Donald Charette

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Donald Charette
 

Minoritaire, le PQ sera édenté

Publication: 31/08/2012 12:46

Les sondages laissent entrevoir une courte victoire du PQ et de Pauline Marois mardi. On comprend la chef péquiste de chercher à rallier tous les votes souverainistes car, privé d'une majorité, le PQ au pouvoir sera édenté. Que ce soit sur la charte de la laïcité, la citoyenneté québécoise, le renforcement de la loi 101, l'annulation de la hausse des frais de scolarité, la hausse des redevances minières, l'élimination de la taxe-santé....un gouvernement péquiste a besoin d'un endossement populaire et, dans certains cas, de l'appui de l'opposition.

On voit mal les libéraux ou les caquistes supporter certains articles de la plateforme péquiste et François Legault a déjà indiqué qu'il actionnerait la trébuchette. Au plan constitutionnel, le PQ sera bien seul pour enclencher sa «gouvernance souverainiste» et ouvrir de nouveaux fronts avec Ottawa sur le rapatriement de certaines juridictions (l'assurance-chômage par exemple).

Les libéraux ont très peu d'appétit constitutionel et la CAQ a mis la chose au congélateur pour 10 ans..
Pire, le dernier sondage CROP démontre que l'appui à la souveraineté est en perte de vitesse et le OUI ne fait plus que 28%! Jean-François Lisée et Bernard Drainville devront déployer des trésors d'imagination pour faire monter la fièvre souverainiste.

On a beaucoup souligné que les libéraux de Jean Charest redoutent les révélations de la Commission Charbonneau au point de précipiter les élections. Est-ce que le PQ ne risque pas, lui aussi, d'être égratigné quand on dévoilera comment se financent les partis politiques depuis 30 ans?
Le PQ qui a dénoncé à juste titre les magouilles libérales a intérêt à laver plus blanc que blanc, sinon il va en payer le prix à son tour.

En 1994, Jacques Parizeau devait balayer le Québec et battre Daniel Johnson, le successeur de Robert Bourassa, qui portait lui aussi l'usure du pouvoir. Dans le camp souverainiste on parlait de la stratégie des 3 périodes: victoire du Bloc à Ottawa avec Lucien Bouchard, mandat fort à Québec du PQ et référendum sur le pays.

Au Capitole le soir du 12 septembre Lucien Bouchard avait la face longue, malgré la victoire péquiste. Le Parti québécois avait fait élire 77 députés, mais avec 44,75% du vote devançant par un poil (44.40%) le PLQ. Cela n'a pas empêché le premier ministre Parizeau de lancer son offensive référendaire malgré bien des objections. On oublie souvent que c'est Bouchard qui a épargné aux souverainistes une défaite cuisante.

Le Québec disait NON pour une deuxième fois et perdait son «bargaining power».Pauline Marois aura-t-elle, si elle gagne, à négocier avec la CAQ, le PLQ, Québec Solidaire, Option nationale pour réaliser son plan de match? Minoritaire, le PQ incarnera le changement avec un petit "c".

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...

Loading Slideshow...

 

Suivre Donald Charette sur Twitter: www.twitter.com/donald charette

Suivre Le HuffPost Québec