LES BLOGUES

Simone, la voiture sans chauffeur

30/03/2015 12:29 EDT | Actualisé 29/05/2015 05:12 EDT

Audi lance sa voiture sans pilote qui est actuellement sur la route pour rejoindre New York. Partie depuis dimanche de San Francisco, cette petite merveille va parcourir plus de 5500 km à travers les États-Unis. Voilà une information intéressante et qui m'interpelle particulièrement. Je connais bien les routes américaines, je les emprunte tous les jours.

L'Audi Q5, que j'appellerai Simone, sera équipée d'une technologie élaborée par Delphi Automotive qui par cette occasion, coiffe au poteau les futures Apple car et autre Android Auto. Google enrage et Jeff Owens, le directeur des technologies chez Delphi se prend pour Niel Amstrong, il ironise face à ses copains de la Silicone Valley : «C'est super de pouvoir aller d'une côte à une autre, surtout que nous sommes les tout premiers à le faire».

Si seulement Jeff avait pris mon avis, je lui aurais dit : «Whoa whoa whoa... put your Simone down...», je lui aurais raconté comment ça se passe la conduite chez les Yankees, après tout c'est allemand Audi.

Simone a parcouru 610 km en 5 heures et en comptant les arrêts ça lui fait une moyenne de 122km/h. Ils ont quand même placé de l'humain à l'intérieur de l'habitacle, il faut dire que la justice de Californie à les géants de la Silicone Valley dans l'pif: elle a voté une loi qui interdit à une voiture de rouler toute seule ! Ah l'Amérique... Alors chez Audi, on a mis des gens dedans pour regarder Simone avancer mais on a défendu de toucher à son volant...

Ici, c'est presque toujours cinq voies de circulation dans un même sens, mais qui ne vont jamais dans la même direction, il est obligatoire d'anticiper son orientation. Quand j'ai débuté la conduite aux États-Unis, j'ai beaucoup transpiré et il est vrai que les jurons (en français) m'ont bien aidé à dédramatiser. Mon GPS québécois n'avait pas connaissance de ces des terre-pleins qui séparent les voies pour tourner et qu'il faut anticiper deux miles avant. Simone... va falloir viser loin, vite et juste si tu ne veux pas te ramasser sur les jantes. 

Ah comme je verrais bien ma fille descendre d'une Audi Q5 sans chauffeur... Simone irait la chercher à l'école, puis l'emmènerait à son cours de ballet, de piano, de flute traversière, d'échecs, de soccer et de yoga... (moins de deux activités par semaine et les services sociaux débarquent pour non-assistance-à-enfant-délaissé). Mais ça n'irait pas, les fabricants n'ont pas trouvé le moyen de sangler un enfant sans aucune assistance, ni comment on lui envoie son goûter, lancée à 60 mph par-dessus l'épaule et en plein virage.

Avec ses dix radars lasers, ses trois caméras panoramiques, son freinage d'urgence automatisé, je ne m'inquiète pas pour Simone, pour peu qu'elle nous ait caché une hélice... De toute évidence, je ne la verrai pas débarquer à New York le 3 avril prochain. Mais je penserai à elle, comme à une athlète qui fend la foule sur la ligne d'arrivée d'un Iron-Man ; poussiéreuse, le pneu lisse, l'ampoule usée mais légendaire !  

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

10 autos des années 90 à acheter avant tout le monde

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter