LES BLOGUES

Combat à finir PQ-CAQ

24/11/2016 06:31 EST | Actualisé 24/11/2016 06:44 EST
PC

La lutte à finir entre le PQ et la CAQ est solidement engagée si on se fie au tout dernier sondage Crop-La Presse.

Je sais, les sondeurs sont devenus moins fiables que les prévisions météo. Néanmoins, si ce sondage annonce une tendance, elle a de quoi inquiéter le Parti québécois.

Résumons: chute de six points du PQ, hausse de quatre points de la CAQ qui devance le PQ, les souverainistes désertent et vont se réfugier à QS et à la CAQ, les libéraux se maintiennent contre vents et marées.

Il faudrait donc en conclure que, six semaines après la course au leadership, il n'y a pas d'effet Lisée. Si oui, c'est un effet négatif.

Le nouveau chef de l'opposition officielle n'a rien cassé depuis qu'il affronte Philippe Couillard en Chambre et on a peine à suivre sa boussole politique. Il a devancé Alexandre Cloutier en jouant à fond la carte identitaire (burka, lien tordu avec Adil Charkaoui...), mais il affirme en entrevue à La Presse que ce n'est plus un thème prioritaire.

Il laissait ainsi tout le terrain des accommodements raisonnables, de la laïcité... à l'autre parti. Pas étonnant que le chef péquiste ait réalisé son erreur et doit énoncer jeudi la position identitaire retenue par le caucus.

En déclarant au cours du même entretien que son adversaire est François Legault, il accréditait l'hypothèse d'un glissement de ses appuis vers la Coalition Avenir Québec.

Le chef péquiste soutient qu'il veut aller chercher les électeurs qui se sont stationnés à la CAQ, mais se couche devant QS pour récupérer des solidaires. Un discours antinomique.

Ceux qui pensent qu'on peut additionner des votes de différentes formations selon une formule mécanique se trompent.

Le vote de QS est concentré dans l'est de Montréal et n'est pas exportable en dehors de l'Ile. Il représente, par conséquent, peu de comtés prenables. Il est fort possible qu'en 2018 les co-chefs de cette formation, Amir Khadir et Françoise David, ne soient plus sur les rangs, ce qui affaiblirait sérieusement le parti de gauche.

Comme le soulignait avec justesse Mario Dumont, dans le cas d'une alliance PQ-QS, il serait facile pour les libéraux de faire campagne contre les candidats péquistes en leur demandant de défendre les positions les plus saugrenues de QS.

Tout cela demeure de la politique-fiction et le résultat des 5 élections partielles du 5 décembre (Saint-Jérôme, Arthabaska, Marie-Victorin, Verdun) sera un meilleur révélateur de l'humeur des Québécois.

Entre-temps, les libéraux continuent de dominer selon ce sondage et la moitié de la population considère que le Québec «va dans la bonne direction». En avril, 58% des gens jugeaient que la direction était mauvaise.

Barrette et la chaleur de la cuisine

Par ailleurs, reconnaissons le «guts» du Dr Gaétan Barrette qui a mené une opération dégustation de menus de CHSLD avec les risques que ce type d'opération comporte. On aura beau ergoter sur des à-côtés, ce que les gens vont retenir c'est que quelqu'un, enfin, veut changer les choses et est prêt à prendre la chaleur de la cuisine.