LES BLOGUES

Justin, Thomas, Stephen ou...

15/04/2013 09:18 EDT | Actualisé 15/06/2013 05:12 EDT
AP

La prochaine campagne électorale fédérale opposera Justin Trudeau, Thomas Mulcair et Stephen Harper...ou son successeur.

Les commentateurs tiennent généralement pour acquis que le premier ministre actuel sera sur les rangs en octobre 2015. Or, on ne sait rien de ses intentions et lui-même n'a jamais donné d'indication sur sa volonté de poursuivre sa carrière politique, ou non.

Les conservateurs sont au pouvoir depuis 7 ans et, au moment du déclenchement des élections, ils auront 9 ans dans le corps. On a vu à Québec ce que cela a produit d'être aussi longtemps aux affaires de l'État, la liste des mécontents prend du poids tous les jours.

Stephen Harper a réussi la fusion du Reform Party et du Parti progressiste-conservateur et, ce qui n'est pas anodin, a fait élire 3 gouvernements, deux minoritaires, et un nettement majoritaire dont il a franchement abusé pour réaliser son agenda.

Sous sa gouverne, le Canada a changé, que ce soit en terme de politique étrangère, en matière d'environnement, au niveau de la justice, des relations fédérales-provinciales...De fins analystes ont déjà expliqué que ce nouveau Canada colle à la réalité du pays aujourd'hui, bien loin de la vision un peu fleur bleue défendue par un certain Pierre-Elliot Trudeau.

La question est de savoir que peut réaliser de plus Stephen Harper? Jadis muselés, ses députés d'arrière-ban commencent à montrer les crocs. Ce n'est pas une rébellion, mais un bruit de fond.

Le Québec a été relégué en dessous de la pile des affaires prioritaires et il y a bien peu de chance que cela se replace d'ici 2015 avec une députation aussi faiblarde.

Le premier ministre canadien lancerait-il dans une bataille s'il devait se retirer sur une défaite ou avec un gouvernement redevenu minoritaire? Jean Charest en a tenté de conjurer le sort et d'aller chercher un 4e mandat, refusant de passer la main.

La réponse lui appartient, mais des conservateurs espèrent avoir un début de réponse lors du congrès du parti à Calgary en juin.

À 54 ans, Stephen Harper est bien jeune, mais a presque le même âge que Jean Charest-55 ans. Avec Justin Trudeau-41ans-, c'est une nouvelle génération qui se pointe à la Chambre des Communes. De quoi donner un coup de vieux!

Par ailleurs, les conservateurs ont réussi à démontrer à quel point ils redoutent l'effet Justin en le gratifiant de publicités négatives le lendemain de son couronnement selon le bon vieux principe politique qu'il faut tirer l'avion pendant qu'il est encore en piste.

Ce dernier a déjà réussi en fin de semaine à éclipser le congrès du NPD qui forme l'opposition officielle.

Je ne suis pas certain que ce qui a marché avec Stéphane Dion et Michael Ignatieff, deux beaux esprits, se reproduira en raison du charisme et de la jeunesse du fils de l'autre.

Les conservateurs vont peut-être réussir, bien malgré eux, à le rendre sympathique.

VOIR AUSSI

PLC: élection du nouveau chef le 14 avril 2013