Donald Charette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Donald Charette
 

Régimes de retraite, gros chantier

Publication: 03/03/2013 16:57

Le maire Régis Labeaume croit que les citoyens pourraient prendre la rue si les pensions des employés municipaux font grimper leurs comptes de taxes.

A l'émission Larocque-Lapierre, le maire de Québec a soutenu que les gouvernements «supérieurs» mesurent mal le sentiment de révolte des contribuables, sentiment nourri par ailleurs par les révélations de la Commission Charbonneau.

Régis Labeaume poursuit depuis un an une croisade pour modifier les régimes de retraite des 5 000 employés de sa Ville. Une croisade bien solitaire mais qui va rattraper bientôt le gouvernement Marois.

Le maire de la Capitale a brûlé les ponts avec les 6 syndicats des employés municipaux et mise dorénavant sur la pression populaire et-ou une intervention du gouvernement québécois.

Jeudi, la Ville de Québec a organisé un comité plénier sur cette question. Fait rarissime, la Ville a acheté de la pub pour inciter les contribuables à le suivre. A peine une trentaine de citoyens se sont déplacés mais on ignore combien d'entre eux ont préféré regarder la démonstration à la télé.
On est encore bien loin du soulèvement populaire.

Les chiffres fournis par la Ville de Québec sont alarmants et la situation est inquiétante dans toutes les municipalités. A Québec, le déficit actuariel des différents régimes est de 600 millions$, grosso modo, et pèsent pour 12% des taxes. Québec met plus d'argent sur les régimes de retraite que sur le transport en commun.

Le déficit actuariel des municipalités atteint 5 milliards$. L'Union des municipalités (UMQ) calcule que le déficit par employé est de 85,000$, ou 108,000$ dans les 10 plus grandes villes québécoises.

Il y a un risque réel de brisure sociale entre les pensionnés «chromés» et les autres qui soutiennent ces régimes par leurs taxes et impôts. 50% des entreprises n'offrent aucun fonds de pension et 30% des Québécois n'ont aucune épargne le moment venu de se retirer du marché du travail.

Les employés municipaux sont les chouchous du système et leurs conditions excèdent celles de la fonction publique à plusieurs niveaux. D'accord, ces conditions ont été négociées et consenties mais cela bien avant l'effet combiné des faibles rendements et de la hausse soutenue de l'espérance de vie.

Oui il y a eu des congés de cotisation de la part des employeurs mais doit-on regarder constamment dans le rétroviseur?

Personnellement, je ne crois pas que d'accorder le droit de lock-out aux villes règlerait la situation
Par contre, il fait envisager des méthodes pour sauver les régimes à prestations déterminées (c'est-à-dire avec une rente fixée à la retraite). C'est là qu'entre en jeu le très attendu rapport D'Amours.

Alban d'Amours, ex-président du mouvement Desjardins, a reçu en 2011 le mandat de trouver des solutions à la crise des retraites. Il est entouré de grosses pointures, notamment l'économiste Luc Godbout et Claude Lamoureux, ex-dirigeant de Teachers's.

Le comité a obtenu une prolongation de mandat et son rapport est sans doute sous presse. Alban d'Amours a déjà dit que les régimes à prestations déterminées sont un «joyau» mais qu'il faut arriver à «un nouveau contrat social» en cette matière.

Au Québec, tout le monde se réfugie derrière la publication de ce rapport pour éviter de se mouiller.
Les questions sont explosives et touchent le partage des risques, l'âge de la retraite, la cotisation, les dispositions des conventions collectives...

Le maire Labeaume en appelle au gouvernement pour sortir de son impasse budgétaire. Le gouvernement ne peut ignorer le maire le plus populaire du Québec - bien qu'il se soit collé bien souvent aux libéraux de Jean Charest - mais je doute qu'il aille au front.

Fragile comme il l'est, allié traditionnel des centrales syndicales, le gouvernement Marois aura peut-être envie d'éloigner ce grand débat social. Il lui a bien fallu 5 mois et un Sommet pour imposer une indexation des frais de scolarité déjà annoncée. Tiens, un gros chantier en perspective.

Loading Slideshow...
  • Québec, siège de l’ONU?

    La candidature pour accueillir le siège des Nations Unies à Québec a été longuement discutée. Des plans avaient même été préparés à l’initiative du maire Lucien Borne. Rien de moins. Québec charmait la commission préparatoire et était vue comme un terrain neutre, entre puissances concurrentes, notamment la Grande-Bretagne et États-Unis. Ses installations portuaires et sa citadelle qui pouvait offrir un abri aux diplomates constituaient également des atouts convaincants. C’est finalement New York qui a été choisie mais cet épisode a contribué grandement à faire connaître Québec et à lui attirer des visiteurs. C'est aussi à Québec qu'a été créée la FAO, l’Organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation (Food and Agriculture Organization).

  • La Tour Martello no. 4: un trésor caché au coeur du Faubourg

    Saviez-vous qu’une tour de défense militaire datant de près de 200 ans est située à la limite de la falaise du Faubourg Saint-Jean-Baptiste? Une tour presque inaccessible au public puisque difficilement atteignable par les multiples rues étroites à sens unique de ce quartier. Elle surprend le visiteur lorsqu’on tombe face à face avec? elle, puisqu’elle empiète sur la moitié nord de la rue Lavigueur. De plus, elle est complètement cachée de la Basse-Ville par l’importante végétation du cap en été et par la neige en hiver. Parcs Canada possède 2 autres Tours Martello, sises sur les Plaines d'Abraham. Une 4e, la Tour no. 3, a été détruite pour faire place à l'hôpital Jeffrey Hale, où, par ailleurs, s'est éteint Floyd Bennet, premier aviateur américain et ami de Charles Lindberg.

  • Vrai! Québec a remporté la Coupe Stanley avant Montréal !

    C'est un fait que les Bulldogs furent détenteurs de ce précieux trophée ! Pendant plus de 30 ans, l'équipe a été exclusivement appelée par son nom officiel : « Quebec Hockey Club » ou « Club de hockey Québec » dans les quotidiens francophones. Le surnom « Bulldogs » donné à l'équipe vient de sa mascotte porte-bonheur, un bouledogue présenté régulièrement aux joutes disputées à Québec à partir de 1911. Il est aussi aperçu sur les photos d'équipes des éditions gagnantes de la Coupe Stanley. En effet, en 1912, les Bulldogs de Québec remportent la première coupe Stanley de leur histoire en défaisant Moncton par la marque de 8-0. Le club de hockey joue plusieurs de ses matchs sur la patinoire du Quebec Skating Club sur les Plaines d'Abraham. L’équipe y remportera d’ailleurs la Coupe Stanley en 1911-1912 et 1912-1913. À quand la prochaine?

  • Un “bunker” à Valcartier

    Une véritable relique de la guerre froide à Québec : l’existence d’un abri nucléaire à Québec est un secret bien gardé. Cet abri, un bâtiment conçu pour protéger 400 personnes lors d’une éventuelle attaque militaire, a été construit pour abriter un éventuel gouvernement de transition. L’abri a été érigé en octobre 1963 (au coût de 223 625 $ à l’époque). Le bâtiment est construit sur 2 étages de 80 mètres (262′) par 40 mètres (131′). Le rez-de-chaussée est recouvert de terre et de gazon. Un escalier permet d’accéder de l’étage au sous-sol. Malheureusement, il n'est pas possible de le visiter à moins d'autorisation spéciale.

  • Des soirées de boxe dans le roc

    Il devait y avoir de ces soirées animées ! Imaginez, un amphithéâtre de boxe sous l’autoroute Dufferin : Le Club Athlétique Champlain! Les temps avaient changé : l’éclairage ne se faisait plus au gaz et le réservoir en bois de la Quebec Gaz Compagny était donc devenu inutile. On transforma alors cet espace en auditorium pour y présenter des spectacles de boxe et de lutte. C’est d'ailleurs là que le boxeur Fernand Marcotte a fait ses débuts. Le Club Athlétique Champlain, que les gens de Québec surnommaient la Tour, a brûlé en 1965.

  • Le jardin secret des Ursulines

    Ce magnifique jardin est caché des regards depuis près de quatre siècles ! Le musée des Ursulines de Québec y a invité le public pour la première fois, le temps d’une seule visite en 2012. Personne n'avait pu jusqu’alors arpenter ce secret bien caché, situé au cœur du Vieux-Québec, à moins de circonstances spéciales. La visite débute dans le musée, par la visite de l’exposition Mémoire d’une maison qui situe, à l'aide de maquettes, les quinze bâtiments qui constituent le complexe monastique considéré comme l’un des plus beaux exemples d’architecture conventuelle en Amérique du Nord. Une fois à l’extérieur, il faut franchir le portail et pénétrer dans la cour intérieure du monastère, puis dans le jardin des Ursulines. Au cours de cette visite exceptionnelle, vous êtes non seulement amenés à découvrir l’un des ensembles conventuels les mieux conservés de la ville de Québec mais aussi à comprendre comment s’est développé le site au fil des ans.

  • Beaucoup d’eau sous les Plaines d'Abraham

    Le réservoir d’eau potable de la Ville de Québec, construit entre 1931 et 1933, est enfoui à deux mètres sous la surface des Plaines. Il peut contenir environ 136 millions de litres d’eau. Situé à l'un des points les plus élevés de Québec, il fournit en eau les quartiers Saint-Roch, Saint-Sauveur, Champlain, et une partie des quartiers Saint-Jean-Baptiste et Limoilou. Sa voûte est supportée par quelques 900 colonnes et surmontée d’une vingtaine de bouches d’aération qui sont camouflées par des bosquets d’arbustes. Il est donc possible de marcher sur l'eau à Québec, qu'on se le tienne pour dit !

  • Un énigmatique temple maçonnique au coeur du Vieux-Québec

    Et oui, les Francs-Maçons de Québec occupent le 51, rue des Jardins depuis 1862, tout près de la rue St-Louis et de l'École des Ursulines. L’extérieur de l’édifice arbore deux symboles historiques de la franc-maçonnerie : à l’entrée, on distingue une plaque qui montre un compas et une équerre déposés sur un livre. En haut de la façade, sous la corniche, on peut apercevoir les mêmes symboles sculptés dans la pierre. Logé dans une bâtisse commerciale de plus de 150 ans, c'est à son sommet qu'elle abrite le temple. L'endroit possède plusieurs salles toutes décorées pour la circonstance. Les premiers Francs-Maçons à Québec provenaient de certains détachements de soldats britanniques arrivés après la Conquête. Ils ont occupé divers lieux dans la ville avant de se construire des temples officiels. L'endroit est encore fonctionnel aujourd’hui et accueille toujours les membres de la franc-maçonnerie.

  • Les fragments de la statue de la Reine Victoria conservés dans un entrepôt

    Le corps et la tête de bronze, voilà tout ce qu'il reste de la statue de la Reine Victoria dynamitée par un groupuscule se réclamant du FLQ en 1963. Les restes du monarque sont conservés dans les Réserves de Musée de la civilisation, à l'abris des regards. La statue se déployait à l'époque .... au Parc Victoria dans la Basse-Ville. Elle n'a pas été remplacée depuis.

  • Un tunnel de chemin de fer sous Québec

    Saviez-vous qu’un tunnel de chemin de fer de 1,6 kilomètre passe littéralement sous la ville de Québec? Construit en 1930, il est toujours en exploitation par le CN bien que peu utilisé. Il circule à une profondeur de 100 mètres sous la Haute ville et les Plaines d’Abraham. Son extrémité nord est située dans le quartier St-Malo et son extrémité sud à l’Anse-au-Foulon près du fleuve St-Laurent sous un viaduc du boulevard Champlain. Sa trajectoire suit l’avenue Belvédère et passe sous les Jardins de Mérici. Le tunnel avait été construit pour relayer le nouveau secteur Anse-au-Foulon du port de Québec, à la ligne principale Québec-Montréal. Il n'est que très peu utilisé aujourd'hui.


.

 

Suivre Donald Charette sur Twitter: www.twitter.com/@CharetteDonald

Suivre Le HuffPost Québec