Donald Charette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Donald Charette
 

Legault: éviter la perturbation

Publication: 13/08/2012 08:11

Pour réaliser son programme, François Legault aimerait bien jouir d'une majorité de sièges. Au lancement de la plateforme de son parti à Québec il a évoqué le fait que la meilleure façon de changer le modèle québécois c'est d'avoir «l'appui de la population».

La CAQ a survécu aux 2 premières semaines de campagne électorale et, contrairement à ce que redoutaient certains caquistes, n'a pas été mise hors-jeu. Dans le contexte actuel, très volatil, elle pourrait causer une surprise, si elle canalise le besoin de changement.

Le sujet du jour sur le majestueux site de la Promenade-de-Champlain c'était le lancement officiel du programme qui repose sur 94 engagements dans 4 secteurs. Compte tenu du programme de la CAQ les électeurs doivent-ils redouter un an de perturbation sociale si elle est portée au pouvoir le 4 septembre?
Lorsqu'on observe la levée de boucliers provoquée par le dégel des frais de scolarité on peut se demander, en effet, si un nouveau gouvernement, quel qu'il soit, osera prend des décisions impopulaires ou lancer des réformes qui vont bousculer bien des lobbies.

Que ce soit en éducation (abolition des commissions scolaires, évaluation des profs, abolition du cours d'éthique, prolongation des heures à l'école...) ou en santé (abolition des Agences, assignation de patients aux omnipraticiens...) ce ne sont pas les foyers de contestation qui manqueraient avec un gouvernement Legault. «Ça prend l'appui de la population», répond le chef caquiste, d'autant qu'il rappelle que toutes ses grandes réformes seraient initiées dans les 100 premiers jours!

La force de persuasion ferait le reste soutient François Legault qui sous-estime sans doute la force de résistance des réseaux québécois et de leurs alliés. Un gouvernement caquiste minoritaire devrait compter sur le jeu des alliances avec le PQ ou le PLQ pour passer certaines de ses propositions. Après le référendum de 1995 et la démission de Jacques Parizeau, Lucien Bouchard est devenu chef du PQ et premier ministre en janvier 1996.

Il a rapidement annoncé ses couleurs: un régime d'austérité budgétaire qui devait conduire au déficit zéro. Lucide, il avait déclaré qu'il s'attendait à vivre bien des manifs et il ne s'est pas trompé. Ses années au pouvoir ont été marquées par plusieurs affrontements, mais Bouchard ne pliait pas facilement. Le candidat Gaétan Barrette croit pour sa part qu'un gouvernement Legault pourrait faire un bon bout de chemin, même minoritaire. Au cours d'une conversation à bâtons rompus sur la promenade qui longe le Saint-Laurent, le ministre de la Santé de la CAQ s'est dit convaincu de pouvoir réaliser son plan ambitieux avec ou sans majorité. «Dans mon secteur, je peux le faire et, comme ce sera bien fait, on sera majoritaire (la prochaine fois) » tranche-t-il. La conférence de presse de la CAQ avait lieu au Quai des Cageux, là ou aboutissaient les «cages» de bois des draveurs. À la CAQ on rêve maintenant d'un courant électoral semblable à celui qui a traversé le Québec aux élections fédérales, courant qui les laisserait sur les rives du pouvoir.

 

Suivre Donald Charette sur Twitter: www.twitter.com/donald charette

Suivre Le HuffPost Québec