Estelle Metayer

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Estelle Metayer
 

Prenez-vous soin de votre "capital social"?

Publication: 31/08/2012 09:00

Le terme de "capital social" a été récemment emprunté de la sociologie pour être appliqué au monde du web 2.0. Le terme désigne maintenant la mesure de l'influence qu'une personne peut avoir dans les médias sociaux, que ce soit en raison de la qualité de ses commentaires ou interactions, ou leur répercussion: cet individu a-t-il un réseau solide? Ce réseau est-il large et quel est le degré d'intensité des interactions entre ses membres? Quand cet individu dit quelque chose, quelle est le degré de confiance que les membres du réseau accordent à ses paroles / mots ?

Un capital social se mesure, il y a même une cote en bourse (virtuelle) qui vous dit si vos "actionnaires" sont contents !
Les deux principaux outils de mesure de votre influence dans les médias sociaux s'appellent Peerindex et Klout. Les algorithmes sont différents mais le but est le même : mesurer votre influence en analysant vos interactions sociales, leur intensité, leur fréquence, et surtout si les autres vous écoutent, et choisissent de retransmettre l'information que vous publiez.

Le site EmpireAvenue va même plus loin. Il vous permettre de mettre dans une sorte de bourse virtuelle votre personne, et de laisser le public mesurer votre valeur sociale. On peut donc acheter des "actions" sur un individu, bâtir ainsi un portefeuille d'individus influents. Chaque personne sera donc "cotée" en bourse et peut mesurer si son capital social évolue dans le temps.

Les avantages d'un bon capital social

Le premier avantage est parfois purement matériel :

Mais l'importance de votre capital social va bien plus loin, car il devient une des mesures que certaines entreprises utilisent pour juger de votre crédibilité et solidité financière :

  • Pour le recrutement : D'après le cabinet d'enquête MRCM Consulting, 83,9% des sociétés s'orientent vers Viadeo en France lors d'une opération de recrutement "62%, des sociétés recherchent sur ces réseaux sociaux des précisions sur la formation et l'expérience des candidats. 39% cherchent à se renseigner sur les réseaux des candidats, 32% se renseignent sur leurs traits de personnalité, et 17% sur leurs activités extra-professionnelles". La France n'est pas seule dans ce cas : après la plateforme de recrutement JobVite, 92% des recruteurs américains utiliseront les réseaux sociaux pour trouver des candidats en 2012 contre 78% il y a 3 ans.
    La tendance est tellement forte que certaines sociétés vous offrent de bâtir votre profil social avant la recherche d'un emploi. Par exemple, les agences RankMedia ou encore ReputationSquad en France vous offre de gérer votre identité en ligne. Certains vont même plus loin : ils utilisent des consultants pour systématiquement nettoyer le web de toute image ou commentaires qui pourraient ternir la réputation de leur famille. Certains parents l'utilisent par exemple Reputation Defender quand leurs enfants sortent de l'université et sont à la recherche de leur premier emploi ...

  • Pour obtenir un bon service à la clientèle : la plupart des grandes entreprises commencent à s'équiper d'outils analytiques pour traiter les demandes de service à la clientèle. Ceci explique que certains clients aient tout de suite une réponse à leur questions posées dans Twitter ou Facebook (du style de "Eh @Dell, pourquoi j'arrive pas à installer mon imprimante ?") alors que d'autres n'en reçoivent jamais. Des outils comme Sysomos, Radian6 ou Alterian permettent aujourd'hui à l'équipe de service à la clientèle qui écoute les commentaires sur le web de discerner entre les clients qui ont une influence (si je suis content, je vais en parler à mes 1.2 millions d'amis qui me suivent sur Twitter), et ceux que personne n'écoute.

Alors, avez-vous prise soin de votre capital social ?

Un diagnostic très simple de votre capital social est facile. Faites une recherche sur votre nom dans Google, et regardez d'où proviennent les premiers résultats. Dans la majorité des cas, ce sont des liens issus des médias sociaux qui apparaitront dans la première page. Ce sont eux que des recruteurs potentiels, des partenaires d'affaire verront en premier si ils font une recherche rapide. Ensuite, allez vous mesurer sur Klout ou Peerindex. Enfin, testez votre profil en vérifiant ce que l'outil www.123people.com trouve sur vous...
Puis il suffit de développer une discipline : vérifier régulièrement quand son nom apparait sur le web, valider quelles photos sont partagées, mettre bien à jour ses profils sur LinkedIn, Viadeo, Facebook ou Twitter. Même si vous ne comptez pas les utiliser, il serait dommage que quelqu'un le fasse à votre place sans autorisation. Il vaut mieux contrôler le message que de subir...

D'accord, pas d'accord ? J'attends vos commentaires...

 
Suivre Le HuffPost Québec