plus facilement.

Nous ne pouvons plus nier les avantages de l'apprentissage de la régulation émotionnelle aux enfants. Mais que signifie vraiment cette régulation émotionnelle ?

La régulation émotionnelle revient à être conscient du fait que les émotions jouent un rôle primordial dans le comportement des enfants. Les crises de colère, le comportement agressif et la violence chez les jeunes enfants sont souvent – mais pas toujours - la manifestation de leur incapacité à gérer leurs émotions.

L'intelligence émotionnelle signifie donc être attentif aux émotions des enfants, présumer qu'ils comprennent et qu'ils tirent un bénéfice lorsque nous leur parlons de sentiments et d'émotions. Il ne s'agit pas simplement d'apprendre aux enfants à identifier les différentes émotions, mais aussi de les aider à comprendre qu'il faut parfois traiter les questions sous-jacentes et que d'autres fois, la meilleure option consiste à s'éloigner.

Favoriser l'intelligence émotionnelle des enfants ne veut pas dire les protéger des émotions difficiles.

Favoriser l'intelligence émotionnelle des enfants ne veut pas dire les protéger des émotions difficiles. Au contraire, nous aidons nos enfants à développer leur intelligence émotionnelle en leur montrant que les émotions font partie de la vie – tout le monde éprouve des émotions – et en leur fournissant un cadre au sein duquel ils peuvent, en toute sécurité, exprimer ces émotions de façon appropriée.

Pourquoi l'intelligence émotionnelle compte-t-elle?

De nombreuses études ont constaté que lorsque nous traitons la manifestation des émotions chez nos enfants comme un moment fort d'apprentissage, nous les aidons à développer leur régulation émotionnelle. À cet égard, les études de Gottman ont démontré que les enfants qui ont développé cette régulation émotionnelle parviennent à avoir de meilleurs résultats sociaux, scolaires et psychologiques.

Plusieurs études ont montré que plus nous parlons des émotions aux enfants (3 ans) de façon précoce, mieux ils comprennent leurs propres émotions et celles des autres. D'autres études ont révélé que même à la fin de la deuxième année, les enfants sont en mesure d'utiliser des termes précis pour décrire leurs émotions. Tout porte à croire que «mettre les mots» sur les causes et les conséquences des émotions a un impact sur le comportement des enfants.

Dans une étude scientifique, 41 frères et sœurs et leurs mères ont été observés lorsque le deuxième enfant avait 3 ans. Ils ont été à nouveau suivis lorsque le deuxième enfant avait 6 ans et demi. Un des objectifs de l'étude était de déterminer si le fait de parler aux jeunes enfants (3 ans) des sentiments et émotions aurait un impact sur leur capacité à identifier les sentiments et les émotions des autres plus tard dans leur vie. Bien que l'étude n'ait pas permis de conclure que seul cet échange favorise le développement de l'intelligence émotionnelle chez les enfants, il a mis en évidence des résultats intéressants :

  • Les enfants sont plus conscients de leurs émotions quand ils sont en conflit avec les autres. En d'autres termes, le conflit social fournit une occasion aux parents de parler des émotions. Dans les familles où il y a peu de disputes, les enfants ont plus de mal à développer leur intelligence émotionnelle.
  • Plus les enfants ont entendu parler des émotions variées tôt et de façon fréquente, plus ils sont susceptibles d'identifier les émotions des inconnus à l'âge de 6 ans. Les enfants qui ont peu appris sur les émotions sont moins en mesure d'identifier avec précision les émotions des autres.

Une grande partie des recherches sur l'intelligence émotionnelle suggère que les enfants sont plus susceptibles de comprendre les différentes émotions lorsqu'ils ont été confrontés à des opportunités pour réfléchir sur celles-ci. Il y a, cependant, certaines phases importantes à ne pas négliger lorsque nous voulons apprendre les émotions aux enfants.

  1. Aider les enfants à identifier leurs émotions

Aider les enfants à identifier les différentes émotions est la première étape vers le développement de l'intelligence émotionnelle. Il existe plusieurs façons ludiques d'apprendre les émotions aux enfants. Quand nous «mettons les mots sur les émotions», nous aidons nos enfants à apprendre à identifier les différentes émotions.

Être conscient des émotions de l'enfant et les nommer - « tu as l'air triste, je sais que tu es fâché » – peut également les aider à mieux apprendre les différentes émotions.

  1. Identifier d'où viennent les émotions difficiles

Les émotions difficiles expliquent souvent le «mauvais comportement» des enfants. Aider les enfants à comprendre pourquoi certaines situations les rendent tristes ou anxieux peut faciliter la gestion de leurs émotions. Même lorsque les enfants ne veulent pas parler de leurs déclencheurs, les encourager à parler des émotions des autres pourrait les aider: «qu'est ce que tu penses que (...) aurait ressenti?», «comment penses-tu que (...) aurait réagi?».

Vous pouvez aussi incorporer les émotions dans vos lectures avec votre enfant.

Vous pouvez aussi incorporer les émotions dans vos lectures avec votre enfant. Par exemple, en lisant un livre ou en regardant une image, vous pouvez dire « Pourquoi penses-tu qu'elle a l'air si triste ? » Parler de déclencheurs permet aux enfants de réfléchir à différentes émotions et leur permet d'identifier les mesures à prendre plus facilement.

  1. Identifier comment faire face à des émotions

La troisième étape consiste à savoir comment faire face à des émotions. Certaines situations sont gérables. Par exemple, nous pouvons aider un enfant dont la colère constante est déclenchée par la rivalité avec son frère ou sa sœur. D'autres situations sont moins gérables et nécessitent que votre enfant apprenne à s'éloigner. Proposer des outils appropriés tels que «des boîtes autocalmantes» peut apprendre à votre enfant à gérer sa colère par lui-même.

Il faut tirer profit du fait que les émotions sont partout! Vous pouvez utiliser les jeux pour parler des émotions ou profiter des sorties pour « analyser » les émotions des autres. Quand il s'agit de parler des émotions aux enfants, les options sont infinies – l'important c'est de faire un pas à la fois.

Ce texte a déjà été publié sur le site parent.co.

​​​​​​​