LES BLOGUES

Faire campagne contre Jean Charest

22/04/2016 06:01 EDT | Actualisé 23/04/2017 05:12 EDT

Et bien voilà de quoi confondre tous les analystes. Malgré deux mois de galère, l'arrestation de Nathalie Normandeau et de Marc-Yvan Côté, l'épisode rocambolesque de Sam Hamad, la vente de certains joyaux de l'économie québécoise, l'élection partielle dans Chicoutimi, les libéraux de Philippe Couillard seraient réélus selon un sondage CROP - La Presse.

Les chefs Pierre Karl Péladeau (PQ) et François Legault (CAQ) n'ont pu qu'à afficher leur surprise devant ce résultat.

Les libéraux ont sans doute raison quand ils affirment que le PQ et la CAQ commettent l'erreur de faire campagne contre Jean Charest. On doit en déduire que pour les électeurs, Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté sont liés à un gouvernement qui a été sanctionné en perdant le pouvoir.

Le premier ministre Couillard répète inlassablement que le nouveau PLQ a changé ses méthodes de financement et qu'il lave plus blanc que blanc. Il faut donc croire que ce discours fait mouche, alors que l'opposition tente de ramener les révélations de la commission Charbonneau.

Sur la scène fédérale, Stephen Harper va amener avec lui la saga du «senategate» et de Mike Duffy. On se rappellera que son entourage a mené une opération de cover up, qui est en fait le vrai scandale dans cette histoire, mais je doute qu'elle colle aux savates de Rona Ambrose, chef intérimaire du parti conservateur.

Dans la surenchère à la pureté dans le financement politique, les oppositions ont accepté de remonter 20 ans en arrière et d'ouvrir leurs livres au Directeur des élections.

Cela signifie que François Legault assume entièrement l'héritage de l'ADQ de Mario Dumont qui avait tâté, elle aussi, du financement sectoriel. Pierre Karl Péladeau endosse, de son côté, ce qu'on désignait comme du financement dans «des milieux de vie professionnels» au PQ.

Le sondage démontre, par ailleurs, que l'opposition officielle a perdu 4 points, alors que le gouvernement traversait sa pire zone de turbulence depuis son élection il y a 2 ans. Le PQ est donc incapable d'attirer les mécontents (61%). L'effet PKP tarde à se manifester alors que la CAQ améliore son positionnement.

Ce ne sont pas les charges ridicules de la députée Carole Poirier (Hochelaga-Maisonneuve) qui vont séduire les indécis. Ils vont conclure que nos élus ont bien du temps à perdre dans ces chamailleries.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

upac

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter