LES BLOGUES

Champlain avant le Rocket

03/11/2014 03:21 EST | Actualisé 04/01/2015 05:12 EST

Il est absurde de vouloir effacer la trace de Samuel de Champlain pour faire place au hockeyeur Maurice-Richard. Comme tout le monde, je reconnais l'importance du joueur de hockey dans notre histoire, mais là n'est pas la question. On pourrait facilement honorer le Rocket, sans gommer le rôle joué par le «père de la Nouvelle-France».

C'est sans doute par pur calcul politique à courte vue que le ministre fédéral Denis Lebel veut que le nouveau pont qui relira Montréal à la Rive-Sud porte le nom de Maurice-Richard. Je suis d'accord avec ceux qui soutiennent que s'il faut débaptiser un pont, choisissons le pont Victoria.

Comme bien des Québécois, je connaissais peu de choses de Samuel de Champlain, connu surtout à titre de fondateur de la Ville de Québec, jusqu'à ce que je tombe sur le livre Le rêve de Champlain ,de David Hackett Fischer. Cet historien américain, qui a reçu le prix Pulitzer pour son livre intitulé Washington crossing, a produit un ouvrage passionnant sur Samuel de Champlain. On y découvre, du moins ce fut mon cas, un personnage plus grand que nature qui fut à la fois un grand marin, un géographe remarquable qui a tracé les cartes du Nouveau Monde, un explorateur qui a remonté le Saguenay, les Grands Lacs, un pacifiste qui a lié des liens politiques avec les tribus autochtones- ce qui ne l'a pas empêché d'utiliser son mousquet l'occasion se présentant-, un diplomate et un lobbyiste infatigable qui a multiplié les missions auprès du Roi de France et de sa cour pour sauver littéralement les petits établissements qui crevaient de faim en Amérique. Incidemment, Fischer évoque le fait que Champlain aurait été un des nombreux fils illégitimes d'Henri IV, ce qui expliquerait qu'il ait eu ses entrées à la cour.

Samuel de Champlain a effectué plus de 25 traversées de l'Atlantique lui valant une réputation enviable auprès des colons qui entreprenaient ce voyage périlleux. Fischer a été séduit par la vision de Champlain qui a rêvé, et réalisé, un Monde Nouveau. Huguenot, Champlain a connu les affres des guerres de religion, il souhaitait un Monde sans conquête ou se mêlaient les nouveaux arrivants et les autochtones.

Le rêve de Champlain décrit donc un humaniste, dans la force du mot, qui a façonné ce que sont devenus le Québec et le Canada. Que cet héritage puisse être balayé au profit de tout autre personnage est plutôt déroutant. Cela étonne de la part d'un gouvernement conservateur qui valorise les grands moments de l'histoire, ou les utilise quand cela fait son affaire.

Le premier ministre Stephen Harper a, à maintes reprises, présenter Champlain comme le père de la Nouvelle-France et par le fait même du Canada. Le Québec est si pauvre en héros qu'on aurait tort de déboulonner ceux que nous avons.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Dix ponts terrifiants dans le monde


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter