LES BLOGUES

S.O.S. sueur

24/06/2013 11:29 EDT | Actualisé 24/08/2013 05:12 EDT

Ce n'est pas parce qu'il fait froid dehors que nous nous sentons tous frais et dispos. Certains d'entre nous se retrouvent même dans des situations gênantes pour cause de sudation excessive. Saviez-vous qu'il s'agit en fait d'une condition médicale qui touche des centaines de milliers de gens? Les personnes qui en souffrent suent trop, c'est-à-dire plus qu'il ne le faut pour réguler la température du corps à 37 degrés Celsius. Parfois même leurs glandes sudoripares secrètent de la sueur alors que leur corps est à la bonne température, parce que leurs émotions activent le processus de sudation. Résultat? Ils se retrouvent trempés, parfois aux aisselles, aux mains, aux pieds ou encore au visage. Il leur faut trainer des vêtements de rechange et ils doivent éviter de porter des chandails blancs, qui se tachent sous l'effet des produits que contient l'antisudorifique qu'ils doivent appliquer ad nauseam.

Le plus souvent, l'hyperhidrose axillaire - c'est-à-dire la sudation excessive des aisselles - génère un grand malaise chez ceux qui en souffrent, ces derniers se privant de sorties, de rencontres sociales et même d'activités professionnelles tant leur situation est incommodante.

En fait, l'hyperhidrose axillaire est si embarrassante que plusieurs personnes n'osent même pas en parler à leur médecin ou leur dermatologue. Or, il existe des traitements très efficaces pour contrôler la sudation excessive. Pour certains, le chlorydrate d'aluminium sous forme d'antisudorifique solide, de gel ou de liquide (comme le Drysol) s'avèrera efficace. D'autres personnes préfèreront des solutions à plus long terme, comme l'injection de toxines botuliques, plus communément appelées Botox, un traitement pour contrer l'hyperhidrose axillaire approuvé par Santé Canada en 2001. L'avantage des injections (dont l'efficacité a été prouvée scientifiquement) réside dans le fait qu'il suffit souvent d'une ou de deux injections par année pour contrôler la situation. 15 minutes et hop! Plus de pulls détrempés. En fait, on note une diminution de 90 % de la sudation, ce qui n'est pas mal du tout. Cela dit, il faut être assidu et se présenter chez le dermatologue dès la réapparition de la sueur, parce que le naturel revient toujours au galop.

Il y a quelques mois, Santé Canada a approuvé un tout nouveau traitement contre l'hyperhidrose axillaire appelé miraDry. Il s'agit d'une procédure indolore au cours de laquelle est libérée une quantité d'énergie suffisante pour éliminer localement et durablement les glandes sudoripares à 90 %. Le traitement se fait en deux séances à trois mois d'intervalle et dure tout au plus une heure, après quoi la sudation excessive devient chose du passé, pour de bon.

Plusieurs patients à qui j'en ai parlé m'ont demandé d'emblée s'il n'était pas dangereux d'éliminer les glandes sudoripares parce que, après tout, elles devaient bien avoir une fonction. Certes, elles en ont une importante, mais il n'est pas absolument nécessaire de suer en des endroits spécifiques. En effet, le corps est couvert de glandes sudoripares qui savent prendre le relais en temps et lieu afin de réguler la température de l'organisme. La nature est bien faite. Les avancées scientifiques aussi.

Quelques endroits à garder en tête pour cet été!

Des idées pour se rafraîchir à Montréal