Donald Charette Headshot

La Commission Charbonneau et le PQ

Publication: Mis à jour:
Print Article

Les révélations de la Commission Charbonneau devraient refroidir les ardeurs du gouvernement Marois s'il veut précipiter les élections.

Claude Blanchet, Élaine Zakaïb ont été entraînés dans la tourmente cette semaine et le moins que l'on puisse dire c'est que tout cela demeure encore nébuleux.

Une écoute électronique révèle que le président de la FTQ, Michel Arsenault, celui-là qui parle d'un complot de la droite pour discréditer les syndicats, cherchait à empêcher la tenue d'une commission d'enquête sur la construction. En discussion avec Jean Lavallée, président de la FTQ-Construction, il évoque comme argument une entente conclue avec Claude Blanchet, ex-président du Fonds de solidarité et conjoint de Pauline Marois. «Ils sont mal pris... parce qu'on a un deal avec Blanchet», laisse tomber Arsenault.

De quoi parle-t-on? Simple bravade entre copains? Investissement dans les entreprises de M. Blanchet?Depuis Davos, la première ministre s'est empressée de nier l'existence d'un «deal» entre son mari et la FTQ.

On aurait aimé que Claude Blanchet prenne l'initiative de s'expliquer.

Le copinage entre la FTQ et le PQ est bien connu, la centrale fournissant des appuis politiques, des travailleurs d'élections au PQ depuis toujours. Ici, on parle d'autre chose. Michel Arsenault affirme en conversation privée qu'il possède un certain levier sur celle qui était chef de l'opposition à cette époque.
Que ce levier ait fonctionné, ou non, il demeure préoccupant.

La CAQ a eu vite fait de rappeler que c'est elle qui a réclamé une enquête sur la construction, des mois avant que le PQ ne se décide à lui emboîter le pas.

La Commission Charbonneau nous a habitués à ces révélations-choc. Généralement, ders témoignages subséquents viennent corroborer ou éclairer un élément présenté durant les audiences. Il serait irresponsable de la part de la Commission de s'aventurer sur ce terrain, il s'agit du conjoint de la première ministre, sans avoir d'autres informations ou sans préciser le contexte précis.

Il faudra miser sur le contre-interrogatoire de Jean Lavallée, le PQ et le PLQ ont leurs avocats sur place, pour jeter un peu de lumière sur la nature de ce «deal», s'il existe.

Quant à la ministre responsable de la Banque de développement, Élaine Zakaïb, elle est dans l'eau chaude. Dans une conversation téléphonique (enregistrée à son insu) avec le président de la FTQ elle lui confirme que des dossiers d'investissements étaient bloqués pour favoriser Tony Accurso, le «frère» de Jean Lavallée.

Elle qui présidait aux destinés des Fonds régionaux de la FTQ suggère même de lui transmettre la liste de ces projets.

Devant les journalistes elle a soutenu que ce blocage avait duré quelques mois et qu'elle y avait mis fin rapidement.

Les observateurs s'accordent pour dire que la Commission Charbonneau risque d'éclabousser la classe politique, surtout les libéraux, au pouvoir durant 9 ans. Le PQ s'est fait rappeler ces jours-ci qu'il n'est pas à l'abri de révélations.

Les sondages ont gonflé les voiles du gouvernement Marois mais imaginez l'effet de ce genre de nouvelle en pleine campagne électorale!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST QUÉBEC

La commission Charbonneau en bref
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


> Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?