LES BLOGUES

Mairie de Montréal: qu'ils se taisent

10/10/2013 11:11 EDT | Actualisé 10/12/2013 05:12 EST

Bien curieuse la position du ministre de la Métropole, Jean-Francois Lisée,qui demande aux candidats à la mairie de Montréal de se taire sur la question de la Charte des valeurs québécoises.

Deux des candidats principaux, Denis Coderre et Mélanie Joly, ont indiqué qu'ils prendraient la voix des tribunaux pour contester la Charte, s'ils gagnent le 3 novembre. Quatre prétendants à la mairie avaient déjà fait savoir qu'ils allaient soustraire la Ville de l'application de la clause interdisant le port de signes religieux ostentatoires.

L'Ile de Montréal au complet s'est engouffrée dans la brèche que laisse le projet de Charte, dans sa version actuelle, avec son «opting out». Comme les principaux candidats s'opposent à la Charte, les électeurs pro-Charte n'ont pas voix au chapitre, analyse le ministre. Il en conclut que le nouvel élu n'aura pas de mandat et ne pourra prétendre qu'il représente la position des Montréalais.

Chercherait-on à museler le prochain maire de la Métropole?

VOIR AUSSI: Tous les blogues du HuffPost sur la Charte des valeurs

On devine que si l'un de ceux qui rêvent de remplacer Gérald Tremblay s'était commis en faveur de la Charte il aurait été porté aux nues par les ministres péquistes. Il va de soi qu'on connaisse la position de celui qui sera le patron de milliers d'employés municipaux qui seraient soumis aux dispositions de la Charte.

Le gouvernement ne cesse de marteler que le débat est ouvert et qu'il accueille toutes les positions. Pourtant Maria Mourani a été excommuniée, le conseil du Statut de la Femme noyauté, Jacques Parizeau ravalé au rang de simple citoyen qui exprime un point de vue personnel.

Maintenant, on souhaite que ceux qui souhaitent diriger la Métropole du Québec la bouclent sur un sujet brûlant d'actualité!

Depuis la reprise de la session à Québec, le débat sur la Charte a perdu de son élan. Les oppositions libérale et caquiste ont évité soigneusement de questionner le gouvernement sur le sujet. Le PLQ et la CAQ savent que le débat sur accommodements cartonne en région.

Le parrain de la Charte, Bernard Drainville, ministre des Institutions démocratiques, a bondi littéralement jeudi sur une question portant sur la création d'un poste de directeur parlementaire du budget pour vanter la Charte, les 25 000 commentaires reçus, et réaffirmer la détermination du gouvernement d'aller de l'avant.

La muselière, c'est pour les opposants.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les candidats à la mairie de Montréal s'amusent en campagne

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.