LES BLOGUES

Tex Lecor a marqué le patrimoine québécois

Bye, Bye, Tex! Merci pour tous ces éclats de rire que tu as provoqués chez nous, dans ta patrie.

15/09/2017 09:00 EDT
Facebook Paul Tex Lecor, artiste-peintre
Tex Lecor avait une formule gagnante.

Nombreux sont ceux qui ont été peinés par le départ de Tex Lecor, une figure emblématique du Québec. Laissant de côté de nombreux souvenirs, j'aimerais offrir aux proches de monsieur Lecor mes plus sincères condoléances.

Un grand nombre de Québécois se sont levés du bon pied en écoutant Tex Lecor s'amuser lors des Insolences d'un téléphone. Ce personnage savait nous faire rire dès les premières heures du jour. Il rendait nos matins plus agréables et les a égayés de sa bonne humeur contagieuse.

La génération silencieuse, les boomers et la génération X se souviennent des Insolences d'un téléphone que Tex Lecor animait sur les ondes AM. Que ce soit avec le clip du suppositoire, ou celui de faire bouillir ses ordures ou encore d'autres interventions téléphoniques, il faisait rire le Québec entier.

Dans les années 70, lorsque j'arrivais dans la cour d'école, mes amis et moi ne pouvions nous empêcher de citer quelques phrases punch provenant des Insolences.

Tex Lecor avait une formule gagnante. Souvent, il appelait des gens qu'on lui avait désignés et surtout, il savait comment les prendre au piège. À la fin, il finissait toujours par dévoiler son jeu. Ses appels étaient enregistrés et rediffusés à grande échelle. La plupart des Québécois écoutaient ses Insolences avant d'aller au bureau ou de se rendre à l'école. Dans les années 70, lorsque j'arrivais dans la cour d'école, mes amis et moi ne pouvions nous empêcher de citer quelques phrases punch provenant des Insolences. L'impact a été tel qu'on en parle encore aujourd'hui avec une certaine nostalgie.

Aux Insolences, le respect des auditeurs faisait partie de leurs valeurs. Lorsque quelqu'un proférait un juron ou des paroles vulgaires, on entendait le son d'un klaxon. C'était à l'époque où le CRTC ne tolérait pas le manque de respect et le langage abusif; c'était dans le temps où les valeurs chrétiennes avaient droit de cité. Quoi qu'il en soit, Tex se prêtait au jeu. Il savait que ses Insolences captivaient autant les jeunes que les moins jeunes. En fait, son humour rejoignait un vaste auditoire.

Un humour typiquement québécois

Tex Lecor a marqué l'histoire du Québec parce qu'il a su exploiter une corde sensible : l'humour des Québécois. Le sien était à l'état brut, sans sarcasme, il visait simplement de faire rire ses auditeurs. Danielle Ouimet disait de lui, sur sa page Facebook, qu'il était un homme sans méchanceté ni mépris. De prime abord, il ne voulait pas dénigrer ni se moquer de ses interlocuteurs, mais certainement, il les plaçait dans des situations surréalistes. Loin d'être un esbroufeur, Tex faisait de l'humour dans le pur respect des Québécois, incarnant leur côté espiègle. Aussi, il était un grand improvisateur et maniait ses dialogues avec art pour en sortir des punchs. Alors, les Québécois se tordaient de rire, sans qu'ils soient offusqués d'aucune manière, car il les abordait dans le pur respect de leur culture.

Tex et ses Insolences font sans contredit partie du patrimoine québécois.

Le style de Tex Lecor n'a pas simplement marqué le monde de l'humour, il lui a donné une couleur qu'il n'avait pas. Les Insolences d'un téléphone ont fait leur empreinte unique dans l'histoire de l'humour québécois au même titre que les théâtres d'été, la Ligue nationale d'improvisation et le Festival de l'humour québécois. Tex et ses Insolences font sans contredit partie du patrimoine québécois. Il a vécu de longues années, est-ce à cause de son p'tit bicycle, est-ce parce qu'il restait quelque chose dans son frigidaire, ou parce qu'il a fini par savoir où allaient les suppositoires, ou encore tout simplement parce qu'il aimait rire et faire rire? Dieu seul le sait...

Bye, Bye, Tex! Merci pour tous ces éclats de rire que tu as provoqués chez nous, dans ta patrie. Nous gardons un bon souvenir de toi...

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost