LES BLOGUES

Couper les allocations familiales et baisser les impôts des parents concernés

23/06/2017 11:15 EDT | Actualisé 23/06/2017 11:15 EDT

À l'heure actuelle, nos gouvernements donnent généreusement de l'argent aux familles de la classe moyenne alors qu'il pourrait tout simplement baisser leurs taux d'imposition.

Au lieu de mettre en place un système de redistribution coûteux, pourquoi nos gouvernements ne limitent-ils pas leur capacité de venir piger dans les poches des contribuables? Cet exercice démontre que nos gouvernements visent à redorer leur image et non le bien collectif.

Au lieu d'envoyer un chèque à tous les mois aux contribuables qui ont droit aux allocations familiales, nos gouvernements devraient tout simplement réduire la table d'imposition des familles en conséquence. Une seule fois par année, lors de la remise des déclarations de revenus, chaque famille recevrait un surplus, une fois tout à jour. Cela permettrait à chaque famille d'avoir l'argent dans leurs poches et ce, sans avoir à mettre en place une structure bureaucratique lourde et inutile.

De la poche gauche à la poche droite

À l'heure actuelle, le gouvernement enlève de l'argent aux bénéficiaires des allocations familiales pour ensuite leur remettre au cours de l'année. Nos gouvernements dépensent des millions de dollars pour arriver en fin de compte à changer quatre trente sous pour une piasse. La raison pour laquelle ces familles ne s'en rendent pas compte, c'est que ce montant est divisé, dans plusieurs cas, en douze versements. En d'autres mots, le gouvernement a le choix : il peut réduire les impôts de 3600$ , à la famille qui est éligible à ce montant, ou mettre en place un système coûteux pour lui remettre 300$ par mois.

Redistribution mensuelle

Certains diront qu'ils préfèrent recevoir un montant par mois plutôt que de voir leur paye nette augmenter. Au lieu de maintenir une bureaucratie gouvernementale lourde et inutile, chaque famille pourrait tout simplement prendre des arrangements avec leur institution financière et recevoir les mêmes montants qu'ils recevaient auparavant. Cela s'opérerait à coût nul et l'État n'aurait plus à se préoccuper de collecter l'argent et de la remettre à qui de droit, il aurait tout simplement besoin de baisser le taux d'imposition des familles. Ainsi, en diminuant, par exemple, de 3600$ l'impôt d'une famille qui a droit à ce montant, celle-ci pourrait demander à son institution d'effectuer toutes les deux semaines un montant de 139$ et recevoir, par la même institution un montant de 300$ par mois. Le tout s'opérerait électroniquement, sans l'intervention du gouvernement et à frais nuls.

Bénéfice collectif

C'est toute la collectivité qui bénéficierait d'une réduction des tables d'impôts des familles éligibles aux allocations familiales. En baissant les impôts des familles concernées, le gouvernement démontrerait qu'il se soucie non seulement des familles, mais de l'ensemble de la population qui paye pour cette gestion coûteuse. Les coûts d'opération de l'État seraient moins onéreux et le fardeau fiscal de tous les contribuables serait moins élevés.

Choix politique

À mon avis, la raison pourquoi nos gouvernements préfèrent envoyer des chèques aux familles concernées est uniquement et strictement pour démontrer qu'ils sont généreux. Or, dans la plupart des cas, l'État ne fait que remettre, aux familles concernées, l'impôt qui a été trop perçu au courant de l'année précédente. À la lumière de cette démarche, j'en déduis que c'est par choix politique que l'État n'opte pas pour une baisse d'impôts des familles éligibles aux allocations familiales.

Réduire au lieu de redonner

Il serait important que nos gouvernements considèrent le bien de ses concitoyens avant sa propre image. Somme toute, cela me rappelle une histoire de ma tendre enfance. Un jour, ma mère me donna de l'argent pour aller acheter du lait. En me rendant au dépanneur, j'eus l'idée de prendre cet argent pour lui acheter des fleurs. Je croyais qu'elle serait contente de recevoir un si beau cadeau. Une fois arrivé à la maison, j'étais surpris de voir qu'elle n'était pas aussi enthousiasme que je l'aurais souhaité. Or, nos gouvernements agissent de la même manière. Ils enlèvent plus d'impôts qu'ils ne le devraient aux familles et leur remettent par la suite.

Ce que les contribuables ne réalisent pas, c'est que ce mécanisme est coûteux et inutile.

Ce que les contribuables ne réalisent pas, c'est que ce mécanisme est coûteux et inutile. Il serait temps que nos gouvernements baissent les impôts des familles et que celles-ci gèrent leur argent comme bon leur semble. Au bout de la ligne, ils recevront le même montant et l'État sera moins lourd à gérer. À l'heure actuelle, le gouvernement gère ce que les familles sont en mesure d'administrer. Mais puisque son apparence prime sur le bien-être collectif, il n'est pas étonnant que l'État soit si lourd à opérer.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter